Sigfox, LoRa et les réseaux pour IoT seront-ils un nouveau WiMax?


feature-background

Une bagarre des réseaux sans fils à     bas débits se profile en coulisses de la montée en puissance de l’IoT dans les foyers et dans l’industrie.

Le CES (Consumer Electronic Show) qui se tiendra en janvier 2016 à La Vegas accordera une large place aux objects connectés pour tous les usages, à la maison, dans l’entreprise et même … dans les nuages… Cet ensemble aussi appelé IoT ou Internet of Things est aujourd’hui considéré comme la prochaine vague technologique devant nous envahir et changer une nouvelle fois notre vie, radicalement… ! bientôt…

Qui dit objets connectés dit réseaux, pour permettre de collecter, échanger et utiliser les informations qui circulent entre tous ces objets. Une nouvelle fois, il semble que les opérateurs historiques et leurs concurrents un peu moins historiques se trouvent de nouveau confrontés dans une lutte sans merci pour le contrôle de ces infrastructures qui devront servir et « faire parler » quelques centaines de milliards d’objets. Encore une fois, il est probable que ces escarmouches pour le contrôle des tuyaux jouent un rôle déterminant dans la mise en œuvre effective de ces objets connectés dans notre vie quotidienne, car sans infrastructure facilitatrice, peu coûteuse et pas chère, il n’y aura pas d’Internet des objets.

Un internet sans fil des objets connectés

L’enjeu est maintenant clair. Il s’agit pour un grand nombre d’acteurs d’enclencher, d’accompagner ou de subir une mutation industrielle concernant plusieurs centaines de milliards d’objets potentiellement connectés (ne parlons pas encore de révolution mais elle n’est pas loin)  autour d’un internet mobile similaire à la téléphonie mobile qui a conquis puis bouleversé la vie de quelques milliards d’humains depuis la fin du siècle dernier. On peut donc assez logiquement s’attendre à voir apparaitre les nouveaux Google, Amazon, Salesforce, Facebook et Twitter des objets connectés. Même question pour les infrastructures, verra-ton de nouveaux AT&T, Verizon, Orange (FT), Vodafone, China Mobile émerger ? Quels rapports ces nouvelles sociétés entretiendront-elles avec celles-là ? L’internet des objets sera-t-il un internet à la mode de l’Internet des humains, comme une sorte de sous marque plus ou moins dépendante, ou bien sera-t-il organisé par des nouveaux venus dotés d’outils nouveaux qu’ils contrôlent. Mais nous ne les connaissons pas encore parce qu’ils sont encore sous le radar, et que l’IoT n’a pas encore vraiment décollé? La question mérite d’être posée sachant que la nature humaine déteste les ruptures et que l’économie a plutôt tendance à avancer en regardant derrière.

Les opérateurs mettent les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu…

Tout comme pour Internet, et de façon moindre pour la téléphonie sans fil, les grands opérateurs historiques ont été assez lents à réagir face à l’arrivée de l’internet des objets. Occupés par la montée en débit, par la saturation de la bande passante sur les réseaux sans fil, par la nécessité de fibrer les territoires, par les nouveaux services, et retranchés sur leurs positions dominantes parfois mises en coupe par les régulateurs, ils ont certes appris à maitriser l’innovation par la « communication », mais ils ont gardés leurs vieux reflexes séculaires basés sur leur passé monopolistique d’état…Parfois obligés par leur clients et la concurrence (réelle en Europe), Ils sont cependant passé d’une attitude du « block and wait » vers une attitude un peu plus positive du « wait and see »…

Réseaux sur fréquences libres ou payantes… ?

Tout comme au début des années 2000 lorsque que le WiFi montrait timidement le potentiel qu’il représentait, les opérateurs n’ont pas vu l’intérêt des réseaux bas débit, alors que tout le monde parlait de monter en débit, de fibre, d’augmentation de la bande passante, de saturation des réseaux… L’internet des objets donnait surtout l’image d’une tendance à créer des  gadgets  destinés à des bobos technologues férus de réalité virtuelle souhaitant être connectés jusque dans leurs habits. En clair, ils ne percevaient pas la valeur ajoutée de cette approche pour leurs activités et ont continué leur quête de nouvelles fréquences, et augmenter les débits. Ils ont continué la normalisation des réseaux sans fil et leur ouverture au protocole IT,  passant de la 2G à la 2G+, puis à la 3G puis la 3G+ puis au LTE puis à la 4G, bientôt la 4G+ et  préparent maintenant la 5G. Le WiFi a dès le départ été laissé de côté par les opérateurs parce qu’il n’est pas porteur d’un business modèle « operator oriented » et parce qu’il fonctionne sur des fréquences libres, non payantes et ouvertes, même si elles sont réglementées. Le raisonnement a été le même pour les réseaux qui aujourd’hui connectent les objets, car ils opèrent sur des bandes de fréquences restées libres et gratuites qui n’intéressaient plus personnes parce qu’adaptées pour l’analogique (longue portée et bas débits).  Elles ont donc permis à des startups de développer à moindre coût des technologies de réseaux propriétaires,  et les utiliser sans avoir à payer un lourd ticket d’entrée pour s’attribuer ces fréquences.

Bas débit certes… mais aussi basse consommation et longue portée pour redéfinir la connectivité

Une autre caractéristique des réseaux de l’Internet des Objets est d’être capable de fonctionner sur des composants électroniques à très basse consommation. En effet, au fur et à mesure que le secteur se développe apparaissent des objets connectés de type passifs et statiques (en médecine, dans l’automobile, dans les villes intelligentes etc…) construits autour de capteurs  capables d’envoyer sans faillir des petites quantités d’information pendant des années, grâce à une petite pile qu’on ne changera pas parce que l’objet est situé dans un endroit difficilement accessible. C’est sur cette base que s’est développé Sigfox qui explique: «Whilst established providers of connectivity focus on 4G deployment and licensing, we focus on low throughput and subscriptions for objects with little power…. Connecting millions of objects without roaming restrictions and enabled by a very small, extremely low power modem, required our team to “think out of the box””.  Sigfox se définit donc comme un nouveau DNA capable de redéfinir la connectivité…  Le message est clair et il est porteur d’espoir pour toute une industrie plombée par les dinosaures, opérateurs et équipementiers.

L’histoire ne fait que re-commencer…

Le transport de l’information, première grande ligne de force de l’Internet des objets est aujourd’hui assez clairement définie et les opérateurs ont compris un peu plus rapidement leur erreur. Ils vont maintenant jouer sur leurs atouts et sur les faiblesses de l’Internet des objets pour chercher à rattraper le temps perdu. La première faiblesse de l’internet des objets est, dite de façon un peu crue : l’absence de business modèle. Cyril le Floch, CEO de Qovisio, le dernier venu dans le club des réseaux français pour l’Internet des objets indiquait lors d’une récente réunion de la FIRIP à Angers : « Le revenu moyen par objet, l’ARPU sera très faible, proche de Zéro… on ne peut pas envisager de faire payer un abonnement pour connecter un objet… »  Il mentionne alors le Dash bouton d’Amazon et indique qu’il y a encore des centaines d’applications de ce genre à trouver, qui mettront en œuvre des centaines d’objets connectés par foyer… ouvrant vers de nouveaux business modèles disruptifs au mains des marques ou des grands distributeurs ou à défaut financés par les gouvernements, forts de voir leurs villes et leurs territoires devenir « smart ». Les opérateurs, grâce à leurs substantiels revenus récurrents vont, avec des réseaux alternatifs comme LoRa, pouvoir se porter sur des marchés rapidement profitables pour tenter d’empêcher que les marque ne se saisissent de ces nouvelles applications. En parallèle, ils ont déjà entamé une course poursuite technologique pour noyer et dépasser ces réseaux alternatifs. Leur objectif est d’homogénéiser d’ici l’année prochaine les standards haut débit et bas débit autour de la 4 G sur des fréquences attribuées, et au cours d’une marche forcée au sein du 3GPP (l’organisme qui défini et gères les standards cellulaires), permettre à de nouvelles normes LPWAN (les réseaux alternatifs basse puissance pour l’internet des objets) en cours de formalisation, de ne faire plus qu’un seul avec les réseaux cellulaires et les intégrer dans leurs infrastructures avec la 5G.

Orange donnait le ton et ses intentions en adoptant cet automne la technologie LoRa : « After nearly a decade of experience as an operator in machine-to-machine (M2M) communications with its 2G/3G/4G networks, Orange is now broadening its connectivity offer and preparing for the future of the IoT. With this network based on LoRa technology, it is especially useful for connecting sensors in Smart Cities; Orange is also continuing the work on the standardisation of future cell networks (2G/4G)2 for the IoT, which will be operational in 2017 and for 5G by 2022.” Orange indique très clairement qu’avec LoRa, qu’il s’oriente vers les marchés hautement subventionnés des Smart Cities…en attendant la standardisation… et la disparition (espérée) des réseaux alternatifs pour l’Internet des objets… Sigfox, LoRa, Qovisio sont-ils donc voués à une mort certaine…? Nous en reparlerons.

(NDLR: il est interessant de noter que le communiqué de presse de Orange en Anglais n’est pas la traduction exacte du communiqué en Français qui contient moins d’informations)…

Advertisements
Explore posts in the same categories: France Télécom Orange, Fréquences Hertziennes, Internet des objets, LTE, Sans Fil

One Comment sur “Sigfox, LoRa et les réseaux pour IoT seront-ils un nouveau WiMax?”


  1. […] Une bagarre des réseaux sans fils à bas débits se profile en coulisses de la montée en puissance de l’IoT dans les foyers et dans l’industrie.  […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :