Archive for the ‘voiture sans chauffeur’ category

VALEO ET LA CONDUITE INTUITIVE

14 mars 2016

Lors du CES 2016, Guillaume Devauchelle, Vice President Group Innovation and Scientific Development chez Valeo faisait une présentation sur la manière dont l’équipementier Français aborde la voiture sans chauffeur. Une approche Française…..2016-01-06 18.32.39.jpg

Cette présentation s’est déroulée dans le cadre de la mission CES 2016, organisée par Xavier Dalloz. Ce dernier et son équipe (dont je faisais partie)  accompagne  en effet des chefs d’entreprises à Las Vegas depuis une bonne dizaine d’années. Cette année, il accompagnait plus de 100 responsables d’entreprises (communément appelées grands comptes) et une soixantaine de startup (c’est à dire plus de la moitié du contingent labellisé French Tech). Chaque soir du CES, environ 200 personnes étaient réunies pour se rencontrer, échanger sur leurs découvertes du jour, et pour écouter des speakers ayant des choses à dire sur un thème spécifique lié au CES. La présentation de Guillaume Devauchelle était faite indépendamment de la conférence de presse de Valéo où les responsables de la firme ont annoncé un certains nombre de nouveaux produits et quelques tendances futures.C’est, cette année, la troisième fois que Valéo est présent au CES.

Un véritable paradoxe pour ce secteur en croissance

Guillaume Devauchelle  en préambule, faisait un certain nombre de remarques mettant en évidence des aspects un peu oubliés liés a l’automobile, n’hésitant pas à suggérer un véritable paradoxe pour ce secteur qui symbolise « la vieille économie » par excellence. L’automobile répond à un besoin de mobilité qui croit sans cesse…

  • Le secteur de l’automobile va très bien. Il s’est vendu plus de 85 millions de voitures en 2015, chiffre en croissance. Il y a plus d’un milliards de voitures sur les routes aujourd’hui.
  • L’automobile est l’archétype même de l’excellence industrielle, d’une part sur les aspects techniques et d’autre part sur les performances. Elle n’a absolument pas à pâlir devant le secteur de l’électronique.
  •  La croissance du parc automobile se perpétue sur un usage du véhicule de plus en plus mauvais. En effet, une voiture passe 93% de son temps inactive, en stationnement dans la rue ou dans un garage. Des 7% du temps actif restant, elle n’est utilisée que par une seule personne, son conducteur, qui passe un tiers de ce temps d’utilisation à chercher une place de parking…

C’est en s’appuyant sur ce paradoxe que les responsables de Valeo on mis en place le concept de la conduite intuitive. Il est basé sur 3 piliers.

Rendre du temps au gens

1 – Le véhicule autonome. C’est une réalité. Valéo produit plus de 500000 capteurs par jours. C’est la partie émergée de l’iceberg. Pourquoi un tel appétit ? Parce que sachant que les conditions de conduite sont de plus en plus  en plus mauvaise (urbanisation, embouteillages, limitations diverses, etc…), la perception est passé du plaisir de conduire à celle de l’utilisation d’un véhicule qui ne roule pas et qui génére du stress. L’objectif du véhicule autonome est d’abord de rendre du temps au gens, temps qui est considéré comme confisqué.. Mais rendre du temps pourquoi faire… ?

2 – Le véhicule connecté. C’est une réalité aujourd’hui et les constructeurs automobiles ont été obligés d’ouvrir le pré-carré qu’ils s’étaient construits. Pour Valéo, le centre de la communication dans la voiture est désormais le smartphone et c’est sur cet outil qu’il s’appuie pour développer de nouvelles technologies qui permettent à l’automobiliste de ne pas quitter son environnement connecté quotidien. Il n’y a plus de rupture d’aucune sorte dès le moment où l’usager entre dans sa voiture parce que les solutions technologiques sont construite autour du smartphone, outils de communication de Monsieur (ou madame) Toulemonde. On met en place un dialogue entre le véhicule et son utilisateur, sans altérer la sécurité…

L’interface homme machine comme base de nouveaux services

3 – Le véhicule simple à utiliser. Il y a encore beaucoup de travail pour réaliser ce véhicule autonome. L’usager doit pouvoir s’appuyer sur des moyens de communication qu’il utilise tous les jours… Le smartphone est donc utilisé comme une véritable interface entre l’home et la machine. Valéo qui est depuis toujours un grand acteur du contrôle d’accès au véhicule (clés, poignées d’ouvertures, etc) a restructuré cette activité (Neiman) autour des seuls aspects electronique. Le smartphone devient alors l’outil de dialogue et d’action entre l’usager et son véhicule et facilite le developpement de nouveaux services qui permettront un usage plus efficace et plus intelligent du véhicule. Evoquant une similitude avec les transactions bancaires à distance à l’aide d’un smartphone, Guillaume Devauchelle explique comment une voiture peut être facilement  louée par un particulier pendant une période donnée durant laquelle elle serait restée sur un parking (aéroport par exemple).

Sa conclusion peut paraitre déroutante pour certains : « On est très reconnaissant à Google, Apple et les autre de faire le marketing à notre place… »

 

Publicités

GOOGLE RALE CONTRE LA DECISION DE REGULER LES VOITURES SANS CHAUFFEURS

19 décembre 2015

Goggle self driving car

La Californie met en place une régulation pour contrôler et sécuriser l’utilisation des véhicules sans chauffeur. L’initiative s’étendra aux autres Etats.

Le DMV (Department of Motor Vehicules) de Californie est l’autorité qui règne sur le code de la route, les permis de conduire et immatricule tous les véhicules dans l’Etat de Californie. La semaine dernière, conformément a un amendement passé par le Sénat Américain en 2012, il vient d’émettre une  nouvelle série de régulations concernant les modes d’utilisation et de circulation des véhicules sans chauffeurs, les fameux self-driving cars dont Google a été le précurseur, avec l’assentiment bienveillant de Jerry Brown, le Gouverneur de Californie. Comme prévu, une série de réactions positives, accompagnée d’une série de réactions négatives à cette décision a immédiatement traversé la presse et les blogs locaux, chacun y allant de son petit argument personnel. La réaction la plus remarquée fut celle de Google à travers un communiqué assez laconique «   We’re gravely disappointed that California is already writing a ceiling on the potential for fully self-driving cars to help all of us who live here…” qui cependant n’explique pas vraiment les raisons de la nocivité de cette régulation.

10 accidents documentés en un an

Dans son communiqué de presse, le DMV indique que cette régulation est destinée aux constructeurs et sociétés qui effectuent des tests de voitures autonomes en vrai grandeur, dans la circulation ouverte. En effet, lorsqu’on se promène aux alentours du quartier de Mayfield à Mountain View, là où se trouve Google X, il est fréquent de croiser l’un ou l’autre de ces véhicules de test, facilement reconnaissables par leurs antennes sur le toit et des capteurs accrochés un peu partout sur la voiture. Le Directeur du DMV, dans son communiqué, indique qu’au début du mois de décembre, plus de 10 sociétés dont Tesla, Google, Mercedes, Volkswagen, Delphi, Bosch, BMW, Nissan…. et non pas Apple) ont obtenu du DMV l’autorisation de faire circuler leurs véhicules sans chauffeur.  Dans ce même communiqué figure la liste des 10 accidents documentés qui ont impliqué des véhicules sans chauffeurs depuis le 14 octobre 2014, dont 9 concernent des véhicules appartenant  à Google…Google a cependant commencé de tester les véhicules autonomes dès 2009, il aurait réalisé plus de 2 millions de km et aurait été impliqué dans une vingtaine d’accidents au total. Il mentionne que la plupart des accidents sont dus à la distraction des autres conducteurs qui viennent heurter les véhicules sans chauffeur…  Il n’y aurait eu aucun blessé…

Quelques principes simples à respecter

Les quelques principes de cette régulation obligent la présence d’un conducteurs doté d’un permis de conduire dans le véhicule. Ce conducteur qui aura l’entière responsabilité du véhicule sera aussi responsable des manquements au code de la route et devra être en mesure de reprendre contrôle du véhicule en cas de difficulté ou d’incident.  Les constructeurs ou développeurs de ces véhicules doivent être accrédités auprès du DMV après avoir rempli un dossier complet. Ils doivent fournir des compte-rendus mensuels d’utilisation et des conditions de sécurité du véhicule et documenter et déclarer les accidents dans un délai de 10 jours. Ils n’ont pas le droit de vendre les véhicules développés au public, mais en revanche ils peuvent les louer.

De nombreuses consultations ouvertes

voiture devant GoogleXContrairement à certaines pratiques françaises du « dialogue social »  où des décisions sont prises par les autorités gouvernementales sans consultation directe et préalable de l’ensemble des intéressés, la décision du DMV a été prise à la suite de plusieurs séances de travail publiques dont 2 tenues en 2013, 3 en 2014 et une en janvier 2015. Toutes les minutes de ces travaux et les vidéos des présentations effectuées sont disponibles sur Internet.  Suite à cette régulation, deux autres séances de travail sont déjà annoncées le 28 janvier et le 2 février prochain, ces séances seront ouvertes au public.

Un jour peut-être en France…

« Le véritable challenge de ce type de régulation est de trouver un bon équilibre entre assurer la sécurité publique et faciliter l’innovation technologique » indique le directeur du programme  California Partners for Advanced Transportation Technology (PATH) de l’Université de Berkeley. « Le poids repose sur les développeurs qui doivent prouver que leur invention est suffisamment sure et ne vas pas remettre en cause la sécurité publique ». En France, le principe de précaution, soigneusement respecté, fait qu’on ne peut même pas penser voir un de ces véhicules dans nos rues. Il faudra attendre que ces véhicules soient testés ailleurs…par d’autres…