Posted tagged ‘Apple’

Nokia et Dolby se lancent dans la photo à MWC 2012

5 mars 2012

Lors de sa conférence de presse, Nokia a nettement monté la barre de plusieurs crans en matière de photo-téléphone en présentant son nouvel appareil 808 Pure View. Il s’agit en réalité d’un véritable appareil photo « point and shoot » capable de produire des photos de bonne qualité qui permet aussi de téléphoner et de surfer sur Internet. En effet, il apparait que la conception de cet appareil ait été faite autour des composants photos spécifiquement développés pour cet appareil (capteurs, lentilles, zoom, éléments de gestion des photos) auxquelles ont été ajoutées les caractéristiques classiques d’un smartphone. Une analyse faite sur papier, effectué par le site Test-Mobile  l’explique très clairement.

On regrettera simplement que cet appareil fonctionne sous Symbian, mais les responsables de Nokia ont indiqué qu’il allait rapidement le passer sous Windows Phone. L’effet obtenu est important pour Nokia qui recentre un peu l’attention autour de lui. L’innovation semble bien réelle et il est intéressant de suivre les évolutions de ce genre d’appareil. Est-ce que tous les fabricants de téléphone vont se lancer dans la course ? Comment va réagir Apple qui, on le verra plus loin, a déjà fortement amélioré les performances photographiques de l’iPhone ?

Dolby, du son à la photo HDR

Sur le stand de Dolby Labs à la MWC de Barcelone Nokia présentait sa gamme de terminaux Lumina qui tous utilisent le son amélioré Dolby. On pouvait aussi tranquillement examiner des détails du 808 Pure View, loin de la foule qui s’agglutinait sur le stand de Nokia. La nouveauté sur le stand Dolby n’était pas l’audio, mais l’image. En effet, Dolby Labs vient d’entamer un virage stratégique important puisqu’il se propose maintenant d’améliorer les photos prises par les smartphones grâce à la technologie HDR (High Dynamic Range) qu’il veut appliquer aux photos prises par les téléphones. Cette démarche cherche à répondre à un besoin croissant des utilisateurs de téléphones capables de prendre des photos d’obtenir des photos de meilleure qualité. La présence du Nokia 808 sur le stand le confirme. Dolby entre dans le sillage d’Apple qui avait déjà incorporé cette technologie dans IOS 4 il y a 2 ans et dans l’iPhone 4S plus récemment.

La technologie HDR existe depuis longtemps, mais l’approche adoptée par les ingénieurs de Dolby va au delà de ce que fait Apple dans la mesure où Dolby permet à l’utilisateur de choisir le degré d’exposition de sa photo grace à des techniques de conservation des informations recueillies lors du processus, alors qu’Apple offre une seule photo finale. Les responsables de Dolby qui présentaient cette technologie n’ont pas précisé leur stratégie, mais il y a fort à parier que plusieurs fabricants de téléphone vont se rapprocher de Dolby pour essayer d’implémenter cette technologie sur leurs appareils. Nokia est entré le premier dans la course lancée par Apple…

Le stand Apple à CES 2012

14 janvier 2012

Apple était bien présent au CES 2012. Certes, pas officiellement, mais des milliers de journalistes sont passés devant lors de Digital Experience une conférence organisé en dehors du CES dans le MGM Hotel. Cette conférence qui existe depuis plus de 10 ans accueille dans une seule grande salle une centaine de sociétés qui viennent présenter leurs produits et leurs services. Une autre conférence de ce type existe organisée par Steve Leon, elle s’appelle Showstoppers. L’accès à ces manifestations est réservé exclusivement aux journalistes et aux analystes qui viennent assister au CES, on y mange et on y boit dans une ambiance assez sympas, ça dure 4-5 heures le soir, juste assez de temps pour en faire le tour lorsque l’exposition du CES n’est pas ouverte.

L’intérêt de ce type de conférence « parallèle » est qu’elle coûte beaucoup moins cher que le CES et permet à une petite société d’avoir une énorme visibilité grâce au nombre de journalistes qui s’y presse, sans avoir a mettre en place un stand couteux et déplacer une partie de son personnel pendant 5 jours. On y rencontre en effet les journalistes et les bloggeurs les plus connus, à la recherche de scoop, de sociétés innovantes et d’interviews. Les télévisions peuvent y filmer et les CEO des sociétes, qui ont rapidement compris l’intérêt, sont présents pour des interviews qu’ils accordent volontiers dans un certain brouhaha cependant. Ainsi, HP qui depuis 4 ans n’assiste plus au CES, participe très régulièrement à Showstoppers et à Digital Experience, et cette année montrait quelques nouveautés intéressantes dans le e-advertising développées par sa récente acquisition anglaise Autonomy. Aussi, c’est ainsi qu’Apple fait son CES.

FileMaker gestion de bases de données à l’ombre d’Apple

FileMaker est aujourd’hui la seule base de données qui fonctionne sur iPhone, IPad, Mac OS et Windows. Cette société qui s’est appelée Claris, est une filiale à 100% d’Apple. Qui plus est, elle est dirigée depuis des années par un Français, Dominique Goupil. Cette filiale plutôt discrète reste dans l’ombre d’Apple qui publie tous les ans quelques chiffres sur les activités de FileMaker. La société a développé deux produits: une base de donnée professionnelle appelée FileMaker Pro, et un produit dérivé pour iPhone, iPad qui s’appelle Bento. Ce dernier est un des rares logiciels de gestion de bases de données porté sur iPhone et iPad, une petite prouesse qui a nécessité la création d’un « file system » spécifique, puisque iOS ne comporte pas de système de gestion de fichiers.

Bento est aujourd’hui au top 10 des applications les plus vendues sur iTune dans sa catégorie et récemment, les responsables de FileMaker annonçaient avoir vendu 1 million de Bento. Avec Bento, il est possible de développer des applications verticales spécifiques sur iPhone et iPad ainsi que des applications professionnelles. FileMaker précise ainsi qu’avec Bento, il est possible de développer un ensemble d’applications qui permettent de faire fonctionner et de gérer une petite entreprise avec un iPhone ou un iPad.

FileMaker Pro, aujourd’hui à sa version 11, est un système complet de gestion de base de données qui existe sur le desktop et en version serveur, aussi bien sur Mac OS que sous Windows et sur le Web. Il est accompagné d’un grand nombre d’outils et de templates qui permettent de développer des applications sur le Web. En France, FileMaker est particulièrement utilisé dans les collectivités locales de taille moyenne parce que ses développements ne demandent pas d’équipes spécialistes de la programmation, mais simplement un bon background et une bonne compréhension du développement d’une application. Grâce à une extension appelée FileMaker Go, un utilisateur peut accéder à ses bases de données sous FileMaKer Pro à partir de son iPhone ou de son iPad, ce qui ouvre un champ assez larges d’usages professionnels ou non, à partir de l’iPhone.

Verra-t-on un jour une version de FileMaker Go pour les appareils (téléphones et tablettes) sous Android ?

Apple pourra-t-il achever la révolution des télécoms entamée par Steve Jobs?

6 octobre 2011
Image representing Steve Jobs as depicted in C...

Image via CrunchBase

Cet article est la traduction d’un article publié par Paul Kapustka, journaliste et analyste américain sur  www.muniwireless.com  à la suite du décès de Steve Jobs.

C’est la réflexion la plus intelligente vue jusqu’à présent  sur le challenge d’Apple dans les prochaines années dans les télécoms.

Comme chacun dans le monde de la technologie, je suis attristé par la disparition de Steve Jobs, Chairman d’Apple. Ma question à Apple est de savoir si oui ou non il y a la force pensante, la volonté et les nerfs à Cupertino pour achever la révolution que Steve Jobs a conduit avec l’iPhone – à savoir  la destruction complète  de l’industrie du téléphone cellulaire telle qu’on la connait.

Alors que nous savons tous que la conception, la réalisation et le lancement de l’iPhone- et peut –être encore plus important ceux de l’Appstore – ont été un travail d’équipe à Apple, le changement complet et radical qu’ont apporté l’iPhone et la stratégie open applications d’Apple vient purement de Jobs, un bouleversement sismique du business et du style de vie dont les suites continuent de faire tomber les murailles. Pour témoin la récente capitulation de Sprint : sa décision de « parier la compagnie » sur un giga énorme engagement envers Apple, simplement pour avoir accès au merveilleux jouet de Steve Jobs (Sprint est désormais revendeur de l’iPhone).

Si vous pouvez vous souvenir assez loin, avant la création de l’iPhone, les opérateurs cellulaires étaient en total contrôle de l’expérience sur un téléphone, et votre impossibilité de vous souvenir de quelque chose d’innovant avant le BlackBerry devrait être un signe indiquant que les gens qui construisent les réseaux ne devraient pas nécessairement être dans le business de déterminer ce qui doit fonctionner sur ces réseaux. Si vous laissez de côté pour un moment l’allure de cet appareil spectaculaire, le plus grand bouleversement de rapport de forces  que Jobs et Apple ont apporté avec l’iPhone fut la démocratisation des applications mobiles. C’est l’idée que chacun peut essayer d’imaginer et développer quelque chose d’amusant ou d’utile et qu’il y aurait un endroit pour lui donner sa chance sans avoir à convaincre au préalable des aéropages de décideurs réunis dans quelque salle de conférence d’un opérateur télécom.

Ceci est la révolution qui doit se poursuivre et il est triste que Jobs soit parti avant de s’être engagé dans son prochain voyage logique, en achetant ou en construisant le nouveau réseau permettant aux appareils d’Apple de fonctionner dessus. Regarder les grand opérateurs cellulaires essayer de justifier leur existence dans le monde iPhone est un peu comme regarder les dinosaures dans leur errance lorsque les météorites tombaient sur la terre – ils sont encore assez gros pour manger la moitié des autres créatures et il est nécessaire de s’en écarter pour ne pas se faire écraser, mais leurs jours sont comptés.

L’idée que les opérateurs puissent dicter ce qu’il arrive sur leurs téléphones et leurs réseaux est déjà morte, merci à l’iPhone et ses semblables comme Android. Mais ce dont on a besoin est de quelqu’un (ou d’une société) avec le courage et les convictions de Jobs pour terminer le boulot et construire quelque chose de nouveau qui fournisse au monde un réseau aussi merveilleux et aussi puissant que l’appareil (l’iPhone) que nous avons déjà, avec des tarifications simples qui encouragent encore plus de communication et de collaboration, et ne cherchent pas au contraire à les restreindre. Aujourd’hui, les telcos utilisent leur cash pour chercher à se faire bien voir et obtenir les faveurs politiques pour les aider à virer lourdement l’innovation par n’importe quelle moyen et pour anéantir leurs concurrents (plutôt que de les battre avec de meilleurs produits et services). Leur grand modèle va  à reculons dans le temps vers des plans « data » qui forcent les utilisateurs à se préoccuper de la quantité de données téléchargées. C’est le vieux modèle, bien pourri. Ce dont nous avons besoin est d’une nouvelle motivation.

Je comprends que les réseaux coûtent cher à construire et à déployer, mais j’ai le sentiment que les gens qui bossent chez les  Verizon, AT&T (ou France Télécom ndlr..) du monde entier ne vont pas prendre le risque d’innover pour construire les réseaux dont nous avons besoin pour aller de l’avant. Ils vont continuer de faire les mêmes choses qu’ils sont habitués de faites et continuer de protéger leurs actuels revenus aussi longtemps qu’ils le peuvent. Ce sont les General Motors, les Chrysler qui continuent de construire des SUV alors que le monde manque de pétrole. L’iPhone est à l’industrie du cellulaire ce que la Prius est à l’automobile, un changement radical venu de la gauche du terrain qui en quelques petites années a généré une innovation massive et crée des milliers d’emplois. Ce qu’il faut est un autre pirate pour continuer de faire avancer le bateau de Steve Jobs et piller les milliards entassés dans les structures des vielles places de marché des opérateurs cellulaires. On a besoin d’un nouveau boss, pas le même que l’ancien mais celui qui aurait été parfait est maintenant parti. Pour notre salut, j’espère que la révolution qu’il a commencée ne va pas mourir avec lui…

Enhanced by Zemanta

Quand l’iPhone dérange la RATP

21 juin 2011
Régie Autonome des Transports Parisiens

RATP

La RATP vient de demander à Apple la suppression de l’application iPhone CheckMyMetro. La régie des transports parisiens reproche à CheckMyMetro, une application iPhone gratuite, de proposer à ses utilisateurs une carte du métro de Paris ainsi que la consultation des horaires des prochains métros, fonctionnalités disponibles sur l’application payante officielle RATP Premium.

Faire du métro un terrain de jeu et d’échange

Au cours de l’été 2010, Benjamin Suchar a crée CheckMyMetro. Son idée ? Faire du métro un terrain de jeu et d’échange. Grâce à l’application iPhone CheckMyMetro, les voyageurs du métro sont connectés au sein d’une communauté. Ils partagent leurs impressions sur leur environnement en « checkant » musiciens, graffitis, contrôleurs, publicités, coups de coeur, coups de gueule ou toute autre action fun, intéressante ou utile dans le métro.

CheckMyMetro lançait une nouvelle version au mois de mai,  encore plus complète pour les voyageurs en proposant notamment l’accès à la carte du métro ou la consultation des horaires et itinéraires de métro.

La RATP y voit une violation de sa propriété intellectuelle

Ce sont ces deux derniers points qui semblent poser problème à la RATP. Dans un courriel adressé à Apple, daté du 20 juin 2011, la RATP demande la suppression de l’application, pour utilisation sans droit de la carte du métro et des donnés de trafic du métro.

Alors que la RATP a lancé une campagne de communication sur la recherche d’itinéraire via les services mobiles, la régie des transports parisiens semble considérer l’utilisation publique de ses données comme une violation de sa propriété intellectuelle. Et ce, alors qu’elle propose sur une application officielle payante (exceptionnellement gratuite pendant la campagne de communication) ces mêmes informations.

On peut s’interroger sur ce choix de conserver le monopole de l’accès aux données pour un service d’utilité publique. Surtout, cette démarche va à l’opposé de l’ouverture des données de transport qui a eu lieu en France à Rennes ou à Bordeaux ou à l’étranger aux Etats-Unis et qui est désormais encouragée par la directive européenne INSPIRE.

Une application utile pour les usagers

Et pourtant l’application CheckMyMetro a déjà prouvé son utilité. De nombreux retards, pickpockets, pannes ou bagarres ont été « checkés » par les utilisateurs sur l’application CheckMy!Metro grâce à la catégorie « CheckMy! Coup de Gueule » ou grâce à Twitter avant même leur annonce par la RATP. Par exemple, le jeudi 10 mars ChrisBoitiaux a dit à 08:32 : « RER A en feu à Charles de Gaulle. Tout le monde sort en courant du quai ». La RATP quant à elle mettra plus d’une demi-heure pour informer les usagers sans expliquer la nature exacte de l’incident. On attend la réaction d’Apple.

L’iPhone 4 dé-simlocké vendu sur l’AppleStore aux US

16 juin 2011

Apple vient d’ajouter un nouvel iPhone sur l’Apple Store aux Etats Unis, il s’agit en effet de l’iPhone 4 « unlocked » c’est-à-dire capable de recevoir n’importe quelle carte SIM d’un opérateur téléphonique dans le monde, y compris une carte prépayée.

Ainsi à la veille des vacances, alors qu’un grand nombre d’Européens vont visiter les Etats Unis, Apple reprend un peu plus le contrôle du marché de l’iPhone et de ses utilisateurs en s’affranchissant encore un peu plus de ses liens avec les opérateurs téléphoniques. Pour un Français, l’iPhone 4  16G coutera donc 460 euros (soir 649 dollars) auxquels il faudra ajouter les taxes selon l’état dans lequel il se trouve et se fera livrer l’appareil, taxes qui varient de 0 à 10%.  Il pourra alors utiliser son iPhone aux US en achetant une carte prépayée ou toute autre forme d’abonnement et l’utiliser en France.