ISSY GRID: EMERGENCE D’UNE NOUVELLE PREOCCUPATION MUNICIPALE


La ville d’Issy les Moulineaux qui compte plus de 63000 habitants,  a depuis longtemps été une ville avancée dans le domaine de l’énergie. En effet, en 2009, la municipalité a crée la charte Isséo avec une vingtaine de promoteurs et de constructeurs ce qui lui permet de poursuivre une politique agressive de rénovations et de constructions aux normes dites HQE, de Haute Qualité Environnementale, au-delà même des indicateurs fixés par le Grenelle de l’Environnement.  Christophe Provot, Maire adjoint délégué à l’urbanisme de la ville indique : « la ville favorise l’arrivée sur son territoire d’entreprises citoyennes qui participent activement à la mise en œuvre de la politique municipale, ce qui signifie que nous devons aussi être attentifs et réactif à leurs initiatives. Ainsi, lorsque Bouygues Immobilier est venu nous présenter le projet Issy Grid, nous avons immédiatement répondu de façon positive. Cette initiative qui couvre le quartier d’affaire Seine Ouest (ou encore Porte de Seine) va totalement dans le même sens que nous. »

Déficit énergétique en France

L’initiative d’Issy Grid, annoncée au début de cet été, est une approche quasiment unique en France aujourd’hui dans la mesure où elle n’émane pas de l’Etat, mais d’un groupe d’entreprises situées dans une collectivité locale, élargi à d’autres sociétés. Elle est présentée comme la mise en œuvre innovante d’un système de gestion de l’énergie (smart grid) au niveau d’un quartier  par des acteurs multiples et montre que la mise en place de réseaux smart grid est un nouvel enjeu pour les collectivités locales, hautement responsabilisées.

Ce projet présente aussi un intérêt économique à terme pour ces entreprises qui voient l’impact du smart grid comme une opportunité et un moyen d’élargir ou de diversifier leurs activités. Alors que plusieurs initiatives ont déjà été menées sur une large échelle et de façon plutôt institutionnelle et dont les résultats se font attendre,  elle se place au niveau d’un quartier et elle est portée par un groupe de 9 entreprises qui réunit un large ensemble de compétence, à la fois dans l’immobilier résidentiel ou tertiaire, dans les télécommunications, dans le logiciel et l’ingénierie logiciel, dans le transport de l’énergie et dans la production d’énergies nouvelles.

Connaitre les différents usages dans le temps et l’espace

La nécessité de mieux connaitre le détail et les modalités des usages énergétiques en France à un niveau de granularité assez fin se fait fortement sentir alors que le pays creuse sensiblement son déficit budgétaire énergétique, principalement à cause de la reprise de la hausse des prix du pétrole depuis l’année dernière. Globalement, selon les récentes statistiques de la Direction Générale des Douanes et des Taxes Indirectes, la France est passée d’un déficit énergétique de €-39,7 milliards en 2009 à €-47.8 milliards en 2010 alors même qu’elle bénéficie d’une moins grande dépendance au pétrole que ses voisins Européens.

En 2010, la facture énergétique représente 2,5 % du PIB. Il est donc nécessaire de mettre en place des infrastructures et des outils qui permettent de mieux connaitre la consommation dans ses détails de façon à tenter de la maîtriser et de mieux utiliser et pérenniser les ressources classiques ou alternatives dont nous disposons.  Alors qu’en Europe deux pays, l’Allemagne et l’Italie ont indiqué leur intention de se retirer totalement du nucléaire, la France, doté d’un outil de production d’électricité unique au monde, dispose de l’opportunité de redevenir exportateur dans un environnement mondial qui s’écarte des énergies fossiles.

Une Bouygues Initiative

Guillaume Parisot, Directeur Innovation Bâtiment chez Bouygues Immobilier est au cœur de l’initiative Issy Grid. « Depuis longtemps explique-t-il, nous travaillons sur les questions de la consommation d’énergie dans les bâtiments.  En 2009, nous avons commencé de construire à Meudon un Green Office, c’est-à-dire un immeuble de bureau de 23300 m² capable de recevoir 1500 employés, considéré comme le premier immeuble de bureau à énergie positive, capable de produire plus d’énergie qu’il n’en consomme. Ainsi, nous allons au-delà de la règlementation actuelle en matière de consommation d’énergie et nous avons à peu près 10 ans d’avance sur des normes qui seront appliquées en 2020. » Fort de cette expérience, Bouygues Immobilier, dont le siège social se trouve dans la zone tertiaire côtoyant l’héliport d’Issy les Moulineaux, a constaté que dans ce quartier se trouvaient réunies plusieurs compétences nécessaires à la mise en place d’un smart grid de quartier, même si ces sociétés n’étaient pas officiellement considérées comme agissant spécifiquement dans le smart grid.

Un tour de table de haut niveau

Guillaume Parisot a donc été la cheville ouvrière du tour de table de cette opération de quartier choisie parce qu’une une dizaine de milliers de salariés de Bouygues Télécom, Microsoft et Steria y travaillent et que ces entreprises seront utilisateurs du smart grid  de quartier qu’ils mettront en oeuvre. Y sont venu s’ajouter, apportant des compétences spécifiques, Alstom qui a depuis longtemps noué des liens étroits avec Microsoft pour la gestion des salles de contrôle, Schneider Electric important fournisseur de matériels électriques et de capteurs dans le monde entier, ETDE, une filiale de Bouygues spécialisée dans l’ingénierie des réseaux électriques, Total pour son implication dans les sources d’énergies photo-voltaïques et ERDF, le distributeur national d’électricité qui a développé le compteur Linky. « Nous avions déjà des relations étroites avec plusieurs de ces acteurs, explique Guillaume Parisot, et compte tenu de notre expérience dans le Green Office, il nous a paru intéressant d’aller au-delà du seul building et de nous pencher sur la gestion de l’énergie au niveau d’un quartier tout entier, sachant que cela posait des problématiques nouvelles très variées, sur le plan technique, sur le plan industriel mais aussi sur le plan de la coopération entre des entités venues de mondes différents. »

Adapter l’infrastructure de distribution électrique

Aujourd’hui explique Alain Salmon, Directeur du département Energy/Utilities chez Steria « Il n’existe pas de système ni d’équipement qui permette de le connaitre précisément la consommation au niveau d’un quartier, et l’objectif de ce projet est de mettre en place un tel système avec une démarche industrielle. On ne parle pas d’un système propriétaire et fermé, mais d’un système qui agrège de nombreux éléments en provenance de divers partenaires et de leur permettre d’échanger des données.»  La première phase de l’opération consiste donc à mettre en place un système de monitoring  permettant de connaitre la consommation globale des immeubles concernés ou des résidences avec suffisamment de détail pour ensuite envisager une optimisation de cette consommation et d’envisager ensuite une politique d’incitation et d’effacement en fonction des usages et selon certaines périodes.

Mise en place d’une infrastructure de quartier

Cependant, les Systèmes de gestion technique du Bâtiment ou GTB sont des outils qui gèrent un vaste ensemble de sous systèmes électriques dans un bâtiment (chauffage et pilotage des chaudières, climatisation, ventilation,  accès et ouvertures électriques, systèmes d’alarme, sécurité incendie, ascenseurs etc..) mais la gestion est faite sous une forme technique et peu exploitable. Ce sont en général des outils propriétaires qui posent des problèmes d’interface et d’interopérabilité avec les systèmes de télécommunications et les logiciels informatiques. Pour le résidentiel, les compteurs intelligents sont déjà capables de segmenter les usages en fonction de l’énergie utilisée mais les interfaces ne sont pas encore toutes standardisées. ERDF qui a sorti le compteur Linky pour le résidentiel envisage de sortir un Linky pour le tertiaires dans l’année qui vient.

Un besoin d’interopérabilité et d’une architecture globale

Marc Jalabert, Directeur de la nouvelle division grand public et opérateurs de Microsoft estime que « La révolution de l’énergie sera encore plus importante que la révolution des Télécoms parce qu’elle ira encore plus vite ». La collaboration déjà existante entre les différentes sociétés permettra de mettre en place des protocoles qui ne sont pas encore définis et améliorera l’interopérabilité entre les bâtiments . « Avec Stéria, dit-il, on va construire une couche d’abstraction logiciel qui permet de se connecter aux appareils d’un bâtiment et être en mesure de connaitre leur fonctionnement et les usages. »   Enfin, il précise que si les données peuvent être déjà extraites de nombreux appareils et compteurs, elles doivent être triées, stockées, agrégées et regroupées de façon homogène d’un bâtiment à l’autre pour être utilisées de façon efficace. Pour lui, les données pourront être stockées dans le Cloud pour être ensuite traitées. Mais là encore, la structure des bases de données dans le Cloud est à inventer et il faut ensuite concevoir la manière dont les données seront visualisées et présentées. Pour lui, le projet Issy Grid est l’un des plus innovants en France et estime qu’il a peu d’équivalent dans le monde. Il cite un projet similaire sur le campus de Microsoft à Redmond qui comporte 123 bâtiments.

Analyser et apprendre à travailler ensemble

« Le smart grid poursuit Guillaume Parisot est donc une combinaison intelligente, un compromis, entre l’automatisme et de l’humain. Notre volonté est donc d’inclure les personnes au sein de notre démarche. »  Il fallait donc mettre en place une structure légère et souples qui puisse conduire à l’élaboration d’un véritable laboratoire de test et de démonstration d’un large ensemble de technologies et de systèmes autour de la gestion et du pilotage intelligent de l’énergie d’un quartier, avant la mise à l’épreuve sur le marché. Ce laboratoire sera mis en place au siège social de Bouygues et adoptera une attitude très pragmatique et modeste. Le choix du quartier, essentiellement tertiaire avec 160000 m² de bureaux, fixe le niveau des problèmes à résoudre et le déroulement du projet. Travailler au niveau du quartier est une approche nouvelle car les pics de consommation ne sont pas les mêmes entre l’habitat résidentiel et les bureaux.

En effet, avant de commencer à contrôler les dépenses d’énergies dans un quartier et avant de mettre en place des unités de production photovoltaïque,  éoliennes ou autres, il faut savoir avec une bonne précision à quoi sert l’énergie consommée, quels en sont les usages, à quels moments de la journée, et où est elle consommée, plus particulièrement à un moment où les voitures électriques apparaissent dans le paysage.  Pour Jean-Claude Millien, directeur délégué ERDF Ile-de-France : « ERDF est entrée natuellement dans le projet grâce aux contacts locaux établis depuis longtemps.  Dès le début, nous avons mobilisé nos équipes sur ce projet. Les smarts grids s’inscrivent naturellement dans la gestion des reseaux publics de distribution  comme une opportunité d »optimisation de la gestion de l’énergie.  Les objectifs sont de connaître le champs des possibles sur le périmètre des immeubles définis et de l’éclairage urbain (sous contrôle de la ville), d’évaluer la production locale photovoltaïque et éolienne et d’évaluer les nouveaux usages, plus particulièrement les véhicules électriques et les bornes de rechargement à établir. »

Un laboratoire de test et une plateforme de démonstration

La première phase du développement sera essentiellement centrée sur le tertiaire. Il faudra établir un centre qui se situe entre l’ACR (Agence de Conduite Réseau de EDF, il y en a 3 en Ile de France) et les bâtiments compris dans le périmètre du quartier. Une deuxième phase s’ouvrira au résidentiel en incorporant 900 logements dans le secteur du Fort D’Issy, l’éclairage public et des locaux commerciaux. La première tâche qui sera réalisée par Steria avec Schneider Electrique  est de mettre en place un système de récupération et d’extraction des informations sur les usages grâce à des capteurs et les compteurs électriques.  « Connaitre les usages est le point le plus difficile, explique Alain Salmon. Il faut distinguer les consommations par activité et ensuite étudier les courbes de consommation des immeubles. C’est à la condition de bien connaitre les usages que l’on pourra ensuite établir une véritable politique de gestion de l’énergie autour de mesure d’incitation, de régulation et d’effacement.» Les usages vont être identifiés par bâtiment de façon aussi fine que possible  et les données ensuite analysées et regroupées. Une opération identique, déjà été réalisé sur le Green Office de Bouygues à Meudon met certaines complications en évidence parce qu’un bâtiment qui n’a souvent qu’une seule facture électrique recouvre différents usages et peut avoir plusieurs locataires qu’il faut identifier et dont il faut aussi connaitre la part occupée dans les différents types d’usages.

Un agenda ambitieux

Alors que la première phase de la mise en place du cahier des charges s’est théoriquement achevée à la fin des vacances, les premiers résultats devraient venir avant la fin de l’année avec une première version du démonstrateur où chacun des partenaires aura intégré la ou les briques qu’il apporte à l’ensemble. Une deuxième version du démonstrateur intégrant le secteur résidentiel serait mise en œuvre dans la première moitié de 2012. Le premier quartier à énergie positive pourrait donc être en mesure de fonctionner des 2012.

Publicités
Explore posts in the same categories: applications municipales, énergie solaire, Cloud Computing, energie, Territoire

2 commentaires sur “ISSY GRID: EMERGENCE D’UNE NOUVELLE PREOCCUPATION MUNICIPALE”


  1. […] background-color:#; background-repeat : no-repeat; } alainbaritault.wordpress.com – Today, 11:04 […]


  2. […] La ville d’Issy les Moulineaux qui compte plus de 63000 habitants, a depuis longtemps été une ville avancée dans le domaine de l’énergie. En effet, en 2009, la municipalité a crée la ch…  […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :