Archive for the ‘Sante’ category

THE BIG IOT BAZAAR AT CES…

5 février 2016

Do Consumers Really Want an IoT? The most active market is B2B… IoT is commoditization Where is the value? Security is an afterthought…

DSC01783.JPGCedric Hutchings & Eric Carreel, CEO and chairman of Withings with Henri Seydoux, CEO of Parrot at CES Unveiled

At CES, the CTA organization said that the market for Connected Objects will reach $278 Billion in 2016…! Everything at CES was about connected objects… This number include almost everything because today, everything is connected.. TV, Smartphones, Hifi, Tablets, Wearbles, smart home, health, security, cars, glasses, perfume, toilets, etc…

What are consumers looking for when they speak “connected objects”.. So many things… !  IoT doesn’t look to be a market… and in fact it isn’t. We have to dig deeply in many different categories to identify real needs and to get real consumers who buy and use specific products regularly, most of them are already commoditized and many connected objects are no longer used. Doeas this mean most of the numbers are wrong…?

Consumers plan to cut spending on techIoT is not projected to pick up the slack.

Accenture, has completed a major consumer opinion survey and produced a report – Igniting Growth in Consumer Technology (28,000 interviews, 28 countries)  – One of the results is: Technology consumers simply aren’t in gadgetry mood and when questioned offer two reasons.

First, they are happy with their tech pretty much as it is and aren’t yearning to buy newer/better smartphones, PCs  or tablets. Connected watches and wearables might have looked like being the next big thing a year or so ago, but while there was an initial flurry of buying (Apple Watch, remember?) that has now faded away and only about 13 per cent of consumers think they might be in the market for one of those.  It’s the same story with fitness gadgets and surveillance cameras. Nerdy IoT stuff like thermostats and personal drones stimulates even less interest and tends to languish down in single digit ‘buying intent’ territory.

Users and IoTSource: Accenture

So they’re not upgrading as quickly the ‘things’. Why?

It could be that there is still a perception that many (perhaps most) of those ‘things’ are in the ‘connected toothbrush’ realm and therefore are simply not worth buying at just about any price. But in fact one big reason (at N°2) as stated in the Accenture report is  ‘security and privacy’. Put simply, consumers are worried about exposing their personal information and personal behavior to organizations primed to chase them.

How much more rapacious the activity will become when the entire house, the car, full of personal gadgets, are primed to report house and car owners’ behavior back to Samsung Amazon, Apple or Google?

Security and privacy…

Accenture says: “Price, security and ease of use remain barriers to adoption of IoT devices and services. For the majority of consumers, the lack of a compelling value proposition is reflected in concern over pricing. Security is no longer just a nagging problem, but a top barrier as consumers choose to abandon products and services over security concerns.”

The future success of IoT doesn’t just rely on connected homes and gadgets, but they are being factored in as an important component. “Growth in new categories will happen—and when it does, it can happen very quickly—but the industry needs to move NOW to drive [progress]” The value is not in the object. Generally it is related to a mix between service, usage, price, data and communities.

new study, published by Harvard University and funded by the Hewlett Foundation, debunks the notion that surveillance agencies are struggling with a data blackout. On the contrary, it argues, the rise of connected devices (the so-called Internet of Things) presents massive opportunities for surveillance, bolstered by technology companies having business models that rely on data-mining their own users — providing an incentive for them not to robustly encrypt IoT data.

“In the longer term, the Internet of Things means ubiquitous surveillance. If an object “knows” you have purchased it, and communicates via either Wi-Fi or the mobile network, then whoever or whatever it is communicating with will know where you are. Your car will know who is in it, who is driving, and what traffic laws that driver is following or ignoring. No need to show ID; your identity will already be known. Store clerks could know your name, address, and income level as soon as you walk through the door.”

What makes a connected object?

Electronic components : Commodities. Sensors and microcontrollers. They are cheap, easy to build.. Connected Objects are already  commodities. Many of them are sold on the internet or are bundled into existing products (appliances). Some of them like wearable and watches are bundled and connected to a smartphone. What value does the object alone brings to the consumer?   

Networks :  Commodity pipes. To transmit the data. There are many networks : fix, mobile 2G/3G/4G, WiFi, Bluetooth, Zigbee, Zwave, Thread, LoRa, SigFox… The issue is who owns them: Telco or not Telco? How much will they charge?  It took 10 years for the Telcos to find a business model in mobile phone… Cellphones were a competitor for fixed lines and Internet created the smartphones. Wifi was hated by Telcos… (Typical silo approach).

Data : Commodity. They come from the use of the objects. Lots of data generated. They need to be gathered by someone to be stored, analyzed and used.  What to do with the data?

Storage: Can be local or remote… Commodity. Who owns it? Who has access to it (the data) ?

Security: Ipso Alliance (an open, informal  association that promote the value of using the Internet Protocol for the networking of Smart Objects) recently added security to its goals.  “we are turning our efforts to ensuring that smart objects have identity, privacy and security attributes. Addressing these issues is critical to securing the IoT and all of its Data…”

How such an assemblage of commodities can make real and sustainable business models? Some answers are “collective usage”, “sharing economy”, “communities of users”, “industrial processes”, “data collection and analytics”, “security”, “remote and or automatic monitoring”, “optimization of processes” , “transportation”, “physical regulation”, “specific risk analysis” etc.

Another major unfulfilled promise is interoperability…Most of these IoT devices do not work with each other, they cannot exchange data, there data don’t have the same format, they work on different standards, they are triggered by different applications with different interfaces and they are connected with different networks… Demos show an idyllic perfect world where everything is working and interacting smoothly to the benefits of a happy reunited (even if dispersed) family in one click, now relying on artificial intelligence and data generated profiles  to take care and solve their problems before they happen… A life in heaven…!

Industrial IoT before IoT for people…

In a 140 page report The Internet of Things: Mapping the Value Beyond the Hype report, McKinsey & Company is more upbeat, but mainly regarding the industrial developments of IoT (B2B), an absolute necessity before customers could reap the real value of it (B2C). It is projecting that the Internet of Things (IOT)—meaning sensors and actuators connected by networks to a computing system—will see between $4 tillion up to $11.1 trillion a year economic impact by 2025, most of it being developed in the enterprise market.

Our central finding is that the hype may actually understate the full potential of the Internet of Things—but that capturing the maximum benefits will require an understanding of where real value can be created and successfully addressing a set of systems issues, including interoperability. Rather than just analyzing IoT uses in vertical industries, we also look at settings, such as cities and worksites. This shows how various IoT systems can maximize value, particularly when they interact.

We estimate a potential economic impact—including consumer surplus—of as much as $11.1 trillion per year in 2025 for IoT applications in nine settings: Factories (between 1 and 4 $ trillion), Cities(between 1 and 2 $ trillion, Human health monitoring (between 0.2 and 1.6 $ trillion), Retail (between 0.4 and 1.2 $ trillion,  Outside, Work sites, Vehicles( between 0.2 and 0.7 $ trillion)  , Homes (between 0.2 and 0.3 $ trillion), Offices.”  

The report mentions also crucial points as:  interoperability, data and intelligence, embrace data-driven decision making, B2B applications, IoT value in developing economies, capture the real benefits of vertical applications as health…incumbent should create new business models with IoT, continue to innovate in technologies, improve on privacy and security….  

 

L’internet des objets arrive, vous n’avez encore rien vu…

12 novembre 2012

« L’internet des objets est pour demain… »  Encore une phrase pour journaliste en mal de sensationnel. Pourtant, la conférence organisée par l’ASPROM sur le thème de l’Internet des objet n’était pas vraiment destinée au grand public.  La salle était peuplée surtout de responsables d’entreprises, de chercheurs, d’universitaires et d’investisseurs venus chercher une vision construite, argumentée et détaillée de ce que la communication des objets peut apporter à la vie quotidienne, à l’industrie, à la vie de tous les jours.

La première intervention de la journée, faite par Xavier Dalloz qui represente le CES (Consumer Elecgtronic  Show) en France et accompagne chaque année un groupe de responsables grands comptes à Las Vegas avait pour objectif de tracer un tableau large, mais précis et incisif des grandes evolutions à venir.

Le premier point à retenir est que les technologies sont là, elles existent et permettent d’ores et déjà le développement de l’Internet des objets. Seulement, les infrastructures ne sont pas encore complètement mises en place pour permettre de bénéficier  et d’accéder à l’intelligence mise dans les objets. En effet, plus de 50 milliards d’objets connectés d’ici 2020 vont fortement solliciter les réseaux dont la bande passante aujourd’hui est déjà insuffisante pour écouler le trafic actuel.

 

CES 2012 : 5 Français dans le grand zoo numérique – Withings

11 janvier 2012

Ca se confirme, le CES 2012 sera un grand cru. Pourtant, alors que la mobilité, la télévision et les objets internet sont au cœur de la problématique du CES 2012, c’est en France que l’innovation de rupture arrive avec l’annonce de Free Mobile dont les tarifs d’abonnements sont aujourd’hui sans concurrence et dont le prix du téléphone sera facturé séparément de l’abonnement aux services. Les terminaux vendus par Free seront donc désimlockés, c’est-à-dire qu’ils seront indépendants de l’opérateur qui offre le service et la carte SIM fonctionnera sur des appareils préalablement désimlockés.

Free ne deviendra pas un vendeur de téléphones mobiles

Cela signifie que Free ne va pas, comme ses confrères, se transformer en vendeur de terminaux de toutes sortes, mais conservera son métier de fournisseur de services numériques et de transporteurs de données fixes ou mobiles. Si tous les opérateurs se mettaient à déverrouiller leurs terminaux, on devrait voir arriver très rapidement une nouvelle vague d’innovation dans les smartphones suivie très probablement d’une baisse des prix générale des smartphones, grâce à une plus grande transparence.

Les Américains ne sont pour l’instant guère conscients du nouvel impact de cette offre, alors qu’AT&T vient, au grand soulagement de bon nombre d’observateurs, de se voir refuser l’autorisation d’absorber T-Mobile pour cause de tentative de destruction du peu de concurrence qui restait. T-Mobile pourrait-il à lui seul réagir comme Free aux Etats Unis et donner un bon coup de pied dans la fourmilière. Peu probable dans la mesure où sa maison mère, Deutsche Telekom, le très « opérateur historique » Allemand, qui cherche depuis longtemps à se débarrasser du bébé dont il ne sait que faire, ne veut pas entendre parler d’investissements supplémentaires. Free démontre pourtant en France qu’il ne s’agit pas obligatoirement de puissance d’investissement, mais plutôt d’une volonté et d’une approche différente qui font bouger les choses.

Withings, un français dans le healthcare mobile

Cedric Hutchings CEO de Withings

De retour au CES, je notais que la manifestation CES Unveiled, prise d’assaut par des centaines de journalistes venus du monde entier, a honoré 5 sociétés Françaises parmi la petite centaine de sociétés sélectionnées. Cedric Hutchings, CEO et cofondateur de Withings, son baigneur dans les bras, présentait son nouveau pèse bébé numérique, première mondiale pour ce qui est d’un pèse bébé connecté à Internet. Withings est une société crée à Paris en 2008, dont le premier produit était un pèse personne électronique connecté à Internet par WiFi. Grâce à une interface accessible à tous, il permet aussi à des tierces parties de développer des applications innovantes autour de cet objet connecté. « Nous ne sommes pas une start’up en train de développer des services de demain, explique Cedric Hutchings. Nous proposons un produit connecté, aussi facile à utiliser que son équivalent non électronique, mais qui offre beaucoup plus de possibilités parce que les données recueillies peuvent être automatiquement stockées sur un téléphone cellulaire ou un ordinateur, puis présentées et traitées comme le souhaite l’utilisateur. » C’est une réalisation concrète de ce qu’on appelle l’Internet des objets…

Une rapide internationalisation

La balance de Withings peut se connecter à Google Health ou Microsoft Health Vault, préfigurations américaines aujourd’hui très opérationnelles du Dossier Médical Personnalisé (DMP) qui n’arrive pas à voir le jour en France. Avec cette balance, puis un tensiomètre connecté à un téléphone cellulaire et un « smart baby monitor » véritable outils de vidéo surveillance de bébé 24×24 connecté à l’iPhone présentés tous les deux au CES 2011, Withings entrait avec succès sur les marchés Américains, Japonais et Chinois grâce son système de distribution sur Internet. A noter que le smart baby monitor dispose de technologies comme la vision nocturne et permet aussi de parler au bébé ou de lui diffuser de la musique à partir de son iPhone. Ce produit gagnait un Innovation Award au CES 2011.

Un Cloud « santé et bien être », ouvert et agnostique

Au CES 2012, Withings gagnait une nouvelle récompense pour son pèse bébé connecté et entrait dans le Cloud en annonçant une plateforme de stockage qui permet de stocker toutes les données de santé récupérées par ses appareils ou encore par d’autres appareils connectés comme Zeo Sleep Manager, une application qui contrôle le sommeil ou Runkeeper, une application de coaching en ligne d’exercices et d’entrainement sportif qui comporte 7 millions d’utilisateurs. Un utilisateur peut donc rapprocher ses données recueillies par le tensiomètre de Withings avec d’autres données recueillies par d’autres appareils ou applications.

L’intérêt de cette plateforme de Cloud est une interface ouverte qui permet aux utilisateurs d’ouvrir leurs données à des applications extérieures et même à d’autres appareils. Aujourd’hui, les accords passés par Withings permettent à près de 40 millions d’utilisateurs d’accéder à cette API. Cedric Hutchings indique son intention de développer de nouveaux appareils et de permettre aux utilisateurs de mieux appréhender en ligne tous les aspects de leur santé : « avec 4 appreils différents, nous avons acquis une bonne expérience et une bonne compréhension des données que les utilisateurs veulent obtenir en un même endroit. Nous avons ouvert cette plateforme en ligne de Santé et de Bien être totalement agnostique, parce que d’autres sociétés nous l’ont demandé pour leurs utilisateurs. »

Syntec presente un livre blanc pour l’Hopital Numérique

21 mai 2010

L'ouverture du Salon HIT 2010

La Ministre de la santé Roselyne Bachelot Narquin a préféré s’abstenir plutôt que de visiter comme prévu le salon HIT 2010 (Health Information Technology)  organisé par le groupe anglais UBM en début de cette semaine à la Porte de Versailles.  En effet une bruyante délégation l’attendait et a accompagné le cortège, sans la Ministre, à travers les allées du salon en scandant des slogans et en brandissant des drapeaux.

Dossier Médical Personnel, télémédecine, e-santé, hôpital numérique sont en général, et partout dans le monde, des termes synonymes de progrès et d’innovation. Pourtant dans notre pays, encore aujourd’hui, ils suscitent les craintes et les réticences des acteurs et des utilisateurs à travers des amalgames classiques et généralement bien mal définis autour de la sécurité, de la déontologie, du respect de la vie privé, de la déshumanisation des soins, de l’augmentation des coûts et de la réduction des effectifs.  La mise en œuvre des technologies de l’information est effectivement une révolution qui bouleverse les mécanismes industriels économiques et sociaux,  les modes de vie et les habitudes à la maison et au travail. La santé n’y échappe pas.

Rechercher une approche qui permette le dialogue

Le salon HIT était ainsi un point de rencontre, plutôt bouillonnant,  entre le monde médical, l’administration, les patients et les technologies de l’information. « autant de mondes, ainsi que l’indiquait Jean Mounet, Président du Syntec, qui ont beaucoup de mal à communiquer entre eux  au sein de l’Hôpital. »  Pour la première fois, cette année, Le Syntec avait réuni quelques grands constructeurs, intégrateurs et éditeurs de logiciels informatiques, membres du Syntec  Santé, regroupés sur un stand unique, présentant des activités multiples et variées dans le secteur de la Santé. On y retrouvait côte à côte les sociétés suivantes :  Aastra France, Accenture, Altran, Bull, Ineum, Microsoft, Oracle, Orion Health, Santeos, Spie Communications, Voluntis et Nextira One.

A cette occasion, le Syntec Santé présentait un livre blanc  intitulé : « L’hôpital Numérique à l’heure de l’ouverture », comportant un ensemble de réflexions de membres d’une dizaine de grandes entreprises opérant dans ce secteur (Sopra, Orange Services, Bearing Point, British Telecom, Bull, Ineum, Oracle, Microsoft, Nextira One et Santeos). Sous-titré « Des SIH (Systèmes d’Information Hospitaliers) vers un système d’information et de communication de Santé » Ce livre blanc, arrive alors que progressivement arrivent les textes officiels de promulgation de la loi Hôpital Patient Santé Territoires (HPST) votée en juillet 2009, dont la mission est de réorganiser complètement  le système de santé en France en modernisant les établissements de santé. Très clairement, le Syntec cherche à apporter sa contribution à la modernisation de l’hôpital grâce aux 1000 entreprises du secteur TIC que regroupe ce syndicat, qui représente environ 85% des 40 milliards de  chiffre d’affaire que réalise ce secteur en France, assurant un emploi à plus de 360000 personnes.

Dès les premières pages du livre blanc, le bilan montre l’ampleur de la tâche. Un diagnostic sans complaisance débute par le constat d’un système d’information et de communication Santé  plutôt « fiévreux » et « faible » où l’hôpital se trouve au centre de pratiques et d’enjeux et multiples souvent contradictoires. On peut lire « L’hôpital est ainsi devenu l’un des rares marchés à ne pas tirer profit des avancées des technologies de l’information et de la communication. On peut cependant noter que la mise en place de l’ASIP Santé et de l’ANAP contribue à donner une meilleure visibilité sur la politique publique en matière de systèmes d’information et de communication. »  Les rapports et les enquêtes de toutes origines se sont succédés depuis presque 10 ans pour entériner ce  constat.

On ne parle pas de technologie pour déclencher le dialogue.

