CES 2010 : Les lecteurs de e-Books s’envolent chez Amazon, Apple et Google restent en embuscade


Le CES 2010 se déroule tous les ans à Las Vegas, à l’aube de la nouvelle année. Cette année semble nettement plus favorable selon son CEO Gary Shapiro, qui l’année dernière avait vu la fréquentation de cette Mecque du gadget numérique baisser de plus de 20% par rapport à l’année précédente. Dans une interview récente, il affirmait que ce « CES 2010 était le plus passionnant de ceux qu’il avait vécu depuis 28 ans. » parce que la tendance s’est véritablement renversée pour lui permettre de dépasser tous ses objectifs les plus optimistes au cours des 5 derniers mois de l’année.

Même si la surface d’exposition sera cette année globalement plus petite, concentrée sur un seul centre d’exposition, le LVCC (Las Vegas Convention Center)  à l’exclusion du Sands Convention Center utilisé les années précédentes, Shapiro se montrait  très satisfait et passionné par les tendances innovantes repérées à travers les produits qui seront annoncés durant le show. L’un des segments les plus actif cette année semble se trouver dans l’arrivée en force sur la marché américains d’une nouvelle génération de e-Readers, entendez les lecteurs de e-Books, ou encore le iTab (ou iSlate) si on se réfère aux  innombrables rumeurs et spéculations autour de la sortie d’une tablette Apple dans le courant du mois de janvier qui, entre autres, aurait une fonction lecteur de e-books.

Amazon, leader dans une dynamique de marché naissant

le Kindle d'Amazon et le Nook de B&N

Alors que Sony fut le premier « grand » à mettre un lecteur de eBook sur le marché, le Sony Reader PRS500 à l’automne 2006, Amazon lui a rapidement ravi la main un an après avec son Kindle, bien que ce dernier soit resté en rupture de stock pendant près de 6 mois après son lancement. Il a été développé au sein du Lab126, une grosse unité de développement du Kindle basée dans la Silicon Valley, en reprenant des éléments issus du rachat d’une petite société Française, Mobipocket pionnier en la matière. Plus tard, alors que le concept commençait à faire son chemin aux Etats Unis, la chaine de magasins de livres Barnes & Nobles se lançait dans la compétition avec son propre  lecteur,  le Nook, lancé il y a quelques semaines pour les fêtes, mais en rupture de stock lui aussi semble-t-il depuis. Le Nook serait à l’origine d’une baisse de prix significative des lecteurs saluée par l’apparition du Kindle DX et du Kindle2, nouvelles versions plus petites et améliorées du lecteur original d’Amazon.

Une image encore confuse du ebook

Cybook Opus de Bookeen

De nombreux bancs d’essais, publiés dans la presse américaine permettent de toucher du doigt les approches, avantages et inconvénients de ce type d’appareil qui, pour l’instant, reste en noir et blanc et essentiellement destiné à une clientèle anglo-saxone.  En effet, le Kindle est connu  en France par un petit cercle d’initiés et si Amazon annonce une bibliothèque de près de 400000 livres, peu sont en Français. Amazon a annoncé récemment son intention de vendre  une version Française du Kindle2, mais les prix des livres ou des abonnements de journaux sont près de 40% plus chers qu’aux Etats-Unis. D’autres solutions comme le Sony Reader et le lecteur de la société Française Bookeen sont vendues dans l’hexagone. Ce dernier présentera d’ailleurs au CES son dernier né, le Cybook Opus récemment annoncé à la foire du livre à Hanovre.  Dans l’ensemble, pour un utilisateur Français normal, l’eBook est un gadget encore assez confus qui permet de se faire remarquer dans le métro ou dans le train, mais dont il n’a pas encore bien compris tous les avantages par rapport à un livre de poche papier.

Sony eBook

L’iPhone semble aujourd’hui être le meilleur promoteur du ebook dans le grand public car il peut recevoir maintenant une application externe qui permet de transformer un iPhone en Kindle et d’accéder à la bibliothèque des eBook d’Amazon.  N’oublions pas Google qui fait virtuellement partie du paysage depuis longtemps pour d’autres raisons liées à ses opérations de scan de bibliothèques entières (La BN de Lyon par exemple et d’autres en France probablement). Son système Android est le système d’exploitation de base du Nook de Barnes & Nobles et les nouveaux téléphones Android permettent aussi de lire des livres téléchargés gratuitement sur le site de Google Books.

Une tendance forte du CES

L'écran Mirasol

Le CES permettra-t-il de faire émerger une notion plus claire de l’eBook  pour le grand public ? C’est possible, mais il faudra probablement attendre encore qu’Apple ait présenté son produit, qui risque  en même temps de mettre tout le monde d’accord et d’en déterminer la nouvelle image auprès du grand public, comme il l’a fait pour le baladeur, et le smartphone. Il est quasiment certain que l’appareil ne viendra pas seul et sera lié à un ou plusieurs services.

un mock'up de l'iTablet d'Apple

A l’arrivé des fêtes de fin d’année, les quelques grands acteurs du monde du eBook ont indiqué des tendances très prometteuses. Le Français Bookeen indiquait à Hanovre envisager vendre 30000 de ses Cybook Opus. Howard Stringer, le patron de Sony indiquait que ses ventes de livres électroniques seraient « phénoménales ». Et Amazon, aux vues de ses ventes Noel, précisait que le Kindle était l’objet le plus vendu en ligne sur son site durant les fêtes. Aucun chiffre n’est cependant divulgué, et l’action d’Amazon continue de grimper à Wall Street, tout comme celle d’Apple.  Mais les approches des uns et des autres sont en général  très différentes et il semble que les modèles économiques soient encore à la recherche d’une vraie dynamique pour atteindre le grand public en masse, d’autant que les éditeurs de livres commencent à froncer les sourcils de se voir remis en cause.

Le Papyrus de Samsung

Enfin, toujours au CES,  il faudra suivre de très près les évolutions technologiques liées aux écrans sachant que la couleur est au détour du chemin et que le Taiwanais Prime View, qui a acquit la division e-reader de Philips il y a 5 ans, est l’un des principaux fournisseurs d’Amazon , Sony et  Barnes & Noble. Déjà Mirasol, une filiale de Qualcomm annonce un écran couleur pour les e-readers et les téléphones ou encore les GPS.  Plusieurs  sociétés  sont à suivre parmi lesquelles Plastic Logic, Skiff (anciennement First Paper) une filiale de Hearst Interactive, Spring Design, Entourage Systems  ou encore Samsung avec son Papyrus, Fujitsu avec l’un des premiers ebook couleur le Flepia et le Chinois Tianjin Jinke Electronics avec le Hanlin.

Les opérateurs téléphoniques cherchent à s’imposer

Le lecteur de Spring Design

Aujourd’hui, l’ensemble des mécanismes qui animent le fonctionnement de ce marché essentiellement américain sont encore assez peu connus (ou connus partiellement) et mal décryptés du point de vue des enjeux industriels sous-jacents, d’autant que tous les acteurs se sont pas encore complètement apparus au grand jour.  Nous essaierons, dans ce secteur, de passer au dessus des querelles de religions et d’exceptions culturelles, qui généralement servent d’écran aux enjeux industriels et à des ambitions mal avouées. En effet, si l’on laisse de côté pour l’instant le rôle des acteurs majeurs que sont les éditeurs de livre, ce qui nécessitera un développement complet à part, on s’aperçoit que les opérateurs téléphoniques aspirent à jouer un rôle dans ce jeu.

prototype Orange Read & Go

Il y a 6 mois, Orange France-Télécom  annonçait une expérimentation appelée Read & Go, dont le nom révélateur de « Kiosque e-Paper » montre bien les intentions de l’opérateur historique d’essayer de s’infiltrer dans la distribution de journaux et d’information en ligne, ainsi que de la distribution des livres, grâce à un remake modernisé du Minitel, portable, lisible, utilisant le réseau cellulaire, auquel est ajouté, comme au Kindle, la possibilité de se connecter en WiFi. Menée avec un ensemble de partenaires de poids dont  les Echos, l’Equipe, Télérama, Le Parisien et Le Monde, l’expérimentation Orange devait durer 2 mois. Elle semble ne pas avoir donné de suites connues à ce jour.  En tous cas, le modèle économique d’un tel service n’a pas encore été dévoilé. Orange France-Télécom attendrait-il l’annonce prochaine de la tablette d’Apple ?

Advertisements
Explore posts in the same categories: Convergence PC- Mobile, eBook, Mobilité, Netbooks, smartphone, Terminaux mobiles

Étiquettes : , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

3 commentaires sur “CES 2010 : Les lecteurs de e-Books s’envolent chez Amazon, Apple et Google restent en embuscade”

  1. Aldus Says:

    Merci et bravo pour cet excellent article de synthèse!
    Je serais ravi d’échanger avec vous sur ce prochain CES.

    • Alain Baritault Says:

      Bonjour, merci, je suis actuellement au milieu du « big zoo » à Las vegas.. beaucoup de choses.
      a bientôt
      AB

  2. Aldus Says:

    J’ai vu beaucoup de vidéos, ravi de savoir ce que vous trouvez de plus intéressant pour la lecture de demain! bon courage à vous, cela doit-être épuisant!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :