Nexus, le téléphone Google pour le début de l’année


Le Wall Street Journal rapporte que selon des sources proches de Google, ce dernier s’apprêterait à mettre en vente un téléphone cellulaire appelé Nexus fonctionnant sous Android, directement destiné à l’utilisateur final, sans passer par un opérateur cellulaire. Selon les sources non citées par le quotidien américain, le téléphone Nexus serait un téléphone fabriqué par HTC et arriverait sur le marché au tout début de l’année prochaine.

Eat your own dog food…

Ce samedi sur le blog « Google Mobile », la compagnie annonçait la création du concept  « d’un Laboratoire Mobile » interne  à Google dans lequel les employés de Google pouvaient utiliser des téléphone mobiles sous Android développés par des partenaires sur lesquels les ingénieurs de Google testent un certain nombre de nouvelles caractéristiques mobiles, des nouveaux services ou des applications expérimentales. Cette pratique, qui selon le blog « est la meilleure manière de tester une nouvelle technologie et de l’améliorer » est connue depuis longtemps chez la plupart des grands éditeurs de logiciels. Elle est appelée « eat your own dog food ».  Le téléphone Nexus serait donc le premier appareil à entrer dans le Laboratoire Mobile de Google.

Un nouvel assaut contre les pratiques des opérateurs

Cette nouvelle initiative de Google est une escalade dans les assauts menés par le N° 1 de la publicité sur Internet contre les opérateurs cellulaires auxquels il reproche une certaine lenteur dans le développement de l’internet mobile. Pour les responsables de Google, il est clair que l’Internet de demain sera mobile et que l’objectif de la compagnie est de capter l’énorme marché publicitaire qu’il représente.  Or, les initiatives des opérateurs téléphoniques (voir mon papier récent sur l’annonce du ‘Minitel du Mobile’ par France Télécom) et les nombreuses obstructions dont ils sont accusés dans leur manière de gérer les réseaux mobiles (autour du thème de la neutralité des réseaux mobiles) sont autant de pratiques que certains jugent anti-compétitives, car elles prennent leur base sur un étroit contrôle du réseau et de la bande passante. Ce contrôle est renforcé par une pratique communément admise qui consiste à financer une partie du coût du téléphone vendu à l’utilisateur,  ce qui leur permet de verrouiller techniquement les terminaux cellulaires à un opérateur (et donc d’imposer leur loi aux fournisseurs de téléphone) et d’enfermer le consommateur dans des contrats qui vont jusqu’à 2 ans.

Débloqué.. oui mais à quel prix… ?

Le Nexus de Google serait donc vendu dans un état « débloqué », c’est-à-dire qu’il pourrait être utilisé sur n’importe quel réseau, remettant implicitement en question les contrats imposés par les opérateurs sur des téléphones vendus et sponsorisés par eux. Cette offre ne pourra avoir un effet significatif que si le téléphone débloqué est vendu à un prix au plus égal ou bien inférieur aux prix des téléphones mis sur le marché par les opérateurs. On peut voir aussi dans cette démarche une certaine ambiguîté et un risque non négligeable dans la mesure où Google devient concurrent de ses propres clients, à savoir les constructeurs de téléphone sous Android comme HTC ou encore Motorola qui a lourdement misé sur cet appareil pour tenter de se remettre à flot.

En route de collision avec Apple

Enfin, de plus en plus clairement, Google est entré  en route de collision avec Apple sur un assez grand nombre de points, dont celui de la mobilité. En offrant un téléphone cellulaire directement à l’utilisateur final, Google se place en concurrence directe avec l’iPhone pour le contrôle du marché de la mobilité pour le grand public.

La situation, bien que très différente puisqu’il faut aussi compter avec les opérateurs et les constructeurs de téléphones, rappelle curieusement la rivalité qui s’est développée il y à 20 ans entre Apple et Microsoft, au dépends d’Apple, pour le contrôle du marché des PC dans les entreprises. Aujourd’hui, Google et Apple se concurrencent sur 5 secteurs : la musique (voir le nouveau service  Google Music contre iTunes), sur le système d’exploitation (le futur Chrome OS vs MacOS X) sur la mobilité et les services associés comme le positionnement (Nexus Android vs iPhone), sur les browsers ( Google Chrome vs Safari), sur la video (YouTube vs iTunes), et probablement sur un sixième secteur qui serait celui des livres ( le futur iPad vs la numérisation des livres par Google). On peut aussi s’attendre aussi à un assaut des 2 géants sur la TV lorsque son basculement sur Internet sera devenu inéluctable.

Si Apple a des atouts certains avec son expérience des boutiques en ligne et une longue et riche histoire dans l’interface utilisateur , dont l’iPhone est un exemple remarquable, Google a pour atout de ne s’intéresser qu’à la publicité. Il n’utilise pas directement les technologies ou les appareils qu’il met sur le marché comme un moyen de gagner de l’argent, mais simplement comme un levier pour engranger plus de publicité. L’année 2010 s’annonce donc fertile en évènements.

Explore posts in the same categories: Convergence PC- Mobile, eBook, Industrie, Mobilité, Navigation, Services localisés, Terminaux mobiles

Étiquettes : , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :