IBM IOD2009: Les RFID font entrer l’entreprise dans la gestion en temps réel


EPC-RFID-TAG.svgLors de la conférence IOD (Information on Demand) d’IBM qui s’est tenue à Las Vegas il y a 2 semaines, j’ai pu discuter avec Paul Chang, Directeur de la Stratégie et du Business Développement  plus spécifiquement chargé des RFID et du NFC (les technologies sans contact) au sein de l’IBM Software Group. Cette structure, au sein d’IBM World a une mission de prospection et de support auprès des entreprises ou des organisations qui souhaitent développer des projets d‘envergure en matière de RFID, de traçabilité ou de NFC. Il est relayé en Europe par Christophe De Mello, qui basé à Bruxelles, est Information on Demand Architect pour les développements techniques dans l’Europe du Sud.

Les RFID du MIT à GS1

Paul Chang rappelle qu’IBM a été impliqué dès leur début dans les RFID, en 1999, au sein du projet initial Auto-ID développé par l’Université du MIT, qui mettait ensuite en place EPC Global, un organisme chargé de gérer la norme et le système global d’identification par RFID. Ensuite, GS1 a été crée pour gérer un ensemble de 4 standards qui entrent dans ce qui est généralement appelé « la gestion de la chaine des approvisionnements ». Ce sont: les codes à barre bien connus (UPC) ; eCom, un standard EDI de messagerie électronique pour les échanges professionnels ; GDSN (Global Data Synchronisation Network) un registre standard pour les systèmes professionnels qui échangent de l’information et enfin l’EPCglobal qui normalise le contenu des RFID.

Le RFID implique une gestion en temps réel

« Le rôle d’IBM dans les RFID, poursuit Paul Chang, est d’élaborer l’ensemble du système de capture et de gestion de l’information et d’intégrer le nouveau processus dans le management de la chaine de production ou de distribution. En effet, la plupart des systèmes classiques de gestion fonctionnent en batch, c’est-à-dire que les données sont agrégées et traitées une seule fois dans la journée, puis analysées à travers des rapports quotidiens, hebdomadaires ou mensuels.

Avec les RFID, les données sont intégrées et traitées immédiatement en temps réel, avec un niveau de granularité beaucoup plus important puisque chaque objet est identifié. Ceci permet une action immédiate, au niveau de l’objet alors qu’auparavant on agissait avec retard avec beaucoup de difficultés pour connaître le détail. Ca change complètement les processus de gestion et donne à l’entreprise une réactivité beaucoup plus immédiate à des fluctuations de marché. Les coûts de gestion sont aussi réduit de façon très significative. » La gestion fine en temps réel est un des avantages importants des RFID, mais cela suppose une prise en charge et une adaptation de l’organisation de l’entreprise ou de l’institution qui l’a mise en place.

Traçabilité et amélioration de la gestion

Paul Chang précise qu’IBM a été impliqué en France dans un projet ou l’entreprise, un vendeur d’alcools et de spiritueux dans le monde entier, était confronté à un problème de contrefaçon de certains de ses produits sur les marchés asiatiques. Le système pilote a consisté à mettre un RFID sur chaque bouteille, et non plus sur une palette de cartons de bouteilles et de les suivre jusqu’au bout grâce a des lecteurs sans fil . L’itinéraire de chaque bouteille est connu avec précision et pour chaque produit livré, on sait si il est authentique ou si il a été falsifié et éventuellement où ont eu lieu les manipulations frauduleuses dans la chaine de distribution.

L’information récupérée peut être ainsi directement suivie d’une action spécifique. Pour l’entreprise en question, au delà du pilote réalisé, la tâche la plus difficile est maintenant d’intégrer le processus dans son système de gestion et de distribution quotidien et de permettre à ses forces de ventes et de distribution d’utiliser les informations en temps réel dont ils disposent et d’agir en conséquence. Il s’agit en fait de repenser complètement l’organisation de l’entreprise en fonction de cette nouvelle approche de l’information en temps réel. « La gestion en temps réel est une approche complètement différente du business » ajoute-t-il.

Des RFID pour suivre les implants chirurgicaux

Paul Chang mentionne aussi la société Française Implanet qui avait été invitée à IOD mais n’a pas pu venir. Cette start’up d’une cinquantaine de personnes, installée à Bordeaux vend des implants chirurgicaux standards aux hôpitaux et aux centres chirurgicaux spécialisés. Elle a mis en place un système de suivi automatique des implants. Un RFID  est apposé sur l’emballage de chaque implant, permettant aux organismes qui les achètent et les utilisent de les suivre et de les gérer individuellement avec une grande précision et de façon quasi automatisée, jusqu’à leur implantation. Il n’y a pas en France de système centralisé d’enregistrement et de suivi des implants, mais les Etats-Unis, dans la vague de rénovation de leur système médical, étudient la mise en place d’une banque central de gestion des données de tous les implants utilisés sur le territoire. « Implanet a là une belle opportunité précise Paul Chang. »

Forte croissance des quantités de données à gérer

« Aujourd’hui, ajoute Paul Chang, l’utilisation des RFID est recherché surtout pour des applications qui présentent un ROI immédiat comme la traçabilité ou l’amélioration de la chaine d’approvisionnements. »  En France par exemple, le secteur de l’industrie pharmaceutique commence à utiliser les RFID parce que le gouvernement oblige un suivi précis de chaque médicament mis sur le marché et/ou importé.

En Europe, les gouvernements qui taxent les alcools et les cigarettes ont lancé des appels d’offre pour mettre en place des suivis par RFID pour éviter les fraudes. Le marché des opérateurs est aujourd’hui l’un des plus prometteurs car les telcos commencent à proposer des services hébergés pour suivre les RFID en utilisant leurs réseaux fixes ou sans fil, IBM leur offre ses compétences en logiciel et en data center. « Chez IBM conclue-t-il, notre rôle est de gérer les données. Tous ces systèmes un fois en place, vont provoquer une multiplication exponentielle des données émises, il faut alors les récupérer et être en mesure de les traiter et de les analyser. »

Publicités
Explore posts in the same categories: applications municipales, Cloud Computing, Entreprise, Industrie, Internet des objets, Terminaux mobiles, Usages et services

Étiquettes : , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :