La Fête du très haut débit vue des tranchées


Mortain est une petite ville de la Manche, non loin de Villedieu les Poêles, à quelques lieues du Mt St Michel. Elle héberge le siège social de Acome, peut-être l’un des derniers câbliers Français, une Scop (Société Coopérative de Production) dont l’autre particularité est de fabriquer des câbles de fibre optique et des équipements pour les réseaux de fibre optique. Tous les 2 ans, cette PME rurale organise une fête du Très Haut Débit, entendez plutôt fête de la fibre.

Parler de fibre ne fait pas vibrer les foules, c’est pourquoi on parle plus volontiers du très haut débit, qui rebute moins, mais qui reste encore de nos jours un concept plutôt ésotérique pour la grande majorité des Français, assez satisfaits de leurs haut débit à base de DSL ou de câble… C’est donc une fête de spécialistes, parce qu’on y parle tuyaux, NRO, SRO 1, SRO2, gigabits, jarretières, pig tails, armoires de rue, tout un vocabulaire que les marketeurs du secteur ne prennent pas trop la peine d’expliquer, « puisqu’on travaille entre nous« .  Pourtant un effort était fait cette année car si tout le monde, dans ce microcosme est d’accord pour dire qu’il faut de nouvelles infrastructures basées sur une technologie qui durera 50 ans, personne ne sait encore bien comment convaincre le grand public de les réclamer avec suffisamment d’énergie et de conviction pour que les opérateurs, noeud central de la mise en place de ces nouvelles infrastructures, se décident à y investir lourdement. C’est pourquoi les notions de service et de nouveaux usages étaient plus particulièrement évoquées au cours des conférences de cette journée.

Mais les discussions qui se déroulaient dans les allées de l’exposition accueillant une trentaine d’exposants (une grande partie de l’écosystème fibre en France) ne sont guère sorties des tranchées. La similitude était facile à faire avec les premiers automobilistes du début du siècle, à la fois pionniers, aventuriers, mécaniciens capables de parer à toute panne, bravant les intempéries vêtus de peaux de bêtes, conduisant leurs machines sur des sentiers cahoteux et aléatoires à des vitesses dérisoires, évoquant pourtant le plaisir de la vitesse et de la mécanique alors qu’aujourd’hui,  Mr Tout le monde peut en une demi-journée traverser le territoire, confortablement assis en écoutant sa musique préférée avec sa petite famille, sans avoir ouvert le capot de son véhicule depuis des mois…. Une épopée industrielle  les sépare, et il est de la responsabilité de tous que notre pays ne passe pas à coté de cette opportunité « incontournable ».

La manifestation recevait Philippe Distler, Directeur Général de l’ARCEP, le régulateur Français dont la tâche est justement de permettre a cette nouvelle ère  industrielle du très haut débit de s’établir. Lourde tâche du régulateur gendarme qui doit parfois lutter contre ceux dont il doit identifier et corriger les excès, mais aussi facilitateur auprès des mêmes acteurs qu’il doit aussi inciter à investir et pousser à coopérer entre eux,  sans toutefois tomber dans la tentation technocratique, tellement aisée, reconnue et admise dans notre pays jacobin.

Explore posts in the same categories: fibre, Industrie, Régulation, Territoire, Trés haut débit, Usages et services

Étiquettes : , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

3 commentaires sur “La Fête du très haut débit vue des tranchées”

  1. MJ Says:

    Une ruralité en très haut débit pour quoi faire ?

    Avec son accord, je me fais le relais de Pierre Ygrié (Webs du Gévaudan) qui propose des Assises citoyennes sur ce thème via un Atelier dédié à l’occasion de RuraliTIC :
    « Organiser des assises citoyennes pour, ensemble, réfléchir à la façon dont le numérique pourrait nous permettre d’imaginer demain, ne serait-ce pas un superbe challenge ? »

    Rendez-vous de lecture et commentaires :
    http://websdugevaudan.wordpress.com/2010/06/23/une-ruralite-en-tres-haut-debit-pourquoi-faire/

    Si vous êtes d’accord avec son contenu, vos compléments, idées et propositions sont attendus !

  2. marc duchesne Says:

    @MJ : Alain et moi-même organisons une série de témoignages et le premier vrai BarCamp/Fiber en France lors de RuraliTIC, dans le cadre des événements pilotés par le cher Pascal Minguet.

    • MJ Says:

      @Marc : Merci de cette information. Des thèmes particuliers sont à l’ordre du jour ? Y a-t-il doublon ou complémentarité avec les Assises ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :