Archive for the ‘Industrie’ category

NET RALENTISSEMENT DES VENTES DE SMARTPHONE EN 2016

9 juin 2016

Depuis 2010, le marché connait un ralentissement significatif et pour la première fois passe sous une croissance inférieure à 10% par an. Il se transforme en marché de renouvellement et risque d’aborder une période plus turbulente.

La société d’analyse de marché Gartner, dans une récente note,  indiquait que les ventes de smartphones dans le monde ont commencé de ralentir. En 2010, le marché mondial des smartphones aurait atteint son maximum de croissance avec une progression de 73% d’une année sur l’autre.  Depuis cette date, Gartner précise que la croissance annuelle n’a cessé de ralentir et pour la première fois cette année, la croissance annuelle passera en dessous de 10%, avec une progression 2016 prévue de 7% sur l’année passée.

En 2015, la progression avait été de 14.4%. D’ici 2020, le nombre total de smartphones sur la planète devrait approcher les 2 milliards d’unités.telephoneNokia 808

Les opérateurs cherchent à accélerer le renouvellement des smartphones

Dans cette note, Annette Zimmerman et Roberta Cozza, directrices de recherche à Gartner précisent quelques caractéristiques de ce marché qui a globalement atteint sa maturité avec un taux de pénétration de 90% pour l’ensemble des pays industriels suivant : Amérique du Nord, Europe de l’Ouest Japon, et les marchés matures de l’Asie Pacifique. Pour ces pays, le marché est en train de basculer vers un marché de renouvellement, avec des appareils dont la durée de vie va probablement rester similaire.  Cette tendance au renouvellement des appareils est accentuée par le comportement des opérateurs et des fabricants de smartphones qui depuis plusieurs années ont renforcé et ajusté leur politique de financement et de subventionnement des terminaux mobiles.  “Dans ce marché mature, les utilisateurs de smartphones  utilisent le même appareil pendant environ 2.5 années et ce chiffre ne devrait pas bouger beaucoup dans les années à venir » précise Roberta Cozza.  Cependant, dans les marchés émergeants où la vie d’un téléphone de base (non smartphone) est de 3 ans,  la durée de vie d’un smartphone passe à 2.2 ou 2.5 années sous la pression des opérateurs et des fabricants .  Elle indique par exemple que dans des pays du Sub Sahara, la migration des terminaux classiques vers le smartphone a commencé en 2015 et s’accélère sous la pression des opérateurs et des fabricants.

Les fabricants se portent sur les marchés émergeants

Pour Annette Zimmerman, l’Inde est devenu le marché le plus attractif pour les fabricants de téléphones mobiles.  Elle note que dans le monde, il s’est vendu 167 millions de smartphones en 2015, ce chiffre représentant 61% des ventes globales de téléphones mobiles (toutes catégories confondues) en Inde… Au fur et à mesure que les prix des smartphones baisseront, elle prévoit que 139 millions de smartphones se vendront en Inde en 2016, soit une augmentation de près de 30% sur l’année passée.  Le prix moyen d’achat d’un téléphone mobile en Inde est d’environ 70$ alors que plus de la moitié des smartphone vendus dans le monde ont un prix supérieur à 120$. L’effet prix sera donc déterminant en Inde.

Baisse des prix des smartphones

La Chine qui représente 95% des ventes de téléphones mobiles dans le monde (toutes catégories) a connu une croissance de 16% des ventes de smartphones en 2014 n’a pas connu de croissance en 2015. Le marché chinois, déjà saturé en téléphones mobiles, ne devrait pas connaitre de forte croissance des ventes dans les  années à venir, mais tout comme en Inde, la baisse des prix des smartphones devrait créer les condition d’une compétition plus vive au fur et à mesure qu’ils deviendront plus accessibles aux consommateurs.  Les difficultés d’accès au réseau Internet en Chine (controlé par le gouvernement) sont aussi un frein pour la migration vers les smartphones.  Annette Zimmerman conclue  que la concurrence entre les constructeurs va continuer de se renforcer sur des marchés comme la Chine et l’Inde pour la migration des anciens mobiles classiques vers des smartphones. Certains constructeurs devront alors se retirer du marché et d’autres constructeurs ou opérateurs apparaîtrons, mieux armés pour répondre aux nouvelles conditions concurrentielles. Des mouvements de consolidation risquent alors de se faire sentir lorsque les prix baisseront sur les marchés émergeants pour accélérer la migration.

 

Publicités

THE BIG IOT BAZAAR AT CES…

5 février 2016

Do Consumers Really Want an IoT? The most active market is B2B… IoT is commoditization Where is the value? Security is an afterthought…

DSC01783.JPGCedric Hutchings & Eric Carreel, CEO and chairman of Withings with Henri Seydoux, CEO of Parrot at CES Unveiled

At CES, the CTA organization said that the market for Connected Objects will reach $278 Billion in 2016…! Everything at CES was about connected objects… This number include almost everything because today, everything is connected.. TV, Smartphones, Hifi, Tablets, Wearbles, smart home, health, security, cars, glasses, perfume, toilets, etc…

What are consumers looking for when they speak “connected objects”.. So many things… !  IoT doesn’t look to be a market… and in fact it isn’t. We have to dig deeply in many different categories to identify real needs and to get real consumers who buy and use specific products regularly, most of them are already commoditized and many connected objects are no longer used. Doeas this mean most of the numbers are wrong…?

