La grogne monte dans la fibre… merci France Télécom…


Le colloque de l’Avicca réunis deux fois par ans les acteurs de l’aménagement numérique du territoire. Cette association de collectivités locales impliquées dans les projets TIC rassemble à cette occasion un ensemble d’intervenants sur les sujets chauds du moment. Réuni le 5 avril ce colloque peut être considéré comme un coup de projecteur sur la France profonde numérique, loin des bureaucrates et des quartiers généraux parisiens des administrations, des opérateurs et des constructeurs. C’est la France profonde des nouveaux usages, celle des aménageurs publics qui sont passés des ronds points, des lampadaires et des voies routières aux autoroutes de l’information.

France Télécom bloque les déploiements des collectivités

Cette année, comme les années passées, le sujet chaud est le très haut débit en France. Quelles infrastructures pour ces autoroutes de l’information, fixe ou mobile ? Comment les mettre en place, dans quel cadre juridique et réglementaire, comment les payer, comment les maintenir, comment et avec qui les exploiter?  Ceci commence à devenir inquiétant parce que d’une année sur l’autre, le sujet n’a pas bougé, et semble-t-il, la situation s’est même aggravée dans le déploiement du très haut débit en France, malgré une intense activité du coté des collectivités locales.

Dans les allées de la conférence, l’ambiance était plutôt aigre douce. En effet, après une année 2010 passée à attendre la mise en place du grand emprunt dont une partie est destinée à épauler les collectivités locales dans leurs efforts d’investissement, mais dont on ne sait toujours pas comment il sera abondé, à attendre un certain nombre de décisions réglementaires sur le fibrage vertical des immeubles, à préparer des plans et schémas directeurs régionaux ou départementaux, à se positionner sur les volets A, B, C des aides du Fond de solidarité numérique, à expérimenter pour accélérer le dialogue entre les collectivités et lez opérateurs nationaux,  un raz le bol général semble avoir été atteint avec l’AMII, entendez « l’appel à manifestation d’intention d’investissement… »

Des AMII pas très amicaux

L’appel à manifestation d’intention annoncé par France Télécom en février dernier à littéralement jeté le trouble dans les collectivités locales qui travaillent depuis maintenant plusieurs mois pour tenter de planifier sérieusement l’arrivée du FTTH sur leur territoire. Alors que beaucoup d’éléments sur l’éligibilité ou non éligibilité au FNS commencent à se préciser, plusieurs éléments semblent plutôt surprenants et contestables. En effet, un équipement actif comme une station de base WiMax n’est pas éligible, mais un pylône alimenté par une collecte ROIP l’est… On retrouve ici un certain ostracisme du régulateur et des pouvoirs publics vis-à-vis des technologies sans fil, plus particulièrement dans les zones peu denses.

Il semble en effet, selon l’un des participants au colloque de l’Avicca, que l’on «  favorise la montée en débit au grand bénéfice de France Télécom plutôt que de développer des solutions plus souples, moins coûteuses et immédiates comme les solutions sans fil. Ne parlons pas du satellite qui est une idiotie coûteuse qui a été vendue aux députés et au ministre par un lobbying bien organisé.. Mais c’est les collectivités qui paient au final… »   Pour ce responsable d’un territoire de plus de 200000 foyers,  « Il semble que tout le système ait été fait pour favoriser France Telecom. En effet, il devient l’aménageur du territoire au frais des collectivités et des contribuables.

Non seulement tout pousse à la montée en débit dans les territoires difficiles,  mais  avec l’AMII que FT a publié en février dernier, il prend le pouvoir chez nous et devient l’aménageur.  Il peut, dans un délai de 2 mois après que nous ayons déposé un dossier pour une zone, soumettre le projet au volet A, c’est-à-dire faire passer cette zone en volet A et bénéficier des prêts bonifiés au titre des investissements privés. L’initiative publique perd donc automatiquement le soutien du FNS. On sait ce que sont les manifestations d’intentions de France Télécom… Il  ment aux régions depuis des années, ça n’est pas aujourd’hui qu’il va arrêter… »

Les intentions de France Télécom

Beaucoup de responsables assistants au colloque de l’Avicca tenaient des propos similaires, reflétant un certain agacement  quant à l’attitude de France Télécom sur leurs territoires. En effet l’AMII dévoilé en février dernier par France Télécom n’a rien d’un engagement ferme. Il porte sur 3600 communes, c’est-à-dire 15 millions de foyers, et couvre environ 240 agglomérations et toutes les communes de plus de 7000 habitants. Ceci représente à peu près tous les territoires profitables pour l’opérateur, les autres sont donc laissés pour compte.

Aucune vérification des engagements d’achèvement de ces intentions n’est prévu avant 2015, et l’opérateur peut s’arrêter à 90% de couverture, ce qui fait que certaines communes se retrouveront avec des zones blanches … Le discours de France Télécom est là-dessus pas clair du tout et aucun document complet sur ses intentions ne peut être trouvé sur le site de l’opérateur . Les autres opérateurs s’agitent pour ne pas laisser France Télécom occuper le terrain du volet A tout seul… En d’autres termes, « c’est la conquête de l’ouest ajoute l’un des participants au colloque. Les règles sont définies par ceux qui  fournissent les armes, mais celles-ci se retrouvent toujours dans les mêmes mains. Tout est assez obscur, on ne sait pas exactement de quoi on parle, on ne sait pas comment vont se dérouler les procédures, quels seront les niveaux d’exigences car personne n’utilise le même vocabulaire, on ne sait pas non plus si les fonds annoncés seront là… ».

Tout comme AT&T dépense 39 milliards de dollars pour racheter 10 points de part de marché et renforcer sa position de monopole aux Etats Unis plutôt que de mettre ces 39 milliards dans l’amélioration de son réseau en piètre état, France Télécom utilise le système pour faire payer les collectivités (les contribuables) à améliorer son réseau de cuivre (avec la montée en débit), de façon à renforcer sa présence et repousser les déploiements alternatifs (prives ou par les collectivités) qui pourraient le mettre en difficulté localement immédiatement ou à terme. Une analyse précise de l’AMII de France Télécom, pour peu qu’il soit publié, pourrait donner des indications sur cette stratégie de verrouillage dynamique pour la reconquête de son monopole.

Le résultat aujourd’hui est qu’en France, on fanfaronne avec plus d’un million d’appartements éligibles à la fibre… Mais il y a à peine 100000 abonnés. Qui se pose la question de savoir pourquoi ?

Explore posts in the same categories: applications municipales, fibre, France Télécom Orange, Régulation, Territoire, Trés haut débit

Étiquettes : , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

One Comment sur “La grogne monte dans la fibre… merci France Télécom…”


  1. « en France, on fanfaronne avec plus d’un million d’appartements éligibles à la fibre… Mais il y a à peine 100000 abonnés. Qui se pose la question de savoir pourquoi ? »

    Moi, M’sieur, moi ! Je ne pose pas la question, j’y réponds : à peine 100,000 abonnés à la fibre en France tout simplement parce que… la fibre à la sauce opérateurs télécoms ne sert à rien !

    Tant qu’on n’aura pas : 1) la Killer-App (c’est à dire, comme d’hab, un service X), 2) les usages non-TriplePlay (c’est à dire des services de télé-truc individualisés), et 3) un nouvel entrant qui casse tout (c’est à dire le Apple du FTTH), ça ne décollera pas.

    Personnellement, j’ai quelques idées pour le point 1. Et pour le point 2. Et une (toute) petite lueur pour le 3…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :