Archive for the ‘Asie’ category

NET RALENTISSEMENT DES VENTES DE SMARTPHONE EN 2016

9 juin 2016

Depuis 2010, le marché connait un ralentissement significatif et pour la première fois passe sous une croissance inférieure à 10% par an. Il se transforme en marché de renouvellement et risque d’aborder une période plus turbulente.

La société d’analyse de marché Gartner, dans une récente note,  indiquait que les ventes de smartphones dans le monde ont commencé de ralentir. En 2010, le marché mondial des smartphones aurait atteint son maximum de croissance avec une progression de 73% d’une année sur l’autre.  Depuis cette date, Gartner précise que la croissance annuelle n’a cessé de ralentir et pour la première fois cette année, la croissance annuelle passera en dessous de 10%, avec une progression 2016 prévue de 7% sur l’année passée.

En 2015, la progression avait été de 14.4%. D’ici 2020, le nombre total de smartphones sur la planète devrait approcher les 2 milliards d’unités.telephoneNokia 808

Les opérateurs cherchent à accélerer le renouvellement des smartphones

Dans cette note, Annette Zimmerman et Roberta Cozza, directrices de recherche à Gartner précisent quelques caractéristiques de ce marché qui a globalement atteint sa maturité avec un taux de pénétration de 90% pour l’ensemble des pays industriels suivant : Amérique du Nord, Europe de l’Ouest Japon, et les marchés matures de l’Asie Pacifique. Pour ces pays, le marché est en train de basculer vers un marché de renouvellement, avec des appareils dont la durée de vie va probablement rester similaire.  Cette tendance au renouvellement des appareils est accentuée par le comportement des opérateurs et des fabricants de smartphones qui depuis plusieurs années ont renforcé et ajusté leur politique de financement et de subventionnement des terminaux mobiles.  “Dans ce marché mature, les utilisateurs de smartphones  utilisent le même appareil pendant environ 2.5 années et ce chiffre ne devrait pas bouger beaucoup dans les années à venir » précise Roberta Cozza.  Cependant, dans les marchés émergeants où la vie d’un téléphone de base (non smartphone) est de 3 ans,  la durée de vie d’un smartphone passe à 2.2 ou 2.5 années sous la pression des opérateurs et des fabricants .  Elle indique par exemple que dans des pays du Sub Sahara, la migration des terminaux classiques vers le smartphone a commencé en 2015 et s’accélère sous la pression des opérateurs et des fabricants.

Les fabricants se portent sur les marchés émergeants

Pour Annette Zimmerman, l’Inde est devenu le marché le plus attractif pour les fabricants de téléphones mobiles.  Elle note que dans le monde, il s’est vendu 167 millions de smartphones en 2015, ce chiffre représentant 61% des ventes globales de téléphones mobiles (toutes catégories confondues) en Inde… Au fur et à mesure que les prix des smartphones baisseront, elle prévoit que 139 millions de smartphones se vendront en Inde en 2016, soit une augmentation de près de 30% sur l’année passée.  Le prix moyen d’achat d’un téléphone mobile en Inde est d’environ 70$ alors que plus de la moitié des smartphone vendus dans le monde ont un prix supérieur à 120$. L’effet prix sera donc déterminant en Inde.

Baisse des prix des smartphones

La Chine qui représente 95% des ventes de téléphones mobiles dans le monde (toutes catégories) a connu une croissance de 16% des ventes de smartphones en 2014 n’a pas connu de croissance en 2015. Le marché chinois, déjà saturé en téléphones mobiles, ne devrait pas connaitre de forte croissance des ventes dans les  années à venir, mais tout comme en Inde, la baisse des prix des smartphones devrait créer les condition d’une compétition plus vive au fur et à mesure qu’ils deviendront plus accessibles aux consommateurs.  Les difficultés d’accès au réseau Internet en Chine (controlé par le gouvernement) sont aussi un frein pour la migration vers les smartphones.  Annette Zimmerman conclue  que la concurrence entre les constructeurs va continuer de se renforcer sur des marchés comme la Chine et l’Inde pour la migration des anciens mobiles classiques vers des smartphones. Certains constructeurs devront alors se retirer du marché et d’autres constructeurs ou opérateurs apparaîtrons, mieux armés pour répondre aux nouvelles conditions concurrentielles. Des mouvements de consolidation risquent alors de se faire sentir lorsque les prix baisseront sur les marchés émergeants pour accélérer la migration.

 

Publicités

CES ASIA: LA FRENCH TECH JOUE EN TETE

17 mai 2016

A l’occasion du CES Asia qui s’est déroulé à Shanghai , la French Tech représentait la 1ère délégation de startup étrangères

DSC02059

La deuxième édition du CES Asia, qui s’est tenue pendant 3 jours au début du mois de  Mai à Shanghai accueillait probablement plus de 32000 visiteurs et près de 400 exposants essentiellement Chinois dans un énorme et moderne parc  d’expositions  situé à l’Est de la ville. La barrière de la langue a un impact important ce qui explique une proportion plus faible d’exposants étrangers, mais cette caractéristique permettra ultérieurement de mieux cerner  les tendances de l’industrie numérique chinoise et d’élaborer quelques comparaisons, toutes proportion gardées, entre  les grands traits de ce CES Asie et  le traditionnel CES de Las Vegas.

En effet, 50 sociétés Américaines et 20 sociétés Françaises se sont déplacées, mais 17 + 2 des sociétés Françaises présentes sur le salon étaient des startups. Parmi les sociétés US se trouvait quelques poids lourd et marques connues comme Intel, Garmin, Chevrolet, Jabra et parmi les françaises, Valéo, mais c’est dans le Startup Park que la France a brillé.

Le startup Park sous la bannière French Tech Shanghai

Sacha Dunas, de la société World Events Agency était l’organisateur de l’espace French Tech de ce CES, aidé par Stéphane Monsallier  directeur de la société System in motion… Tous deux habitent sur place depuis plusieurs années.  En tant que French Tech Shanghai, ils se sont appuyés sur une petite équipe de Français locaux bénévoles et  ont mis en place les stands et recruté 17 startups en moins de 4 mois,  avec l’aide de la seule bannière French Tech, qui leur a permis de » déplacer les montagnes », sans moyens financiers. En parallèle, 2 autres startup Françaises sont venues par leurs propres moyens sans bénéficier des conditions spécifiques de la French Tech, offertes par le CES.  Les équipes de Gary Shapiro, le CEO du CES, on en effet accordé à la French Tech un régime particulier compte tenu du nombre de startup qui étaient présentes.

Il faut noter que la quasi-totalité des sociétés « Françaises » présentes sont des représentations locales de sociétés Françaises. Leurs objectifs sont donc sensiblement différents des objectifs des sociétés qui exposent sous la bannière French Tech de l’Eureka Park à Las Vegas.  J’ai rencontré et interviewé plusieurs responsables de ces sociétés, tous Français.  Ils feront l’objets de plusieurs articles consacrés a cette manifestation.

Voir ci-dessous l’interview de Sacha Dunas et de Stéphane Monsallier responsables French Tech Shanghai.