Archive for the ‘energie’ category

L’internet des objets arrive, vous n’avez encore rien vu…

12 novembre 2012

« L’internet des objets est pour demain… »  Encore une phrase pour journaliste en mal de sensationnel. Pourtant, la conférence organisée par l’ASPROM sur le thème de l’Internet des objet n’était pas vraiment destinée au grand public.  La salle était peuplée surtout de responsables d’entreprises, de chercheurs, d’universitaires et d’investisseurs venus chercher une vision construite, argumentée et détaillée de ce que la communication des objets peut apporter à la vie quotidienne, à l’industrie, à la vie de tous les jours.

La première intervention de la journée, faite par Xavier Dalloz qui represente le CES (Consumer Elecgtronic  Show) en France avait donc pour objectif de tracer un tableau large, mais précis et incisif des grandes evolutions à venir.

Le premier point à retenir est que les technologies sont là, elles existent et permettent d’ores et déjà le développement de l’Internet des objets. Seulement, les infrastructures ne sont pas encore complètement mises en place pour permettre de bénéficier  et d’accéder à l’intelligence mise dans les objets. En effet, plus de 50 milliards d’objets connectés d’ici 2020 vont fortement solliciter les réseaux dont la bande passante aujourd’hui est déjà insuffisante pour écouler le trafic actuel.

Quels enjeux autour des objets communicants et le futur de l’Internet? Une conférence ASPROM sur L’internet des Objets

15 octobre 2012

Les 24 et 25 Octobre prochain, Roland Dubois, président de l’ASPROM, organise une nouvelle conférence où seront examinés les enjeux et les mécanismes de l’évolution d’un ensemble de technologies, de produits, services et usages regroupés sous le terme d’objets communicants ou encore Internet des Objets. La vision de l’Internet des objets n’est pas nouvelle. En effet, depuis plus de 15 ans, dès qu’Internet a été considéré comme un phénomène irréversible, l’idée de rendre les objets communicants trottait dans beaucoup d’esprits inventifs. On se souviendra du Frigidaire connecté à Internet, réalisé en 1999, capable d’alerter la ménagère lorsqu’il n’y a plus de lait, de beurre ou que des produits sont périmés.  Seulement, les technologies de communications sans fil étaient encore insuffisantes, les puces radio trop encombrantes, trop chères ou trop gourmandes en consommation électrique, les infrastructures étaient insuffisantes, les prétendus standards d’interopérabilité n’étaient pas des standards et les usages rentables étaient encore à imaginer.

Besoin d’une nouvelle loi de Moore autour des infrastructures?

Pourtant, progressivement, avec l’arrivée du WiFi, de la téléphonie cellulaire, des technologies de télécommunications sans fil à basse consommation, avec la miniaturisation, l’intégration plus poussée et la montée en puissance des processeurs et le développement d’un grand nombre de nouvelles technologies, la mise en œuvre de projets autour des objets communicants aux ambitions bien définies, précises et économiquement viable devient plus acceptable. La généralisation, la montée en puissance et la baisse des coûts des télécommunications fixes et mobiles qui s’opèrent grâce à la fibre et les technologies sans fil de nouvelle génération semblent opérer comme une nouvelle loi de Moore dont les effets seraient aussi larges et profonds sur  l’Internet des Objets que les effets qu’elle a eus sur l’industrie du PC.

Les standards et les usages sont clés

ASPROM se propose donc d’examiner en profondeur les enjeux que posent ces nouvelles évolutions technologiques et d’examiner la manière dont les usages vont évoluer et les grandes directions vers lesquelles ils se dirigent. L’un des aspects les plus importants dans cette évolution sera la manière dont les standards vont se développer autour de quelques technologies clé, de façon à permettre de larges déploiements, dans les entreprises et au delà des frontières territoriales. Les différents aspects technologiques et économiques du M2M seront ainsi traités par une quinzaine de spécialistes, de chercheurs et de responsables en entreprises opérant dans ce domaine. Plusieurs secteurs, dont celui de la santé, de l’habitat et de la ville, de l’énergie et de l’environnement seront abordés et examinés de façon plus précise.

La conférence se déroulera à la FIEEC, 17 rue Hamelin, 75016 Paris les 24 et 25 octobre

Programme  et inscription ici :  http://www.asprom.com/seminaire/internet-futur.pdf

LE BATIMENT INTELLIGENT AU COIN DE LA RUE… NOUVELLES PROBLEMATIQUES

6 mars 2012

En moins d’une décennie, Internet et la téléphonie mobile ont profondément et radicalement modifié la vie des gens alors que les impacts du téléphone, de l’électricité ou du moteur à explosion se sont échelonnés sur ¼, ½ voir presque 1 siècle. C’est en créant de nouveaux usages que ces technologies ont suscité la création de nouvelles infrastructures qui elles même entrainent de nouveaux usages… Les télécommunications, liées aux enjeux énergétiques, commencent maintenant à impacter l’habitat avec l’arrivée des bâtiments intelligents.

C’est pourquoi, dans le contexte de cette problématique émergeante, que Roland Dubois, président d’ASPROM, organise deux jours de séminaire/formation sur le thème de l’habitat intelligent les 20 et 21 mars 2012 à Paris.

Le cercle vertueux infrastructure-usages

Le tout numérique continue sa progression dans la vie quotidienne de chacun. La connectivité partout, tout le temps et pour chacun est déjà intégrée dans les mœurs des plus jeunes et chaque jour voit naitre de nouveaux usages. Le processus de diffusion de ces nouveaux usages dans les différentes couches de la population entrainent les opérateurs, les constructeurs, les fournisseurs de services, les municipalités, les gouvernements… à développer les infrastructures de télécommunications qui permettent de répondre à cette demande, toujours croissante. Les réseaux de fibre optique, on le voit depuis 4 ou 5 ans maintenant, sont devenus une affaire nationale, une obligation incontournable, un élément de la compétitivité économique d’un pays parce qu’aujourd’hui, il est courant et normal de regarder des photos, des films, des vidéos, la TV et d’échanger des contenus multimédia sur Internet.

Des milliers de services développés sur Internet sont rapidement devenus indispensables pour la population et les entreprises. De même, l’amélioration et l’extension des réseaux de téléphonie cellulaire à Internet sont devenues un enjeu pour chaque pays, parce que les services qu’ils offrent deviennent immédiatement incontournables. Il est maintenant presque impensable pour un individu normal de ne pas disposer d’un ordinateur, d’une connexion internet et d’un smartphone, tout comme il est impensable pour un pays de ne pas se préoccuper de ses infrastructures de télécommunications fixes et mobiles.

L’émergence de la problématique énergétique autour du bâtiment

La problématique énergétique donne une nouvelle dimension à la prolifération des télécommunications et des services numériques dans notre vie quotidienne. En effet le contrôle des dépenses d’énergie ou la production locale d’énergie, sont devenu une responsabilité individuelle et collective et elles passent immanquablement par Internet et les telecom, à la maison, dans les entreprise ou dans les villes. Le bâtiment, pris dans son ensemble, est le secteur qui effectue plus de 40% des dépenses d’énergies en France.

D’énormes pertes d’énergie ont lieu tous les jours dans des bâtiments parce que personne ne sait avec précision ce qui est consommé, par quoi ou qui,  et pourquoi ? Ainsi, la réduction de moitié de la consommation du pays (un objectif fixé par les politiques lors du Grenelle de l’environnement) ne pourra pas se faire en ignorant les énormes pertes d’énergies dans les bâtiments, usines et immeubles qui couvrent le territoire. D’autre part, la tâche est collective, c’est-à-dire qu’elle implique les pouvoir publics, les entreprises et les individus eux-mêmes. Il est donc indispensable, et aujourd’hui possible grâce à la convergence d’Internet et des télécommunications fixes et mobiles, de rendre les bâtiments intelligents, c’est-à-dire contrôlable et maîtrisables du point de vue de leur consommation énergétique. Le bâtiment devient intelligent à partir du moment où sa consommation énergétique est mesurée et contrôlée grâce a des dispositifs de monitoring (capteur, systèmes d’analyses, contrôle des appareils électriques etc…).  Mais quelles en sont les conditions, les étapes, les coûts, le enjeux ?

Un séminaire sur l’habitat intelligent réalisé par ASPROM

Au sommaire du séminaire le mardi 20 mars, Jean Robert Millet, (responsable de la division Energie au CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) examinera les enjeux et les défis posés par le grenelle de l’environnement à l’objectif 2020 dans la mesure où les bâtiments neufs devront être à « énergie positive ». Le changement est radical puisque non seulement les bâtiments devront moins consommer, mais ils devront aussi contribuer à produire de l’énérgie. Commen les villes vont-elles intégrer cette problématique ?

Ensuite, François Pelegrin, Architecte DPLG élaborera sur les stratégies de ruptures possibles en matière de construction pour garantir les coûts, les délais et la fiabilité des nouveaux systèmes constructifs et obtenir des bâtiments véritablement performants.

Un exemple sera décrit par Sébastien Prévot, responsable du pôle R&D chez Cardonnel Ingelerie autour de l’impact de la RT2012 sur la conception des bâtiments tertiaires et la manière dont ils peuvent améliorer les conditions de travail et la productivité.

Régis Lecussan, directeur de Raycreatis montrera l’apport de valeur d’un logiciel communicant de collaboration entre l’architecte et le thermicien.

Arthur Vinson (Responsable Développement Systèmes Constructifs chez Lafarge) abordera la nouvelle règlementation thermique, ses enjeux et son impact sur les méthodes de travail lors de la conception des bâtiments. Il présentera des systèmes constructifs performants traditionnels et innovants.

Par Olivier Servant, Directeur des Marchés – Saint Gobain habitat France abordera les détails de l’optimisation de l’isolation (sols, murs, plafonds, ponts thermiques) en application de la RT2012 pour le neuf et l’anticipation des règles 2020. Il présentera la maison Saint Gobain Multi-confort en pointant sur les techniques utilisées qui permettent de construire des maisons de la génération 2020. Il abordera aussi les aspects de la rénovation des bâtiments existants.

Olivier Gaignon, délégué général de Ignes abordera la problématique de la « smart home » ou la domotique communicante au service des citoyens. Il traitera du logement résidentiel ou collectif et fera le point sur les outils la manière de les intégrer simplement pour se rapprocher des smart grids, ou smart cities…

Olivier Flechon, Chef du Laboratoire d’Energétique du Bâtiment, CEA INES (Institut National de l’Energie Solaire) présentera la plateforme Incas qui comporte 10 bancs de test pour l’intégration du photovoltaïque dans les bâtiments ou résidences.

En fin de journée, Hervé Mary, Directeur Général du LAN abordera le thème de  La maison numérique : nouveau foyer d’intelligence. Il examinera l’impact du développement des réseaux d’infrastructure numériques fixes et mobiles sur la maison et l’utilisation des appareils électriques et électroniques qui la peuplent.

Au sommaire du séminaire le mercredi 21 mars, Eric Nicolas, Délégué au Gimelec abordera le bâtiment Intelligent et ses technologies. Comment répondent elles aux impératifs de coût, de confort, de services, de sécurité et de flexibilité. Il déterminera le QI du bâtiment intelligent.

Patrick Heinrich, Directeur Total Building Solutions chez Siemens abordera la notion de GTB (gestion technique du bâtiment) et son impact sur l’efficacité énergétique du réseau.. La GTB fédère les différents métiers techniques du bâtiment et l’objectif est de passer d’une GTB de «contrôle/commande» à une hypervision globale de bâtiment, plus particulièrement avec l’arrivée des bâtiments à énergie positive.

Stéphanie RICHE, Chef du Laboratoire Systèmes de Capteurs Multimodaux au CEA-LETI apportera des éléments de réponse sur l’apport des TIC dans l’efficacité énergétique des bâtiments. Elle présentera une plateforme expérimentale baptisée@home pour prototyper /maqueter les réseaux de capteurs et actionneurs hétérogènes.

Axel Buendia, Gérant de SpirOps présentera les outils d’intelligence décisionnelle qui offre une assistance pour économiser l’énergie, améliorer le confort et renforcer la sécurité. D’un rôle d’assistant, ces outils deviennent  un vecteur actif de l’évolution des comportements énergétiques des citoyens.

Olivier Hersent, PDG d’Actility traitera de l’évolution vers IP des bus de terrain du bâtiment. La présentation évoquera les nouvelles contraintes d’ouverture des systèmes d’information du bâtiment, vers les locataires notamment. Il parlera aussi de l’évolution des standards récents comme ETSI M2M et 6LowPAN et de leur impact sur la prise en mais par les utilisateurs.

Yves Aiilerie, Business Development Manager chez Intel France et Renaud Deschamps, Directeur général de Lexmark France, président du SFIB (syndicat des industries des technologies

de l’information) parleront de l’impact des bâtiments à énergie positive sur les utilisateurs. Ils décriront le GIE « Enjeu Energie Positive » auquel participent leurs sociétés qui ont développé l’application POEM (Personal Office Energy Monitor), en fonction sur plusieurs sites pilotes.

Enfin pour clôturer les 2 jours, Eric L’Helguen, DG d’Embix (société commune Altsom-Bouygues) détaillera les solutions de mutualisation et d’optimisation mises en oeuvre au niveau de la « Smart City » et s’appuiera sur l’exemple pratique du premier réseau intelligent de quartier, Issy Grid

Paris lance Autolib… Asprom

5 décembre 2011

Le Maire de Paris annonçait aujourd’hui la mise en service d’Autolib, le premier service municipal d’autopartage de voitures électriques à l’image du Velib.

Lors de la conférence Asprom qui s’est déroulée fin novembre, Patrick Le Coeur, ingenieur en Chef des services techniques de la ville de Paris était venu présenter en avant première ce que serait Autolib et expliquer les détails de cette infrastructure.

Voici la vidéo de sa présentation et des questions réponses. Nous y reviendrons.

Renault se penche sur son programme voiture électrique – Asprom

4 décembre 2011

Organisé par Roland Dubois, président de l’ASPROM, un nouveau cycle de conférence a eu lieu fin  novembre sur le thème de la voiture électrique. Véritable source d’information à usage des responsables et décideurs, cette conférence de 2 jours permet d’une part de s’informer sur des technologies complexes qui impactent ou impacteront notre vie de tous les jours à plus ou moins brève échéance, et d’échanger librement des points de vue avec des professionnels qui ne se cachent pas systématiquement derrière des discours établis.

Au cours de la conférence en effet sont analysés les liens étroits entre les choix politiques, économiques et sociaux et les choix technologies pour comprendre les vrais enjeux que recouvrent ce qu’on appelle généralement « l’innovation » et « le progrès ».

D’énormes investissements en infrastructure  

Au cours de la première journée essentiellement consacrée à la voiture électrique, aux batteries et aux infrastructures à mettre en place en France pour faciliter l’émergence de ce nouveau type de véhicule, une dizaine d’intervenants de haut niveau sont venus brosser un tableau plus précis de ce qu’est la réalité de la voiture électrique aujourd’hui, ce qu’elle sera (et ce qu’elle ne sera peut-être pas) dans les années qui viennent.

Ces interventions ont permis de mettre en évidence des choix politiques effectués en France de façon plus ou moins explicite, en fonction des contraintes liées aux technologies et à leur industrialisation sur une grande échelle, en fonction des exigences économiques et sociales qu’il semblait important de respecter (pour ceux qui ont fait ces choix) et en fonction de l’impact estimé sur les usages. On pouvait comprendre, grâce à plusieurs présentations, que les choix faits en France étaient sensiblement différents de ceux effectués chez certains de nos voisins européens, dont l’Allemagne et l’Italie.

Des choix basés sur l’idée que le consommateur va s’adapter

En premier lieu, le déploiement de la voiture électrique en France nécessitera d’énormes investissements en matière d’infrastructures publiques et privées, certainement aussi importants que ceux que l’on mentionne autour de la fibre optique pour le Très Haut Débit. De la manière dont ces investissements seront menés et exécutés, dépendront le succès ou l’échec des choix effectués.

Aux vues des premières options choisies et des contraintes techniques incontournables pour encore très longtemps, la voiture électrique imposera de nouvelles contraintes d’usage assez fortes qui modifieront complètement et profondément les modes d’utilisation de la voiture telle qu’on la connait aujourd’hui.

De profonds changements dans la manière d’utiliser son automobile

Les responsables gouvernementaux et industriels ont en effet effectué des choix sur la supposition que les conducteurs de ces nouveaux véhicules vont assez facilement adapter et modifier des comportements acquis pendant un siècle de véhicule à moteur à essence, au delà des incitations d’usages ou des incitations financières diverses dont les modalités peuvent aussi constituer un moyen de régulation fort (pendant au moins un temps).

On retrouve ici une fois encore la bonne vieille attitude française dite « de haut en bas »,  menée par des technocrates tout puissant qui semble posséder « la vérité », et dont les choix, effectués dans les hautes sphères techno-politiques éclairées, se préoccupent plus de grandes stratégies politico-économiques que des utilisateurs. En effet, le mode de rechargement des batteries des véhicules tout électrique et le rayon d’action des voitures tout électrique (100km maximum) imposeront au consommateur Français de nouvelles formes d’utilisations radicalement différentes…

Est-il disposé à s’y adapter… ? Personne ne s’en est aujourd’hui sérieusement préoccupé et nous verrons que les véhicules hybrides ou à piles à combustible (hydrogène) ont certainement un avenir dans la mesure où ils permettent de s’affranchir de certains contraintes du véhicule tout électrique en respectant des objectifs de baisse de la pollution et d’alternative aux energies fossiles.

Sortir de la succession d’échecs dans le véhicule électrique

Thierry Koskas, Directeur du programme Véhicule Electrique chez Renault est venu présenter et expliquer la philosophie de l’industriel en la matière sur la base des choix effectués, au niveau national et au niveau de la société. Il a rendu compte des premiers pas du constructeur dans ce secteur et des perspectives futures, avec 4 nouveaux modèles de voiture électrique dont le premier est déjà sortis et qui dont l’apparition va s’échelonner d’ici la fin 2012.

Ce sont la Kangoo ZE, véhicule utilitaire déjà disponible qui dispose d’une autonomie de 170 km maximum, la Fluence ZE à échange de batterie qui sera commercialisé avant la fin de l’année, le véhicule urbain Twizzy ZE à rayon d’action limité, en vente à partir de mars 2012 au prix d’un scooter,  et enfin la future Zoe ZE dont le prix ne devrait pas dépasser 20000 euros en septembre 2012, doté de certaines innovations récentes, avec une batterie amovible ou fixe (un journal a même indiqué que le prix serait inférieur à 15000€)

Une stratégie risquée

Après avoir remarqué que le véhicule électrique a été une succession d’échecs dont Renault espère monter qu’il est possible de sortir, il  rappelait quelques chiffres : « L’engagement global pour Renault et Nissan est de 4 milliards pour l’ensemble des développements des véhicules, y compris les batteries qui sont plus une compétence de Nissan. L’objectif chiffré est d’avoir vendu 1.5 millions de voitures électriques en cumul d’ici 2016 en France et on reste sur cette prévision que d’ici 2020, une voiture sur 10 vendues dans le monde pourrait être électrique. »

La stratégie de Renault ne fait pas l’unanimité, mais il constate que même Volkswagen qui contestait la stratégie de Renault il y a 2 ans est passé au véhicule électrique récemment. Il renforçait son propos en mentionnant sur l’appel d’offre de voiture électrique (des Kangoo) de la Poste récemment remporté par Renault.

Les 3 piliers de la stratégie véhicule électrique de Renault

Thierry Koskas précise les 3 piliers de la stratégie du constructeur.

– Un véhicule écologique, comparaison faite de bout en bout par rapport à un véhicule thermique

– Un véhicule économique à l’achat  et ensuite à l’usage compte tenu du prix du loyer des batteries et de l’électricité pour la recharge. Il précisait en réponse à une question : « La facture du Client qui fait qui fait environ 1000 km par mois sera autour de 100 € si l’on compte un loyer de la batterie de 75 à 80 € par mois et 15 à 20 euros d’électricité par mois pour la recharge. Si le conducteur fait moins de 3 km par jour, un véhicule électrique n’a aucun intérêt, en revanche au delà de 12 à 15000 km par an, il apparait alors un vrai intérêt économique sur le véhicule thermique.. » Il précisait aussi qu’il y aura besoin des aides d’incitations pendant au moins 5 ans pour atteindre des économies d’échelle.

-Le véhicule électrique n’est pas compatible avec la totalité des usages, mais seulement avec certains d’entre eux par exemple, la deuxième voiture ou la voiture urbaine.

Renault développera la fabrication de batteries, d’origine Nissan, dans son usine de Flins à partir de 2014.

L’infrastructure nécessaire : la recharge….

« Renault, explique Thierry Koksas, a pris une approche assez différente de certains autres constructeurs en France ». Il favorise la mise en place d’une « wall box », une prise dédiée chez l’usager (dans les immeubles ou les parkings)  qui permet de charger plus vite que sur une prise domestique (dont l’utilisation sera fortement régulée).

Dans la rue, grâce à un système propriétaire développé par Renault, différent de la technologie utilisée par les autres véhicules qui s’appuient sur une technologie japonaise, Renault veut donner la possibilité de faire de la recharge standard ou accélérée sur la même prise (n’importe quel type de charge entre 3 et 43 KW, en monophasé ou triphasé en courant alternatif alors que les recharges rapides se font en général sur du courant continu). « Aujourd’hui il y a un certain nombre de bornes en Europe. Il y en aura 15000 à fin 2011 et il y a déjà 10000 bornes inscrites dans le système Tom Tom, mais il faut trouver le moyen de donner plus largement et plus simplement les indications aux clients pour en développer l’usage. »

Renault compte fortement inciter ses clients à faire installer une wall box chez eux ( le Wall box de Renault offre 3KW alors qu’une prise domestique offrira seulement 2KW). « Cela fait partie de notre politique commerciale » ajoute-t-il. Le prix de la Wall Box devra rester bas (500€ plutôt que 800, installation comprise).

…….. et l’échange des batteries dans des stations

Renault  a aussi développé un programme d’échange des batteries (qui seront louées) en s’appuyant sur la société israélienne Betterplace ( déjà installée au Danemark et en Australie). BetterPlace a été crée sur  l’idée de « faire le plein » d’électricité en remplaçant la batterie, louée, grâce à un système automatique opérant dans des stations dédiées. « Ca fonctionne bien sur un territoire réduit… » explique Thierry Koskas.

Les stations d’échanges de batteries  dont le coût de mise en œuvre est d’environ 1 million d’Euros la station, permettent de changer une batterie «  en 3 minutes » tout en restant dans la voiture… Ces stations remplaceraient les stations d’essence que l’on connait, permettant aux utilisateurs d’un véhicule électrique d’accroître son rayon d’action en changeant ses batteries « déchargées » et récupérant des batteries « pleines »…

On imagine les coûts d’investissements pour faire circuler largement sur tout le territoire des véhicules électriques dont le rayon d’action est de 100 km… On verra (dans une intervention de Christophe Lefebvre du CEA-LITEN) que les ruptures technologiques qui amélioreront la puissance, la taille et la durée de charge des batteries ne sont raisonnablement pas attendues avant au moins 20 ou 30 ans…  L’autoroute du Sud ne connaitra plus les embouteillages aux péages les jours de grands départs en vacances, mais ils seront dans les stations de remplacement des batteries… qui devront être disposées au moins tous les 30 ou 40 km et de façon plus dense en ville… Le coût de remplacement de la batterie sera-t-il compris dans la location? La pari fait par Renault sur la voiture electrique est donc ambitieux…

Ci-dessous la video intégrale de la présentation de Thierry Koskas où il aborde aussi les aspects de sécurité et les avantages compétitifs de Renault grâce à son approche. La fin de la video est consacrée aux questions réponses.

La Voiture électrique : quelles technologies ? quels usages ? quand ? et comment ?….le 17 et 18 Novembre à l’Asprom

23 octobre 2011

Roland Dubois, Président de l’ASPROM, continue son prosélytisme consciencieux et lucide autour des technologies qui vont changer notre manière de vivre… disons plutôt celle de nos enfants ! Toujours en avance d’une technologie, il réunit régulièrement un large panel de spécialistes autour d’un thème technologique plus ou moins spécifique qu’ils décortiquent, détaillent, analysent, expliquent et évaluent, pour notre plus grand plaisir, mais surtout pour nous permettre d’en comprendre la portée et les enjeux.

En effet, trop souvent les technologues s’enferment derrière leurs habitudes, leurs langages, leur savoir, leurs travaux et ne prennent pas le temps de les communiquer, de les expliquer de les projeter dans la vie de tous les jours pour les gens normaux. En général, plus les technologies sont complexes, innovantes et structurantes, plus ils abandonnent ce travail aux communicateurs ou aux sociétés qui vendent les produits issus de leurs travaux, mais hélas souvent ces derniers se laissent tenter par des messages plus simples, plus directs et aussi plus mercantiles. Les exemples sont nombreux.

Même si les cycles de l’Asprom ne s’adressent pas tout à fait au grand public, ils permettent un vaste échange d’idées, de perspectives et une réflexion prospective autour de thèmes qui concernent chacun, pour peu qu’on arrive avec un minimum de culture technologique et un peu de curiosité. C’est pour cette raison que je rends compte autant que possible de ces rencontres, les intervenants sont de première qualité et les sujets abordés méritent qu’on s’y attarde.

Après avoir abordé le thème du smart Grid pendant 2 journées (voir différents compte-rendus sur ce site…. ), l’Asprom abordera le mois prochain, toujours sur 2 jours, le thème de la voiture électrique dont les enjeux technologiques, économiques, sociaux et par conséquent politiques sont nombreux et loins d’être bien connus de tous. « Pas d’émission de CO2, et pas de bruit, la voiture électrique est l’idéal en ville… » Pour en arriver là, de nombreuses technologies existent mais certaines sont lourdes, coûteuses, difficiles à déployer largement, d’autres sont encore à l’état de test et beaucoup de questions se posent sur leur viabilité industrielle, les coûts qu’elles impliquent en infrastructures, les nouvelles contraintes qu’elles imposeraient aux utilisateurs.

Le séminaire aura donc pour objet de présenter les différentes technologies existantes de véhicules électriques et d’examiner les conditions dans lesquelles elles pourraient amener au développement de différents types de véhicules. Ont été conviés à s’exprimer quelques-uns des meilleurs experts français. Ils présenteront et commenteront les derniers développements en matière de véhicules électriques et discuterons sur les usages des véhicules électriques ainsi que la manière dont ils pourront se développer progressivement grâce a des infrastructures adéquates.

Le programme se déroulera sur 2 jours les 17 et 18 novembre 2011 dans les locaux de Ia FIEEC, 11 rue de l’Amiral Hamelin à Paris.

–        Alain Bouscayrol, Professeur à l’Université Lille1, animateur du réseau MEGEVH (Modélisation Energétiques et Gestion d’Energie des Véhicules Hybrides) introduira ces 2 jours par une réflexion sur la manière dont les nouvelles techniques de propulsion répondent aux nouvelles contraintes environnementales ainsi qu’aux besoins des utilisateurs. Faut-il faire des compromis ? Y-aura-t-il différents types de véhicules ? Quels enjeux impliquent-ils ?

–        Florence Lambert, Chef du département de l’électricité et de l’hydrogène pour les transports et Eric Lemaitre du CEA Liten passeront en revue l’existant en matière de véhicule électrique en France proposé par les constructeurs automobile, les types de batteries utilisées, et les perspectives de développements de batteries à court terme selon les 3 critères déterminants :coût, durée de vie et sécurité. Ensuite, Thierry Koskas, Directeur du Programme Véhicule Electrique chez Renault parlera des réalisations du constructeur et de ses ambitions en matière de véhicule électrique.

–        Claude Ricaud, Directeur Innovation Schneider Electric / Power business, Président de la plateforme IRVE Gimelec et par Alain Le Calve, directeur adjoint du Gimelec aborderont les problèmes posés par les infrastructures nécessaires, leur coût et leur déploiement. Ils seront suivis, sur le même thème par Gilles Bernard, Directeur des Projets chez ERDF Distribution qui parlera de l’impact des infrastructures de recherche sur les réseaux publics d’électricité.

–        Olivier Hersent, PDG d’Actility  fera le point sur les nombreux problèmes posés par l’absolue nécessité de l’établissement de normes et de standards (techniques ou non) de la recharge, et leurs implications aux différents niveaux de la chaîne (dont la sécurité) jusqu’à l’utilisateur final.

–        Georges Gallais, président de VU Log, Spin Off de l’INRIA et Olivier Delassus, directeur de PROXIWAY du groupe VEOLIA-TRANSDEV parlerons des différents moyens de transports location, taxi, vélib, autolib et les solutions d’autopartage qui s’offrent aujourd’hui aux usagers. Ils seront suivit de Patrick Le Cœur de la Ville de Paris, Direction de la Voirie et des Déplacements, Agence de la Mobilité – Pôle mobilités électriques-  qui expliquera la mise en œuvre et le déploiement d’Autolib à Paris, ses challenges et ses enjeux dans le cadre des véhicules électriques.

–        Samuel Loyson, Directeur Marketing pour les automobiles connectées chez ORANGE expliquera l’importance d’être toujours connectée pour le véhicule électrique et puis Fawzi Nashashibi, Directeur de recherche à l’INRIA, responsable de l’équipe IMARA abordera les nouveaux concepts de car sharing dans les services publics et la gestion des flottes de véhicules électriques. L’automatisation dans les systèmes de transports intelligents est-elle la prochaine étape permise par les progrès dans la robotique ?

–        La technologie HYbrid4 PSA Peugeot-Citroën repose sur plusieurs innovations intéressantes comme l’association hybride Diesel, le choix d’une architecture hybride parallèle et l’intégration de la propulsion électrique dans un modèle hybride modulaire. La Peugeot 3008 HYbrid4 sera le premier véhicule commercialisé.

–        Gaizka Alberdi de EDF parlera de l’impact du déploiement à grande échelle des transports électriques pour les réseaux et dans l’organisation de la distribution électrique aux particuliers et aux industriels particulièrement dans les périodes de charge. Qu’est-ce que « la recharge intelligente » ?

–        Pierre Beuzit, Président d’ ALPHEA Hydrogène, Président du CNRT Ineva et Jean-Baptiste Mossa de AIR LIQUIDE aborderont le thème de l’hydrogène et la pile à combustible comme un axe de développement du véhicule propre et Rochdi Trigui, Chercheur à l’IFSTTAR1, co-animateur du réseau MEGEVH abordera le thème de l’hybridation et ses perspectives.

–        Le séminaire s’achevera par une table ronde sur le thème : l’auto-partage est-il un modèle économique rentable ?

Ceux quoi sont intéressés peuvent s’inscrire sur le site de l’Asprom.

ISSY GRID: EMERGENCE D’UNE NOUVELLE PREOCCUPATION MUNICIPALE

20 septembre 2011

La ville d’Issy les Moulineaux qui compte plus de 63000 habitants,  a depuis longtemps été une ville avancée dans le domaine de l’énergie. En effet, en 2009, la municipalité a crée la charte Isséo avec une vingtaine de promoteurs et de constructeurs ce qui lui permet de poursuivre une politique agressive de rénovations et de constructions aux normes dites HQE, de Haute Qualité Environnementale, au-delà même des indicateurs fixés par le Grenelle de l’Environnement.  Christophe Provot, Maire adjoint délégué à l’urbanisme de la ville indique : « la ville favorise l’arrivée sur son territoire d’entreprises citoyennes qui participent activement à la mise en œuvre de la politique municipale, ce qui signifie que nous devons aussi être attentifs et réactif à leurs initiatives. Ainsi, lorsque Bouygues Immobilier est venu nous présenter le projet Issy Grid, nous avons immédiatement répondu de façon positive. Cette initiative qui couvre le quartier d’affaire Seine Ouest (ou encore Porte de Seine) va totalement dans le même sens que nous. »

Déficit énergétique en France

L’initiative d’Issy Grid, annoncée au début de cet été, est une approche quasiment unique en France aujourd’hui dans la mesure où elle n’émane pas de l’Etat, mais d’un groupe d’entreprises situées dans une collectivité locale, élargi à d’autres sociétés. Elle est présentée comme la mise en œuvre innovante d’un système de gestion de l’énergie (smart grid) au niveau d’un quartier  par des acteurs multiples et montre que la mise en place de réseaux smart grid est un nouvel enjeu pour les collectivités locales, hautement responsabilisées.

Ce projet présente aussi un intérêt économique à terme pour ces entreprises qui voient l’impact du smart grid comme une opportunité et un moyen d’élargir ou de diversifier leurs activités. Alors que plusieurs initiatives ont déjà été menées sur une large échelle et de façon plutôt institutionnelle et dont les résultats se font attendre,  elle se place au niveau d’un quartier et elle est portée par un groupe de 9 entreprises qui réunit un large ensemble de compétence, à la fois dans l’immobilier résidentiel ou tertiaire, dans les télécommunications, dans le logiciel et l’ingénierie logiciel, dans le transport de l’énergie et dans la production d’énergies nouvelles.

Connaitre les différents usages dans le temps et l’espace

La nécessité de mieux connaitre le détail et les modalités des usages énergétiques en France à un niveau de granularité assez fin se fait fortement sentir alors que le pays creuse sensiblement son déficit budgétaire énergétique, principalement à cause de la reprise de la hausse des prix du pétrole depuis l’année dernière. Globalement, selon les récentes statistiques de la Direction Générale des Douanes et des Taxes Indirectes, la France est passée d’un déficit énergétique de €-39,7 milliards en 2009 à €-47.8 milliards en 2010 alors même qu’elle bénéficie d’une moins grande dépendance au pétrole que ses voisins Européens.

En 2010, la facture énergétique représente 2,5 % du PIB. Il est donc nécessaire de mettre en place des infrastructures et des outils qui permettent de mieux connaitre la consommation dans ses détails de façon à tenter de la maîtriser et de mieux utiliser et pérenniser les ressources classiques ou alternatives dont nous disposons.  Alors qu’en Europe deux pays, l’Allemagne et l’Italie ont indiqué leur intention de se retirer totalement du nucléaire, la France, doté d’un outil de production d’électricité unique au monde, dispose de l’opportunité de redevenir exportateur dans un environnement mondial qui s’écarte des énergies fossiles.

Une Bouygues Initiative

Guillaume Parisot, Directeur Innovation Bâtiment chez Bouygues Immobilier est au cœur de l’initiative Issy Grid. « Depuis longtemps explique-t-il, nous travaillons sur les questions de la consommation d’énergie dans les bâtiments.  En 2009, nous avons commencé de construire à Meudon un Green Office, c’est-à-dire un immeuble de bureau de 23300 m² capable de recevoir 1500 employés, considéré comme le premier immeuble de bureau à énergie positive, capable de produire plus d’énergie qu’il n’en consomme. Ainsi, nous allons au-delà de la règlementation actuelle en matière de consommation d’énergie et nous avons à peu près 10 ans d’avance sur des normes qui seront appliquées en 2020. » Fort de cette expérience, Bouygues Immobilier, dont le siège social se trouve dans la zone tertiaire côtoyant l’héliport d’Issy les Moulineaux, a constaté que dans ce quartier se trouvaient réunies plusieurs compétences nécessaires à la mise en place d’un smart grid de quartier, même si ces sociétés n’étaient pas officiellement considérées comme agissant spécifiquement dans le smart grid.

Un tour de table de haut niveau

Guillaume Parisot a donc été la cheville ouvrière du tour de table de cette opération de quartier choisie parce qu’une une dizaine de milliers de salariés de Bouygues Télécom, Microsoft et Steria y travaillent et que ces entreprises seront utilisateurs du smart grid  de quartier qu’ils mettront en oeuvre. Y sont venu s’ajouter, apportant des compétences spécifiques, Alstom qui a depuis longtemps noué des liens étroits avec Microsoft pour la gestion des salles de contrôle, Schneider Electric important fournisseur de matériels électriques et de capteurs dans le monde entier, ETDE, une filiale de Bouygues spécialisée dans l’ingénierie des réseaux électriques, Total pour son implication dans les sources d’énergies photo-voltaïques et ERDF, le distributeur national d’électricité qui a développé le compteur Linky. « Nous avions déjà des relations étroites avec plusieurs de ces acteurs, explique Guillaume Parisot, et compte tenu de notre expérience dans le Green Office, il nous a paru intéressant d’aller au-delà du seul building et de nous pencher sur la gestion de l’énergie au niveau d’un quartier tout entier, sachant que cela posait des problématiques nouvelles très variées, sur le plan technique, sur le plan industriel mais aussi sur le plan de la coopération entre des entités venues de mondes différents. »

Adapter l’infrastructure de distribution électrique

Aujourd’hui explique Alain Salmon, Directeur du département Energy/Utilities chez Steria « Il n’existe pas de système ni d’équipement qui permette de le connaitre précisément la consommation au niveau d’un quartier, et l’objectif de ce projet est de mettre en place un tel système avec une démarche industrielle. On ne parle pas d’un système propriétaire et fermé, mais d’un système qui agrège de nombreux éléments en provenance de divers partenaires et de leur permettre d’échanger des données.»  La première phase de l’opération consiste donc à mettre en place un système de monitoring  permettant de connaitre la consommation globale des immeubles concernés ou des résidences avec suffisamment de détail pour ensuite envisager une optimisation de cette consommation et d’envisager ensuite une politique d’incitation et d’effacement en fonction des usages et selon certaines périodes.

Mise en place d’une infrastructure de quartier

Cependant, les Systèmes de gestion technique du Bâtiment ou GTB sont des outils qui gèrent un vaste ensemble de sous systèmes électriques dans un bâtiment (chauffage et pilotage des chaudières, climatisation, ventilation,  accès et ouvertures électriques, systèmes d’alarme, sécurité incendie, ascenseurs etc..) mais la gestion est faite sous une forme technique et peu exploitable. Ce sont en général des outils propriétaires qui posent des problèmes d’interface et d’interopérabilité avec les systèmes de télécommunications et les logiciels informatiques. Pour le résidentiel, les compteurs intelligents sont déjà capables de segmenter les usages en fonction de l’énergie utilisée mais les interfaces ne sont pas encore toutes standardisées. ERDF qui a sorti le compteur Linky pour le résidentiel envisage de sortir un Linky pour le tertiaires dans l’année qui vient.