Consumers plan to cut spending on techIoT is not projected to pick up the slack.

Accenture, has completed a major consumer opinion survey and produced a report – Igniting Growth in Consumer Technology (28,000 interviews, 28 countries)  – One of the results is: Technology consumers simply aren’t in gadgetry mood and when questioned offer two reasons.

First, they are happy with their tech pretty much as it is and aren’t yearning to buy newer/better smartphones, PCs  or tablets. Connected watches and wearables might have looked like being the next big thing a year or so ago, but while there was an initial flurry of buying (Apple Watch, remember?) that has now faded away and only about 13 per cent of consumers think they might be in the market for one of those.  It’s the same story with fitness gadgets and surveillance cameras. Nerdy IoT stuff like thermostats and personal drones stimulates even less interest and tends to languish down in single digit ‘buying intent’ territory.

Users and IoTSource: Accenture

So they’re not upgrading as quickly the ‘things’. Why?

It could be that there is still a perception that many (perhaps most) of those ‘things’ are in the ‘connected toothbrush’ realm and therefore are simply not worth buying at just about any price. But in fact one big reason (at N°2) as stated in the Accenture report is  ‘security and privacy’. Put simply, consumers are worried about exposing their personal information and personal behavior to organizations primed to chase them.

How much more rapacious the activity will become when the entire house, the car, full of personal gadgets, are primed to report house and car owners’ behavior back to Samsung Amazon, Apple or Google?

Security and privacy…

Accenture says: “Price, security and ease of use remain barriers to adoption of IoT devices and services. For the majority of consumers, the lack of a compelling value proposition is reflected in concern over pricing. Security is no longer just a nagging problem, but a top barrier as consumers choose to abandon products and services over security concerns.”

The future success of IoT doesn’t just rely on connected homes and gadgets, but they are being factored in as an important component. “Growth in new categories will happen—and when it does, it can happen very quickly—but the industry needs to move NOW to drive [progress]” The value is not in the object. Generally it is related to a mix between service, usage, price, data and communities.

new study, published by Harvard University and funded by the Hewlett Foundation, debunks the notion that surveillance agencies are struggling with a data blackout. On the contrary, it argues, the rise of connected devices (the so-called Internet of Things) presents massive opportunities for surveillance, bolstered by technology companies having business models that rely on data-mining their own users — providing an incentive for them not to robustly encrypt IoT data.

“In the longer term, the Internet of Things means ubiquitous surveillance. If an object “knows” you have purchased it, and communicates via either Wi-Fi or the mobile network, then whoever or whatever it is communicating with will know where you are. Your car will know who is in it, who is driving, and what traffic laws that driver is following or ignoring. No need to show ID; your identity will already be known. Store clerks could know your name, address, and income level as soon as you walk through the door.”

What makes a connected object?

Electronic components : Commodities. Sensors and microcontrollers. They are cheap, easy to build.. Connected Objects are already  commodities. Many of them are sold on the internet or are bundled into existing products (appliances). Some of them like wearable and watches are bundled and connected to a smartphone. What value does the object alone brings to the consumer?   

Networks :  Commodity pipes. To transmit the data. There are many networks : fix, mobile 2G/3G/4G, WiFi, Bluetooth, Zigbee, Zwave, Thread, LoRa, SigFox… The issue is who owns them: Telco or not Telco? How much will they charge?  It took 10 years for the Telcos to find a business model in mobile phone… Cellphones were a competitor for fixed lines and Internet created the smartphones. Wifi was hated by Telcos… (Typical silo approach).

Data : Commodity. They come from the use of the objects. Lots of data generated. They need to be gathered by someone to be stored, analyzed and used.  What to do with the data?

Storage: Can be local or remote… Commodity. Who owns it? Who has access to it (the data) ?

Security: Ipso Alliance (an open, informal  association that promote the value of using the Internet Protocol for the networking of Smart Objects) recently added security to its goals.  “we are turning our efforts to ensuring that smart objects have identity, privacy and security attributes. Addressing these issues is critical to securing the IoT and all of its Data…”

How such an assemblage of commodities can make real and sustainable business models? Some answers are “collective usage”, “sharing economy”, “communities of users”, “industrial processes”, “data collection and analytics”, “security”, “remote and or automatic monitoring”, “optimization of processes” , “transportation”, “physical regulation”, “specific risk analysis” etc.

Another major unfulfilled promise is interoperability…Most of these IoT devices do not work with each other, they cannot exchange data, there data don’t have the same format, they work on different standards, they are triggered by different applications with different interfaces and they are connected with different networks… Demos show an idyllic perfect world where everything is working and interacting smoothly to the benefits of a happy reunited (even if dispersed) family in one click, now relying on artificial intelligence and data generated profiles  to take care and solve their problems before they happen… A life in heaven…!

Industrial IoT before IoT for people…

In a 140 page report The Internet of Things: Mapping the Value Beyond the Hype report, McKinsey & Company is more upbeat, but mainly regarding the industrial developments of IoT (B2B), an absolute necessity before customers could reap the real value of it (B2C). It is projecting that the Internet of Things (IOT)—meaning sensors and actuators connected by networks to a computing system—will see between $4 tillion up to $11.1 trillion a year economic impact by 2025, most of it being developed in the enterprise market.

Our central finding is that the hype may actually understate the full potential of the Internet of Things—but that capturing the maximum benefits will require an understanding of where real value can be created and successfully addressing a set of systems issues, including interoperability. Rather than just analyzing IoT uses in vertical industries, we also look at settings, such as cities and worksites. This shows how various IoT systems can maximize value, particularly when they interact.

We estimate a potential economic impact—including consumer surplus—of as much as $11.1 trillion per year in 2025 for IoT applications in nine settings: Factories (between 1 and 4 $ trillion), Cities(between 1 and 2 $ trillion, Human health monitoring (between 0.2 and 1.6 $ trillion), Retail (between 0.4 and 1.2 $ trillion,  Outside, Work sites, Vehicles( between 0.2 and 0.7 $ trillion)  , Homes (between 0.2 and 0.3 $ trillion), Offices.”  

The report mentions also crucial points as:  interoperability, data and intelligence, embrace data-driven decision making, B2B applications, IoT value in developing economies, capture the real benefits of vertical applications as health…incumbent should create new business models with IoT, continue to innovate in technologies, improve on privacy and security….  

 

CES 2016: AMAZON ET LA MAGIE DES PLATEFORMES INTELLIGENTES

27 janvier 2016

Précurseur et pionnier du Cloud avec sa plateforme AWS, Amazon s’appuie sur une plateforme qui s’enrichi progressivement et devient intelligente en étant capable d’héberger, de traiter et d’analyser de grosses masses de données partout dans le monde. Explications et quelques exemples significatifs en direction des objects connectés.

Pourquoi Netflix se développera-t-il sur 130 nouveaux pays en moins d’un an?

Anthony Passemard est à la tête de l’écosysteme des partenaires ISV (Independant Software Vendors) pour le nouveau segment des IoT et des Mobiles chez Amazon. Il a expliqué aux 200 responsables grands compte de la Mission CES 2016 Xavier Dalloz, comment Amazon, grâce à sa plateforme Cloud qui héberge Netflix, a permi à Read Hashtings son CEO d’annoncer au cours du CES qu’il allait s’installer dans plus de 130 nouveaux pays au cours de l’année 2016… parce que Amazon est présent dans ces pays. Par exemple en France, Amazon permet à Netflix de concurrencer Canal+ directement sur son coeur de métier sans avoir à supporter d’important coûts d’investissements d’infrastructure grâce à AWS.

Anthony Passemard présentait ensuite quelques chiffres sur les activités spécifiques de AWS qui fonctionne comme un service autonome, avec comme client Amazon.com, le service de ventes en ligne, traité exactement comme le sont les 1 million d’autres clients de AWS. Le chiffre d’affaire de AWS, aujourd’hui publié séparément, était de 2.09 milliards de dollars pour 2015, en croissance de 78% d’une année sur l’autre.

La plomberie, c’est l’affaire d’AWS

Quels sont les avantages d’une plateforme Cloud de type AWS? Il indique 5 grandes raisons:

  • La flexibilité: elle permet de commencer avec une installation test, de la modifier, de repartir dans d’autres directions en fonction des évolutions des innovations dans son coeur de métier.
  • Les coûts: Le service Informatique n’est plus un poids, lent, lourd difficile à faire bouger et coûteux. C’est une plateforme peu coûteuse qui permet de tester et d’entrer en production très vite. Par exemple, le Dow Jones a fait 100 millions de $ d’aconomie par an en passant sur AWS. L’US Navy a réduit ses coûts d’infrastructure IT de 60%
  • L’élasticité: elle permet de supporter les fluctuations saisonnières ou accidentelles sans avoir à supporter l’infrastructures maximum toute l’année. Les ressources informatique sont mieux distribuées dans le temps et l’espace, sans avoir a être immobilisées en parmanence.
  • 10 ans d’expérience: AWS a été l’un des grands précurseur du Cloud et au cours de ces 10 années s’est considérablement enrichi en même temps qu’il se deployait dans le monde entier. Cette année, plus de 500 nouvelles « features » ont été ajoutée à la plateforme qui peu convenir à un nombre toujours plus élargi de situations différentes.
  • Global: AWS est présent dans 12 régions dans le monde (le dernier pays ouvert est la Corée) et dispose de 50 points de presence dans le monde.

AWF est en fait un véritable opérateur de services informatiques, de données et de communication qui entre en compétition avec les opérateurs téléphoniques et les opérateurs de télévision, les sociétés de services. Hébergeur de données en provenance du monde entier, elle peut aussi développer des activités de services autour d’applications plus ou moins spécifiques d’analyses de ces données.

Amazon avec AWS pour l’Internet des Objets s’appuie sur ses partenaires

Anthony Passemard passait ensuite la parole à Jean Paul Huon, CTO de la société Z#bre, une société de services Française qui a developpé des solutions à bases d’objets connectés basées sur la plateforme AWS, ce qui permet une mise en oeuvre et une scalabilité quasi instantanées.

Dans le secteur de la santé (developpé dans le département du Loiret avec le Conseil Général), Jean Paul Huon explique qu’il a developpé un boitier qui permet de monitorer les services à la personne. Derrière le boitier qui recueille les données  se trouve une plateforme intelligente dotée de nombreuses fonctionnalités qui permettent de savoir par exemple les heures réelles de visite des personnes qui dispensent les soins ou apportent de l’aide, de recevoir des information d’autres objets connectés dans la maison comme un thermomètre pour s’assurer que la température est optimale dans la maison etc… Les informations traitées sont redistribuées a toute une serie d’organismes intervenants, y compris la famille qui peut recevoir des alertes.

En 6 mois, le département a pu installer et mettre en oeuvre 10000 objets connectés, et la réduction de la facture pour le département qui gère les services a la personne est estimée à 3 millions d’Euros. Reste à réaliser les interfaces avec les systèmes existants…

 

 

Une startup face à des grands comptes Français au CES

11 janvier 2016

Henri Seydoux, CEO de Parrot, etait accueilli par la mission CES 2016 conduite par Xavier Dalloz. 7 minutes à ne pas manquer…

Devant 200 responsables grands comptes Français qui constituaient la délégation Française menée par Xavier Dalloz, Henri Seydoux s’est exprimé sur ce qu’une startup comme celle qu’il a crée peut attendre des grands comptes et ce que les grands comptes peuvent attendre de startups comme Parrot.

Avicca : une lecture industrielle du plan fibre

23 mars 2012

Régis Paumier est Délégué Général du Sycabel, le Syndicat Professionnal des Fabricants de fils, cables éléctriques et de communication. Il expose un point de vue intéressant, trop peu souvent exprimé, sur l’impact industriel du plan fibre en France. L’ensemble des adhérents du Sycabel représentent environ 3 milliards d’Euros de chiffre d’affaire. Son intervention lors du colloque de l’Avicca présentait la vision de l’ensemble de la profession qu’il représente.

Pour lui en effet, le seul enjeu à la demande exponentielle de débit est la fibre, même si d’autres voies peuvent exister. Que l’on parle de haut débit fixe ou mobile, la fibre est incontournable, c’est un passage obligé. Il examine ensuite les différentes manières dont cette constatation se traduit sur le plan industriel dans la mesure où les objectifs sont maintenant connus : Il faudra raccorder 30 millions de foyers à la fibre dans les 15 années à venir.

Il expose ainsi un ensemble de défis à relever dans la course qui s’est engagée, défis qui sont assez rarement pris en compte, sachant que l’objectif des 30 millions de foyers cablés a des implications qui vont bien au-delà de la simple pose de millions de kilomàtres de fibre optique dans le sous sol Français. Il faut en effet prendre en compte la manière dont tout cela va se mettre en place et fonctionner.

Il identifie 4 grands défis qu’il examine les uns après les autres

Le défi de la production

Le défi de l’innovation

Le défi de la formation

Le défi de la réalisation

Il s’appuie sur quelques chiffres pour prendre conscience de l’effort de production que le plan nécessite, à partir d’extrapolations tirées des différents plans d’aménagements réalisés par les collectivités territoriales en France. Il faudra poser 3 millions de km de câble à fibre, c’est-à-dire installer environ 100 millions de km de câble optique, aussi bien dans le sous sol, en aérien que dans les immeubles. Il faudra aussi produit 5 millions de boitiers de raccordement et mettre en place entre 7000 et 10000 NRO (Nœuds de raccordements optiques) équivalents optiques des NRA pour le cuivre.

La conclusion qu’il tire de sa présentation est qu’il sera difficile, voir impossible de combler le gap entre la situation actuelle et les objectifs qui ont été fixés. Il ne voit pas très bien comment résoudre le problème pour l’instant, dans les conditions actuelles à moins de multiplier des aujourd’hui par 5 le rythme de déploiement actuel. Visiblement, on n’en prend pas le chemin.

Il préconise cependant la nomination d’un pilote pour ce plan, mais l’état est il une bonne solution quand on connait les travers de la bureaucratie dans notre pays? Il préconise aussi la mise en œuvre d’un véritable plan de financement de ces investissement, mais les caisses sont vides…. Il indique enfin que la mise en œuvre par zone, en commençant bien sûr par les zones denses a probablement été une erreur, mais il est difficile de forcer les opérateurs à se porter en premier lieu sur les zones non rentables…même si les zones rurales ont plus que tous besoin du haut débit pour tenter de se revitaliser.

Voir la présentation du Sycabel au colloque Avicca du 19 mars

AT&T et T-Mobile dans le collimateur de la FCC et du congrès Américain

11 août 2011

Depuis l’annonce du rachat de T-Mobile par AT&T pour 39 milliards de dollars, l’opération n’a cessé de susciter des remarques, des remous, puis une opposition de plus en plus active de la part des consommateurs, d’une bonne partie de l’industrie et maintenant de l’administration et de l’agence de régulation américaine. En effet, reconnaissant ouvertement que ce rapprochement crée pas mal de problèmes, la FCC a décidé d’aborder ce dossier de façon plus large et de le traiter conjointement avec un autre dossier concernant AT&T, celui du rachat des fréquences 700 MHz que Qualcomm destinait à FLO TV, tentative avortée de créer un système de télévision mobile propriétaire.

Une lettre datée du  8 aout émise par le Wireless Telecom Bureau de la FCC mentionne que les deux affaires posent la question de l’accumulation de spectre de fréquence par l’opérateur sur tout le pays, avec beaucoup de zones de recouvrement.  Le premier résultat de cette lettre est de repousser au-delà de 180 jours le délai accordé par l’administration américaine pour donner son avis sur la proposition de transaction avec T-Mobile. Beaucoup en effet suspectent que l’opérateur ne cherche à reprendre une position de monopole sur un marché déjà fortement concentré. Il invoquait en effet le manque de fréquences pour racheter T-Mobile alors qu’il venait de racheter du spectre « en or » dans les bandes 700 Mhz à Qualcomm pour quelques 2 milliards de dollars en décembre dernier. Parallèlement le réseau de l’opérateur, quasiment vétuste, de mauvaise qualité aussi bien pour le fixe que le mobile et notoirement insuffisant pour supporter le trafic de ses consommateurs n’est modernisé qu’à travers des investissements faits au compte goutte et bruyamment médiatisés. Donc d’un côté, AT&T sort $41 milliards pour transformer silencieusement sa position  dominante en quasi monopole et de l’autre il n’investi pas suffisamment pour améliorer son réseau. Cette attitude n’est pas celle d’un industriel, mais tout simplement celle d’un spéculateur. Gageons que nos opérateurs nationaux ne se comportent pas de la même façon dans le problème de la fibre pour le haut débit, fixe ou mobile.

Les intéressés sont offusqués de la réaction de la FCC  

Immédiatement après la lettre de la FCC, les responsables indignés d’AT&T, Qualcomm et de Deutsche Telecom ont répondu sans vraiment apporter d’arguments contradictoires nouveaux.  Pour Deutsche Telecom, considérer les deux opérations ensemble serait identique à mélanger des « pommes (Apples) » et des « oranges ». Voila une image qui ne manque pas de subtilité quant on connait « la relation amoureuse » qui lie notre opérateur historique national et le constructeur de Cupertino… ! « Ce sont deux transactions entièrement distinctes, qui adressent différentes entités, différents publics, des termes différents et des intérêts publics différents. Il n’y a aucune base juridique ou politique sérieuse pour consolider les 2 opérations » explique Deutsche Telekom dans sa réponse à la FCC.  Dean Brenner Vice président des affaires institutionnelles de Qualcomm précise que « les bénéfices pour le public de cette vente s’affirment par eux même et ne sont absolument pas liés au rapprochement de AT&T et T-Mobile. » Il précise, et on imagine bien les trémolos offusqués  dans sa voix : « Le deal avec Qualcomm permettra de réutiliser du spectre 700Mhz découplé et non utilisé pour du haut débit mobile, et de cette façon facilitant l’Amérique à résoudre son problème de manque de fréquence et permettant à la FCC d’atteindre son but de réallouer 300 Mhz de fréquences au très haut débit mobile dans les 5 prochaines années ».

Il mentionne enfin que cet argent servirait à Qualcomm d’investir pour développer une nouvelle technologie spectralement plus efficace pour accélérer les transferts et permettre les premiers développements aux Etats Unis « stimulant ainsi la croissance économique des Etats Unis ainsi que la création d’emploi et améliorant la position de leadership des Etats Unis dans le sans fil.. » Le tout sans sourciller… ! Quant à AT&T, il s’offrait un communiqué langue de bois digne des déclarations du soviet suprême : « Nous pensons que la transaction avec Qualcomm a ses propres mérites. Nous nous félicitons que la commission ait rejeté les demande de consolider officiellement les deux accords et a expressément maintenu la possibilité que notre demande pour Qualcomm soit traitée avant celle de T-Mobile. Nous sommes confiants que la FCC approuvera les transferts de licences comme étant conforme à l’intérêt public. »

Consommateurs et industrie s’y opposent

Coté consommateurs, la perception est toute différente. Plusieurs associations de consommateurs avaient manifesté des réserves le jour de l’annonce du rapprochement avec T-Mobile à côté de nombreuses interrogations et des sourcils froncés d’une partie de la presse. Une coalition de groupes défendant les intérêts du consommateur s’est constituée autour de plusieurs organismes :  Free Press, Media Access Project, Public Knowledge, Consumers Union et the Open Technology Initiative of the New America Foundation, rejoint ensuite par plusieurs opérateurs sans fil locaux ou régionaux comme Cincinnati Bell Wireless, MetroPCS Communications, NTELOS, the Rural Cellular Association, the Rural Telecommunications Group et puis par Sprint Nextel dont le CEO, Dan Hesse indiquait que cette acquisition serait un « désastre absolu pour les consommateurs et l’économie américaine et conduira à encore plus de régulation ».

Le 27 avril, ils envoyaient une lettre à Julius Genachowski, Chairman de la FCC indiquant «  si le transfert de licence de Qualcomm et le rapprochement avec T-Mobile sont approuvés, il donneront encore plus de puissance a un opérateur sans fil déjà dominant pour imposer son contrôle sur les terminaux, le réseaux de transport et les consommateurs pour asphyxier complètement la concurrence. »

Opposition grandissante des politiques

Le dernier volet de l’opposition à cette opération est une opposition grandissante au sein du congrès. Même si celui-ci n’a pas à juger de l’opportunité de ce rapprochement, l’avis de certains politiciens à Washington est très écouté et AT&T n’a pas négligé d’intensifier son lobbying en déployant quelques millions de dollars auprès des Représentants et Sénateurs ou d’organismes qui leurs sont directement liés. A remarquer que les mécanismes du lobbying américain sont en général assez connus, cette activité étant quasiment officielle. Mais en France le lobbying n’existe pas officiellement, ses mécanismes sont donc assez obscures et difficiles à mettre à jour, certaines sociétés Françaises sont devenues maîtres en la matière.

Pourtant, le Sénateur Herb Kohl, Chairman du sous comité qui au Sénat examine les affaires anti-trust, avait provoqué une audition des responsables d’AT&T et de T-Mobile en mai dernier pour permettre aux protagonistes d’expliquer les raisons de ce rapprochement. Apparemment peu satisfait des conclusions de cette audition, il envoyait le 20 juillet dernier une lettre de 7 pages à Julius Genachowski Chairman de la FCC et au Procureur Général Eric Holder où il indique les nombreux points pour lesquels le rachat de T-Mobile par AT&T serait néfaste. « J’ai conclu que cette acquisition, explique le Sénateur,  si elle est autorisée, créerait de nombreux dommages à la concurrence et aux consommateurs, serait contraire aux lois antitrust et contraire à l’intérêt public, et devrait donc être bloquée par vos agences. »  La réaction de la FCC ne s’est donc pas faite attendre longtemps et pourrait conduire à une nouvelle forme de 1984 (qui avait vu le démantèlement du monopole d’AT&T). A noter que cette tendance à la reconstitution de monopoles à partir d’anciens monopoles d’Etats est un phénomène industriel très fréquent qui s’accélère avec la mondialisation. Elle mériterait d’être étudiée avec plus de précisions dans le secteur des télécoms, aussi bien aux Etats Unis qu’en Europe.

Les grands opérateurs téléphoniques pleurent misère…

1 mai 2011

Est-ce par hasard que Stéphane Richard, PDG de France Télécom accorde un entretien au Wall Street Journal pour raconter ses « misères » à la communauté financière internationale à peu près au même moment où AT&T envoie un gros document de près de 400 page à la FCC, le régulateur Américain, pour lui expliquer que la seule issue pour lui est de racheter T-Mobile s’il veut survivre à l’augmentation du trafic sur ses réseaux mobiles…?

Sortie de crise favorable aux grandes manoeuvres

Cette époque de sortie de crise ( loin derrière pour beaucoup de grandes entreprises qui naviguent déjà toutes voiles dehors) est très favorable à  des grandes manœuvres de consolidation et de conquête. Les opérateurs qui n’ont pas connu la crise, vivant grassement sur du free cash flow récurrent, sont maintenant avides de renforcer et/ou reprendre des positions de monopole qui leur permettront de verrouiller et de presser un peu plus leurs abonnés dans des solutions chères et figées, très rentables pour eux.. En général, on appelle ça des rentes de situation sur le dos du consommateur…

Une nouvelle révolution industrielle.. pour qui et comment ?  

De leur côté, les gouvernements sont inquiets de la lenteur de la reprise et commencent à se préoccuper des prochaines échéances électorales. Ils sont prêts à quelques « petites compromissions et arrangements » pour accélérer le processus qui leur permettra de prétendre devant les électeurs qu’ils ont fait « du bon boulot ». Ces opérateurs sont en effet un « passage obligé » pour le nécessaire renouvellement des infrastructures de ce qu’on a appelé « les autoroutes de l’information ». Beaucoup ne sont pas loin de penser que les opérateurs téléphoniques sont aussi la solution pour résoudre (et contrôler) l’énorme problème des contenus sur Internet suscités par des « géants du Web Américains ».

Non seulement ils  viennent  « polluer » l’exception Française, mais en plus ils profitent gratuitement d’investissements réalisés localement et dégagent de larges profits en s’appuyant sur un écosystème de sociétés très dynamique… L’enjeu économique, qui ne se cache plus maintenant, est celui de mettre en place de nouvelles infrastructures (fibre pour le fixe et très haut débit pour les mobiles) pour le déploiement d’une révolution industrielle qui marquera ce siècle et dont on peu espérer que tout le monde profitera. Seulement, tout le monde n’est pas d’accord sur le type de révolution et qui va en bénéficier… ? La France sur Internet paie le retard accumulé par les « visions » de l’opérateur lorsqu’il était monopole historique, visions qui ne faisaient qu’unes avec celles du gouvernement…

 France Télécom… misérable ?

L’article du WSJ dresse le paysage de cette façon «  ayant passé l’année dernière à remette au beau fixe le moral des troupes du 3ème opérateur télécom européen après une vague de suicides, Stephane Richard essaie maintenant de  convaincre la communauté financière que France Télécom est un bon pari, malgré les problèmes que rencontre l’ensemble du secteur des télécom. »  Il cite ensuite Stéphane Richard qui affirme : « Nous sommes entrés dans une phase difficile »… « notre modèle économique est sous pression »…  La stagnation des revenus des opérateurs, la nécessité d’investir pour répondre à l’augmentation exponentielle des trafics sur les réseaux et la forte concurrence qui s’exerce sur les opérateurs (entendez depuis l’ouverture des marchés) rend la situation intenable. Pour Stéphane Richard, cela conduirait obligatoirement à une consolidation sur le marché européen et à des mesures de réductions des coûts…

L’Europe, un bon terrain de jeu…

La machine est lancée… Directement dans la foulée de AT&T qui rachète T-Mobile aux Etats Unis, mais d’une manière plus discrète par touches successives et différentes, France Télécom se lance dans un rapprochement avec Deutsche Télékom, la maison mère de T-Mobile. L’Europe est bien sûr passée au-delà du capitalisme sauvage à la manière de l’Oncle Sam et les grandes manœuvres s’opèrent de façon plus feutrée, moins transparentes, les montages sont plus compliqués et longs à mettre en œuvre pour ne pas éveiller les soupçons du grand public.

Mais aussi l’hétérogénéité des 29 pays européens offre un terrain de jeu beaucoup plus riche en opportunités que les Etats Unis très unifiés.  Ils créent donc une filiale commune (sans nom pour l’instant)… d’achat de matériels et plusieurs accords (gardés essentiellement secrets) pour le partage des réseaux dans plusieurs pays d’Europe. En Angleterre, les deux opérateurs ont déjà combiné leurs activités mobiles dans une autre joint venture appelée « Everything Everywhere ». Mais une fusion des 2 opérateurs est purement impensable affirme-t-on de chaque côté… Voila qui devrait endormir pour un moment les autorités de la concurrence de chacun des pays… ! Parallèlement, les opérateurs cherchent à s’entendre au niveau européen pour envisager de faire payer Google et les autres « géants » du Web, ce que Neelie Kroes, la commissaire Européenne, voit d’un regard plutôt méfiant.

Arguments diversement fallacieux…  

D’un autre côté, Stéphane Richard explique que sa société s’attache à acheter des opérateurs en Afrique et au Moyen Orient, marchés sur lesquels il espère doubler son chiffre d’affaire d’ici 2015… Cocorico… Tout ne va donc pas si mal du côté des investissements… De la même manière que AT&T investi 39 milliards de dollars pour prendre 10 points de part de marché sur les Etats Unis plutôt que de mettre ses 39 milliards sur l’amélioration de son réseau désuet, France Télécom investi à l’étranger pour prendre des position dominantes et investi de façon parcimonieuse sur son marché, bloquant de fait le déploiement du très haut débit sur le territoire Français. L’un invoque un prétendu manque de fréquence, ce qui lui permet de rafler de nouvelles fréquences, une denrée rare qui pourrait servir à d’autres plus actifs et innovants, et l’autre invoque l’irrésistible besoin de réduire les coûts.

Monopole va-t-il de pair avec bonne gestion ?

AT&T comme France Télécom sont dans une position fortement dominante et leur gestion n’est pas non plus des plus exemplaires, ni des plus transparente, mais ceci ne semble plus être d’actualité du moins pour France Télécom en France. Le récent scandale lié à la « rente retraite » de Didier Lombard est un exemple facile, mais le comportement de France Télécom est insupportable pour les collectivités locales en France qui dépendent de son bon vouloir.

D’autre part, la location de son réseau de cuivre et de ses fourreaux (encore appelé son génie civil)  rapporte encore gros à France Télécom, quasiment de la marge net, puisqu’il a été payé par les contribuables et rentabilisé depuis longtemps (on parle de 8 milliards d’Euros par an. il s’agirait en fait de 1 milliard d’euros par an selon un opérateur concurrent). Donc inutile d’investir pour changer cette situation… Qui se souvient des discours du roi du Minitel français qui lui rapportait pratiquement 2 milliards d’euros par an,  lors de l’arrivée d’Internet ? Pauvre pionnier perdu dans un monde qui ne le comprend pas… !

La question des opérateurs OTT (over the top)  

L’ennui est que la communauté financière internationale n’aime pas bien les opérateurs téléphoniques vus comme des opérateurs de tuyaux, peu innovants, ringards, dépassés… et leur préfère les Google,  Apple, Amazon, Facebook de l’autre côté de l’Atlantique ou Baidu en Chine. Mais Stéphane Richard sort le couplet : « Les opérateurs doivent avoir les perspectives de revenus qui justifient les larges investissement. Ceci  soulève la question du partage des revenus entre les producteurs de contenu, les géants de l’Internet, particulièrement Google  et les opérateurs téléphoniques… On a besoin d’un modèle de partage de revenu qui soit équitable…». Mais il semble que les discussions avec ces dits “géants de l’Internet” ne soient guère avancée (en terme de poids France Télécom avec ses 50 milliards d’Euros de CA annuels et ses 8 milliards de cash flow n’est pourtant pas un nain… !).

Une odeur de neutralité du Net…

Stéphane Richard affirme que Google paie France Télécom dans un partenariat qui permet aux sociétés Internet américaines d’accéder au réseau France Télécom et permet à Google de délivrer son contenu aux consommateurs de façon efficace. « Ils paient pour entrer à nos points d’accès en Europe et en Afrique, et pour ça nous leur assurons un niveau minimum de trafic. » Il ne mentionne pas les sommes mais une porte parole de Google, non nommée par le WSJ précise : « Google ne paie pas pour un niveau minimum de trafic ou autre… »

Elle précise qu’il s’agit d’un accord d’interconnexion qui est standard dans l’industrie des télécom  et n’est aucunement conçu pour payer France Télécom sur ses investissements en réseaux. Pour tous les réseaux téléphoniques qui opèrent le réseau Internet, les opérateurs s’interconnectent depuis longtemps et évitent ainsi la congestion sur leurs réseaux respectifs grâce à ces accords d’interconnexion. La porte parole de Google précise que le trafic de Google n’est absolument pas favorisé par rapport à d’autres fournisseurs de contenus…Chaque opérateur a des centaines d’accords de ce type…  La neutralité du net vient donc de recevoir un gros paquet de dollars et d’euros sur la tête…

La vraie question

Peut-on faire confiance à un opérateur qui possède l’infrastructure ? Les collectivités locales en France n’en sont pas vraiment convaincues…Les collectivités locales américaines l’ont payé très cher.  En effet, l’idée de Stéphane Richard, telle qu’elle est relaté par le WSJ est claire. Il veut que les opérateurs de contenus (les OTT) financent les investissements qu’ils font dans les réseaux sous le sceaux d’accords qui permettront à leurs contenus de bénéficier d’un régime de faveur. D’un autre côté, il veut contrôler le contenu qu’il délivrera sur Internet aux consommateurs en faisant payer plus cher ceux qui passent plus de temps et consomment plus de contenus. L’histoire serait donc doublement rentable,  un retour net, direct, immédiat et à long terme sur investissement.

Enfin, rien n’est dit sur le contrôle de ces infrastructures qui resteront leur propriété et quels seront les plans d’investissement…Toujours cette absence de transparence inhérente à tout ce qui est un peu technologique… Voila un beau sujet d’agitation pour le Conseil du Numérique qui vient de faire ses premiers pas… Il regroupe entre autres tous les opérateurs Français… Le ton est donné, les vilains OTT qui pillent nos opérateurs n’ont qu’à bien se tenir… Notre pays est toujours aussi étonnant. On va passer des mois à discuter sur le sujet et pondre de jolis rapports avec des recommandations « très intéressantes » et puis on fera une belle loi bien compliquée pour appliquer tout ça et on s’apercevra que ça ne marche pas et que le train est déjà passé.

Acquisitions en vues

On a bien vu que France Télécom a depuis 4 ans littéralement mis « tout son poids »  sur le déploiement de la fibre en France, et qu’il a un impact considérable que ce que sera le paysage Français dans 30 ans… Ca s’appelle de l’aménagement du territoire par les infrastructures… France Télécom comme la plupart des opérateurs historiques a le monopole dans la peau et ne s’en débarrassera pas… C’est une sorte de trou noir qui absorbe et verrouille. Le phénomnène est encore plus clair aux Etats Unis avec AT&T pour qui la régulation est bien moindre et son comportement ressemble parfois même à du racket.  Est-ce un syndrome Français ou une particularité des opérateurs historiques, alors que les OTT ont plutôt tendance à générer une industrie grâce à l’innovation?

Par exemple, France Télécom  a littéralement racheté Dailymotion et Deezer à très bas prix (comparé par exemple à YouTube racheté par Google un an après sa création pour 1.6 milliards de dollars…) après avoir englouti des centaines de millions d’euros dans des droits TV sur le foot pour jouer l’exclusivité, en vain… Le montant des droits sur le sport payés par France Télécom dépasse le demi milliard d’euros en 2010. Ce demi milliard pourrait être consacré à investir dans la fibre en milieu rural par exemple…!

L’article du WSJ conclue que la prochaine cible de France Télécom se trouve dans les réseaux sociaux.. Va-t-il acheter Facebook… ?

Je ne peux pas m’empecher d’ajouter cette citation :

Je dis donc aux entrepreneurs, mobilisez votre créativité et votre imagination, non pas pour casser la contrainte, non pas pour enfreindre la contrainte, mais plutôt pour vous appuyer dessus et la dépasser”……  “C’est pour cela que j’ai créé le CNN (Conseil National du Numérique), on ne peut pas rester à deux mondes qui s’ignorent qui s’inquiètent qui se méconnaissent. Il faut qu’on essaye d’associer les gens. C’est pour cela que j’ai créé le CNN, pour que pour tout projet législatif ou réglementaire susceptible d’avoir un impact sur l’économie numérique, le gouvernement soit obligé de demander votre avis, et bénéficie de l’éclairage qui émanera du secteur numérique… Vous l’avez reconnu je pense. Voila donc le programme.