Archive for the ‘Big Data’ category

CES 2016: AMAZON ET LA MAGIE DES PLATEFORMES INTELLIGENTES

27 janvier 2016

Précurseur et pionnier du Cloud avec sa plateforme AWS, Amazon s’appuie sur une plateforme qui s’enrichi progressivement et devient intelligente en étant capable d’héberger, de traiter et d’analyser de grosses masses de données partout dans le monde. Explications et quelques exemples significatifs en direction des objects connectés.

Pourquoi Netflix se développera-t-il sur 130 nouveaux pays en moins d’un an?

Anthony Passemard est à la tête de l’écosysteme des partenaires ISV (Independant Software Vendors) pour le nouveau segment des IoT et des Mobiles chez Amazon. Il a expliqué aux 200 responsables grands compte de la Mission CES 2016 Xavier Dalloz, comment Amazon, grâce à sa plateforme Cloud qui héberge Netflix, a permi à Read Hashtings son CEO d’annoncer au cours du CES qu’il allait s’installer dans plus de 130 nouveaux pays au cours de l’année 2016… parce que Amazon est présent dans ces pays. Par exemple en France, Amazon permet à Netflix de concurrencer Canal+ directement sur son coeur de métier sans avoir à supporter d’important coûts d’investissements d’infrastructure grâce à AWS.

Anthony Passemard présentait ensuite quelques chiffres sur les activités spécifiques de AWS qui fonctionne comme un service autonome, avec comme client Amazon.com, le service de ventes en ligne, traité exactement comme le sont les 1 million d’autres clients de AWS. Le chiffre d’affaire de AWS, aujourd’hui publié séparément, était de 2.09 milliards de dollars pour 2015, en croissance de 78% d’une année sur l’autre.

La plomberie, c’est l’affaire d’AWS

Quels sont les avantages d’une plateforme Cloud de type AWS? Il indique 5 grandes raisons:

  • La flexibilité: elle permet de commencer avec une installation test, de la modifier, de repartir dans d’autres directions en fonction des évolutions des innovations dans son coeur de métier.
  • Les coûts: Le service Informatique n’est plus un poids, lent, lourd difficile à faire bouger et coûteux. C’est une plateforme peu coûteuse qui permet de tester et d’entrer en production très vite. Par exemple, le Dow Jones a fait 100 millions de $ d’aconomie par an en passant sur AWS. L’US Navy a réduit ses coûts d’infrastructure IT de 60%
  • L’élasticité: elle permet de supporter les fluctuations saisonnières ou accidentelles sans avoir à supporter l’infrastructures maximum toute l’année. Les ressources informatique sont mieux distribuées dans le temps et l’espace, sans avoir a être immobilisées en parmanence.
  • 10 ans d’expérience: AWS a été l’un des grands précurseur du Cloud et au cours de ces 10 années s’est considérablement enrichi en même temps qu’il se deployait dans le monde entier. Cette année, plus de 500 nouvelles « features » ont été ajoutée à la plateforme qui peu convenir à un nombre toujours plus élargi de situations différentes.
  • Global: AWS est présent dans 12 régions dans le monde (le dernier pays ouvert est la Corée) et dispose de 50 points de presence dans le monde.

AWF est en fait un véritable opérateur de services informatiques, de données et de communication qui entre en compétition avec les opérateurs téléphoniques et les opérateurs de télévision, les sociétés de services. Hébergeur de données en provenance du monde entier, elle peut aussi développer des activités de services autour d’applications plus ou moins spécifiques d’analyses de ces données.

Amazon avec AWS pour l’Internet des Objets s’appuie sur ses partenaires

Anthony Passemard passait ensuite la parole à Jean Paul Huon, CTO de la société Z#bre, une société de services Française qui a developpé des solutions à bases d’objets connectés basées sur la plateforme AWS, ce qui permet une mise en oeuvre et une scalabilité quasi instantanées.

Dans le secteur de la santé (developpé dans le département du Loiret avec le Conseil Général), Jean Paul Huon explique qu’il a developpé un boitier qui permet de monitorer les services à la personne. Derrière le boitier qui recueille les données  se trouve une plateforme intelligente dotée de nombreuses fonctionnalités qui permettent de savoir par exemple les heures réelles de visite des personnes qui dispensent les soins ou apportent de l’aide, de recevoir des information d’autres objets connectés dans la maison comme un thermomètre pour s’assurer que la température est optimale dans la maison etc… Les informations traitées sont redistribuées a toute une serie d’organismes intervenants, y compris la famille qui peut recevoir des alertes.

En 6 mois, le département a pu installer et mettre en oeuvre 10000 objets connectés, et la réduction de la facture pour le département qui gère les services a la personne est estimée à 3 millions d’Euros. Reste à réaliser les interfaces avec les systèmes existants…

 

 

Publicités

CES 2016: CISCO parle des startups, des réseaux IoT

12 janvier 2016

Bruno Touret de Cisco était invité de la Mission CES 2016 comportant plus de 200 responsables grands comptes Français accompagnés par Xavier Dalloz et son équipe. 

Bruno Touret indiquait que Cisco a decidé d’investir presque un demi milliards de dollars dans des startip européennes, dont 100 millions en Angleterre, 100 millions en Allemagne et 200 millions en France.

Cisco s’intéresse principalement aux startup dans trois secteurs directement reliés à l’Internet des Objets. Son objectif est de créer des liens étroits et intégrés avec  le ceur du réseau Cisco dans les prochanes décenies. Conjointement, Cisco s’intéresse à des écosystèmes innovants qui lui pemettent de renforcer l’interopérabilité des équipements et des réseaux.

Le premier secteur est celui du Big Data. A ce titre, Cisco a investi dans la société Intersec, une société basée en Angleterre, crée par Yann Chevallier et 2 autres Français, qui réalise des logiciels d’analyse de flux de données en temps réel dans des campagnes de marketing. Le partenariat avec Cisco permet d’intégrer des objets connectés pour recueillir des données sur les usages plus rapidement et permettre, plus particulièrement dans le secteur de la téléphonie, d’améliorer la réactivité des opérateurs en fonction d’une connaissance  plus précise du comportements de leurs clients.

Le second secteur est celui de l’IoT. Cisco a passé un partenariat et investi dans la société Actility, crée par Olivier Hersent, un véteran des télécommunications et entrepreneur récidiviste. Cette société qui a developpé des solutions de communication machine to machine et s’est positionné comme pourvoyeur de solutions technologie de télécommunications sans fil pour l’Internet des Objets (ThingPark Wireless) vient d’incorporer le protocole de réseau IoT LoRa WAN dans les équipements Cisco. Ce réseau viendra enrichir les possibilités offertes par  les réseaux Cisco en direction de l’Internet des Objets, et pourra cohabiter avec d’autres protocles pour améliorer l’interoperabilité entre différents ecosystèmes connectés.

Le troisième secteur est celui de la cybersecurité. Cisco a racheté la société Américaine Open DNS crée par David Ulevitch qui a developpé des solutions de sécurité intelligentes autour du DNS, pour combattre le spyware, le spam et le phishing notamment. Les tchnologies de OpenDNS seront intégré dans les produits Cisco pour l’analyse et la protection des contenus.

Au CES, explique Bruno Touret, Cisco est  aussi partie prenante et très actif dans le stand de l’OIC. L’open Interconnect Consortium a été formé en octobre 2014 par un groupe de 4 ou 5 compagnies dont Cisco, Intel, General Electric et Samsung, rapidement rejointes par trente puis cinquante et aujourd’hui par plus de 200 sociétés impliquées dans le seteur de l’Internet des objets. L’objectif de ce consortium, dont le principal concurrent est Allseen, une Alliance crée par Qualcomm (auquel participent aussi un grand nombre des membres de OIC), est de développer un protocole qui permette de standardser et de rendre interopérables les réseaux  et les objets connectés. L’un des principaux enjeux de ces 2 organismes est de permettre a tous les objets connectés de se parler entre eux et de faciliter l’utilisation sécurisée des données générées par les objets connectés.

Enfin, Bruno Touret indiquait que Cisco en France a resserré ses liens avec le monde de l’éducation et passé un accord avec l’école Polytechnique pour y créer une Chaire sur L’Internet des Objets et créer plusieurs Innovations Labs.