L’hôpital se trouve dans une situation identique à celle des entreprises il y a 20 ans lorsque la micro informatique les a obligé à faire évoluer leurs systèmes informatiques centralisés et monolithiques vers des systèmes plus déconcentrés, en réseau. Et  ces derniers  amorcent aujourd’hui une nouvelle évolution de fond avec l’arrivée dans l’entreprise du Web 2.0 et du Cloud, c’est-à-dire l’ouverture vers le multimédia, les standards ouverts, les réseaux sociaux (le consommateur, client et partenaire, au sens large)  et l’externalisation des traitements informatiques. On remarquera que ce sont des aspects que le livre blanc n’aborde pas vraiment (parce que trop techniques) alors qu’ils sont considérés comme les dernières tendances et parmi les enjeux clés de l’évolution des systèmes d’information dans les entreprises.

Patrice Sabran, Vice président de Orange Business Services  qui a participé à ce livre blanc insistait sur un point important à sa vue ; « nous ne parlerons pas technologie ni technique, dit-il, parce qu’il est plus important que l’hôpital travaille sur un diagnostic de son organisation informatique et télécom avec en perspective l’enjeu des transformations à venir dans l’année à venir. L’autre objectif de ce livre blanc est de permettre l’établissement d’un dialogue constructif entre les exécutifs des hôpitaux et leurs DSI… (si ceux-ci  existent)… ». Très clairement, l’amélioration de la circulation et du traitement de l’information dans le monde médical a encore de beaux jours devant elle.

Mais aujourd’hui, le recours à la notion traditionnelle de système d’information parait plutôt mal adapté et caduque  pour adresser un réel problème de gouvernance associée à  la complexité de la gestion des flux d’information de l’hôpital  au sein d’un territoire, dans un environnement réglementaire encore en cours de finalisation…

L’image classique du Système d’Information est elle  adaptée ?

Mais l’image classique des systèmes d’information semble aller à l’encontre de cette ouverture vers le dialogue. En effet, sorte de mouton à  5 pattes qui répond au besoin typiquement Français de créer des schémas directeurs technocratiques qui ne sont jamais adoptés, l’image du SI, a posteriori devenu SIH (Système d’Information Hospitalier) ne semble pas le bon moyen, ou du moins la bonne approche pour faire tomber les barrières entre des mondes qui justement se retranchent et veulent se protéger derrière leurs métiers, leurs compétences, leurs techniques.

Compte tenu de l’environnement complexe dans lequel se trouve l’hôpital, avec notamment la mise en place du DMP et de l’identifiant unique, encore considérés comme des cicatrices qui ne demande qu’à se rouvrir,  faire appel à la notion de SI semble quelque peu prématurée alors que la plupart des hôpitaux n’ont aucune notion de ce que cela signifie. Les recommandations de la loi sont de considérer « le patient dans une chaine de soins », mais on oublie aussi un peu rapidement que celui-ci devient un prescripteur actif dans la chaine. En effet, la génération des baby boomers, familiarisée avec l’utilisation du PC, va arriver à l’hôpital avec des exigences bien précises en termes de convergence? Ne parlons pas de la génération Y. Beaucoup de patients arriveront avec  leur PC et demanderont un accès haut débit pour lire leurs mails, regarder la TV sur Internet, consulter leur DMP, se divertir ou même travailler de leur lit et communiquer en vidéo-conférence avec leurs proches ou leurs collègues sur Skype.  Ce qui semblait une prérogative de « patient privilégié » dans l’hôpital d’hier est en train de devenir une exigence de tous, y compris des plus agés.

L’hôpital est un lieu de vie, un peu particulier certes, mais les patients veulent y retrouver  autant que possible leurs activités quotidiennes et leur environnement social. Les technologies numériques leur en donne la possibilité tous les jours, il n’y a donc aucune raison qu’ils ne puissent y accéder à l’hôpital.

Informer et susciter les développements en expliquant ses

Préparé par des professionnels de l’informatique, pour qui le marché de la santé en pleine évolution  représente des perspectives importantes, ce rapport n’explique pas les enjeux de son secteur plus particulièrement sur la manière dont la profession approche le rapport entre  les infrastructures et les services, qui sont au cœur de la problématique des entreprises et des collectivités à l’heure actuelle.

En effet, comment les professionnels de la santé qui se sentent menacés par une administration fortement technocratique vont-ils percevoir un discours qui laisse au techniciens le soins de prendre en charge ce problème critique ? La notion de système intégré de bout en bout alors qu’on parle d’interopérabilité, de standards, de systèmes ouverts et de réduction des coûts ne demande-t-elle pas quelques explications supplémentaires ?