Un besoin d’interopérabilité et d’une architecture globale

Marc Jalabert, Directeur de la nouvelle division grand public et opérateurs de Microsoft estime que « La révolution de l’énergie sera encore plus importante que la révolution des Télécoms parce qu’elle ira encore plus vite ». La collaboration déjà existante entre les différentes sociétés permettra de mettre en place des protocoles qui ne sont pas encore définis et améliorera l’interopérabilité entre les bâtiments . « Avec Stéria, dit-il, on va construire une couche d’abstraction logiciel qui permet de se connecter aux appareils d’un bâtiment et être en mesure de connaitre leur fonctionnement et les usages. »   Enfin, il précise que si les données peuvent être déjà extraites de nombreux appareils et compteurs, elles doivent être triées, stockées, agrégées et regroupées de façon homogène d’un bâtiment à l’autre pour être utilisées de façon efficace. Pour lui, les données pourront être stockées dans le Cloud pour être ensuite traitées. Mais là encore, la structure des bases de données dans le Cloud est à inventer et il faut ensuite concevoir la manière dont les données seront visualisées et présentées. Pour lui, le projet Issy Grid est l’un des plus innovants en France et estime qu’il a peu d’équivalent dans le monde. Il cite un projet similaire sur le campus de Microsoft à Redmond qui comporte 123 bâtiments.

Analyser et apprendre à travailler ensemble

« Le smart grid poursuit Guillaume Parisot est donc une combinaison intelligente, un compromis, entre l’automatisme et de l’humain. Notre volonté est donc d’inclure les personnes au sein de notre démarche. »  Il fallait donc mettre en place une structure légère et souples qui puisse conduire à l’élaboration d’un véritable laboratoire de test et de démonstration d’un large ensemble de technologies et de systèmes autour de la gestion et du pilotage intelligent de l’énergie d’un quartier, avant la mise à l’épreuve sur le marché. Ce laboratoire sera mis en place au siège social de Bouygues et adoptera une attitude très pragmatique et modeste. Le choix du quartier, essentiellement tertiaire avec 160000 m² de bureaux, fixe le niveau des problèmes à résoudre et le déroulement du projet. Travailler au niveau du quartier est une approche nouvelle car les pics de consommation ne sont pas les mêmes entre l’habitat résidentiel et les bureaux.

En effet, avant de commencer à contrôler les dépenses d’énergies dans un quartier et avant de mettre en place des unités de production photovoltaïque,  éoliennes ou autres, il faut savoir avec une bonne précision à quoi sert l’énergie consommée, quels en sont les usages, à quels moments de la journée, et où est elle consommée, plus particulièrement à un moment où les voitures électriques apparaissent dans le paysage.  Pour Jean-Claude Millien, directeur délégué ERDF Ile-de-France : « ERDF est entrée natuellement dans le projet grâce aux contacts locaux établis depuis longtemps.  Dès le début, nous avons mobilisé nos équipes sur ce projet. Les smarts grids s’inscrivent naturellement dans la gestion des reseaux publics de distribution  comme une opportunité d »optimisation de la gestion de l’énergie.  Les objectifs sont de connaître le champs des possibles sur le périmètre des immeubles définis et de l’éclairage urbain (sous contrôle de la ville), d’évaluer la production locale photovoltaïque et éolienne et d’évaluer les nouveaux usages, plus particulièrement les véhicules électriques et les bornes de rechargement à établir. »

Un laboratoire de test et une plateforme de démonstration

La première phase du développement sera essentiellement centrée sur le tertiaire. Il faudra établir un centre qui se situe entre l’ACR (Agence de Conduite Réseau de EDF, il y en a 3 en Ile de France) et les bâtiments compris dans le périmètre du quartier. Une deuxième phase s’ouvrira au résidentiel en incorporant 900 logements dans le secteur du Fort D’Issy, l’éclairage public et des locaux commerciaux. La première tâche qui sera réalisée par Steria avec Schneider Electrique  est de mettre en place un système de récupération et d’extraction des informations sur les usages grâce à des capteurs et les compteurs électriques.  « Connaitre les usages est le point le plus difficile, explique Alain Salmon. Il faut distinguer les consommations par activité et ensuite étudier les courbes de consommation des immeubles. C’est à la condition de bien connaitre les usages que l’on pourra ensuite établir une véritable politique de gestion de l’énergie autour de mesure d’incitation, de régulation et d’effacement.» Les usages vont être identifiés par bâtiment de façon aussi fine que possible  et les données ensuite analysées et regroupées. Une opération identique, déjà été réalisé sur le Green Office de Bouygues à Meudon met certaines complications en évidence parce qu’un bâtiment qui n’a souvent qu’une seule facture électrique recouvre différents usages et peut avoir plusieurs locataires qu’il faut identifier et dont il faut aussi connaitre la part occupée dans les différents types d’usages.

Un agenda ambitieux

Alors que la première phase de la mise en place du cahier des charges s’est théoriquement achevée à la fin des vacances, les premiers résultats devraient venir avant la fin de l’année avec une première version du démonstrateur où chacun des partenaires aura intégré la ou les briques qu’il apporte à l’ensemble. Une deuxième version du démonstrateur intégrant le secteur résidentiel serait mise en œuvre dans la première moitié de 2012. Le premier quartier à énergie positive pourrait donc être en mesure de fonctionner des 2012.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 259 autres abonnés