Google et Apple conduiront-ils la Navigation vers des Latitudes inconnues?


Au cours de ces dernières semaines, Google a jeté plusieurs pavés dans la marre déjà bien occupée de la géo-localisation, de la navigation et des systèmes d’information sur le trafic routier en créant un nouveau service gratuit appelé Google Maps Navigation pour son téléphone Android rapidement suivi de Google Latitude. De son côté, Apple, dont l’iPhone s’appuyait fortement sur Google Maps, a acquit en juillet dernier une société de cartographie numérique appelée PlaceBase et récemment publiait une petite annonce d’emploi pour un ingénieur où il était mentionné… « Nous voulons mener  les Cartes vers une nouvelle étape, repenser la manière dont les gens utilisent les Cartes et changer la manière dont les gens trouvent ce qu’ils cherchent. Nous voulons faire ça « sans couture » et d’une façon agréable et hautement interactive. On vient juste de commencer…” Les ambitions de l’un et de l’autre ont jeté le trouble dans un secteur assez prospère mais en constant renouvellement et à la recherche de lui-même. En effet, la navigation a commencé il y a une bonne dizaine d’année, résidente sur des appareils dédiés, dans les véhicules, ensuite connectés au téléphone puis relayés par le téléphone qui s’est équipé de puce GPS. La connectivité permet une navigation mise à jour en temps réel et la recherche de points d’intérêt.  La donne a donc été sensiblement modifiée lorsque les opérateurs téléphoniques sont entrés dans le jeu. Le secteur de la navigation et de la géo localisation deviendra-t-il l’arrière cours de l’affrontement de Google et Apple pour la conquête du terminal mobile ?

Conférence LBS (Location Based Systems) à San José en Silicon Valley

Cette semaine à San Jose au cœur de la Silicon Valley en Californie, une conférence organisée par www.TheWherebusiness.com réunissait quelques uns des grands acteurs du secteur de la navigation et de la géo-localisation, pour faire le point sur l’état du secteur et les grandes tendances de l’évolution compte tenu de ces nouveaux entrants, qui non contents de bousculer tout le monde avec des business modèles qui décoiffent, se préparent à s’affronter sur le terrain de la mobilité. On a l’impression d’assister à une sorte de revanche de la Silicon Valley qui s’était fait ravir le PC par Microsoft il y a 25 ans. On peut en effet raisonnablement comparer l’impact des smartphones aujourd’hui à ce que fut l’impact des PC dans le monde industriel et dans la société dans les années 80. Même si les conditions et les modalités sont différentes, les enjeux qu’ils soulèvent sont du même ordre, dans le hardware, dans le software auxquels il faut ajouter les services et les contenus qui n’existaient pas à l’époque sous les formes qu’on connait. Les sommes en jeu sont aussi beaucoup plus importantes, ce qui peut laisser rêveur quand  on sait que Bill Gates fait partie des  plus riches du monde…

Les Français bien représentés

Les organisateurs de la conférence avaient bien fait les choses en alternant analyses des grandes tendances du secteur et de la demande avec des discussions très animées sur les évolutions en cours. Première remarque, les Français étaient assez bien représentés puisque j’en ai compté une dizaine parmi la petite centaine de participants à la conférence. J’ai eu l’occasion de longuement discuter avec plusieurs d’entre eux dont Jacques Garcin,  Directeur Télématique et Automobile à la « Direction Marketing Mobiles de l’Anticipation et de la Convergence » chez Orange… tout un programme dont il parle avec beaucoup de pragmatisme. J’ai aussi rencontré Jean Cherbonnier CEO de Navx qui m’a montré sa nouvelle application Snapigo, à venir  bientôt sur l’App Store d’Apple pour l’iPhone.  Snapigo vous permet de retrouver facilement les restaurants ou les cafés que vous avez aimez. Simple, efficace, il fallait y penser. A venir aussi sur d’autres terminaux.

Un état des lieux

Egil Juliussen, Principal Analyste chez iSuppli, appuyé sur des chiffres et des estimations, présentait les différents aspects du secteur et analysait les grandes tendances des évolutions en cours.  Il faut considérer les évolutions de deux manière de traiter la navigation.  D’une part elle est réalisée  « in board », sur des appareils dédiés spécifiquement à la navigation GPS appelés PND (Personal Navigation Devices) qui contiennent une carte complète qu’il faut éventuellement mettre à jour de temps en temps, mais ils ne sont pas connectés. Il existe aussi des systèmes intégrés et vendus avec  le véhicule appelés ADAS (Advanced Driver Assistance System), qui réalisent une navigation « on board » mais qui aussi pratiquent une navigation « off board » apportant diverses aides supplémentaires au conducteur. Le système On Star de Général Motors aux Etats Unis est un ADAS. D’autre part La navigation « off board » suppose une connexion  qui permet d’apporter des informations en temps réel (cartes, points d’intérêt, services divers) à une navigation partiellement réalisée « on board ».

Navigation « on board » ou « off board »

Les téléphone cellulaires et les smartphones sont les principaux supports de navigation « off board ». La connectivité permet d’ajouter des éléments de cartes ou des points d’intérêt en temps réelsedlon l’endroit ou d’affiner la navigation en réalisant un positionnement à partir d’une triangularisation sur les cellules téléphoniques ou encore d’éffectuer une recherche sur Internet via le réseau cellulaire. Le secteur des services de navigation s’organise maintenant autour du critère de connexion, qui peut fonctionner dans les deux puisque l’appareil peut renvoyer des informations qui seront utilisées par les systèmes d’information sur le trafic.  Le tableau -1- ci-dessous montre la part croissante et majoritaire prise par les appareils connectés dans les 5 ans à venir. Le tableau -2- suivant confirme que les ventes de smartphones ayant une capacité de navigation par GPS vont augmenter considérablement. Mais rien ne précise cependant le taux d’utilisation de ces GPS, sachant que beaucoup de téléphones cellulaires disposent d’un GPS mais que beaucoup de gens n’utilisent pas cette fonction parce qu’elle est trop compliquée ou que l’écran est trop petit.

Tableau 1 - Les plateformes de navigation

Tableau 2 - Ventes de Smartphone avec GPS

La navigation « in vehicule »

Pour Egil Juliussen, la principale évolution dans le segment  « In-Vehicule » est l’arrivé cette année de PND à bas prix (en dessous de 100 dollars) dans la mesure où ces systèmes sont compris et utilisés par un plus grand nombre de gens. Les constructeurs de PND comme Garmin et Tom Tom  ont aussi commencé à intégrer leurs appareils à bas prix en « première monte » dans les véhicules de moyenne gamme, contribuant au maintient de la croissance globale de ce marché. En terme de pourcentage de voitures équipées d’un système de navigation, Il continue de croitre aux Etats-Unis au Japon et en Chine mais il plafonne et montre même une légère tendance à la baisse en Europe. (Voir le tableau -3- ci-dessous).

Tableau 3 - Pourcentage des vehicules équipés

Beaucoup d’améliorations sont encore nécessaires pour faciliter la navigation « in vehicule » à partir des systèmes PND ou intégrés. Il cite la reconnaissance de la parole pour les instructions données à l’appareil, la mise à jour des cartes, des points d’intérêt, la recherche des points d’intérêt et la recherche des adresses et des noms de rue, le positionnement des lignes de circulation dans certains cas, des sorties d’autoroutes ou de voies express, etc…  Il précise que la reconnaissance des instructions vocales données à l’appareil par le conducteur est un segment qui devrait croitre aux Etats-Unis et en Europe dans les années à venir. La société Nuance présentait à l’occasion une étude liée à l’impact de la reconnaissance vocale sur  l’amélioration de l’attention du conducteur et de la sécurité.  Il montre, dans le tableau -4- (ci-dessous) comment la « carte routière » a évolué et est devenue la colonne vertébrale numérique des différents systèmes de navigation disponibles permettant d’améliorer la sécurité, de repérer certains points d’intérêt, de connaitre le temps estimé d’arrivé (ETA), de connaitre l’état du trafic etc…

Tableau 4 - Evolution de la carte routière numérique

Les PND face aux smartphones, l’impact du Tbt

La deuxième partie de l’intervention de Egil Juliussen portait sur la fotte compétition qui se déroule aujourd’hui entre les PND et les smartphones pour prendre la part croissante du marché des appareils mobiles de navigation. L’iPhone, qui utilisait Google Map,  a ouvert la voie en offrant, dans sa première version, un système de navigation gratuit, assez simpliste dans un premier temps puisqu’il ne possédait pas de capacités Tbt (Turn By Turn avec synthèse vocale). Pour la nouvelle version 3.0 du système d’exploitation de l’iPhone 3GS, Tom Tom (qui a racheté la société de cartes TéléAtlas)  a crée une application Tbt pour iPhone qui se vend une centaine de dollars selon le pays, sur l’App Store.  Il était ensuite suivi par Sygic, Navigon, Magellan et d’autres fournisseurs de systèmes PND dont les prix varient de 40 à 100 dollars. Plusieurs système de navigation « off board »  permettent de naviguer avec un téléphone moyennant un abonnement jusqu’à 10 dollars par mois. Ils sont mis en œuvre par les opérateurs  comme AT&T Navigator (pour 10 dollars par mois), Orange Map en France (pour 7 euros par mois), qui, à Paris permet de tout savoir sur les Velibs, etc…  Nokia (qui possède la société de cartes Navteq) a développé sa propre carte téléchargeable sur OVI. Elle peut être utilisée gratuitement avec les téléphones équipés d’une puce GPS, ou en Tbt à la demande pour €2 la journée ou au mois pour €7 ou €60 par an. (Les prix de Nokia sont moins cher de 15 à 20% aux Etats-Unis)… !

Google Maps Navigation

Google, en lançant Google Maps Navigation, un vrai système Tbt gratuit pour les téléphones Android 2.0, est venu couper l’herbe sous le pied de tout le monde. Toute la profession est donc prise en porte à faux  par  Google. Il donne gratuitement tous les services proposés par ailleurs souvent fort cher aux utilisateurs parce que son business modèle est la publicité liée au nombre de ses utilisateurs. Google expliquait dans la réunion qu’il envisage de porter son système sur tous les téléphones… sans autre précision… ! Il bouscule aussi les systèmes de suivi du trafic parce qu’il offre gratuitement ce services sur Google Maps, à partir des données recueillies automatiquement auprès les utilisateurs de Google Maps et il continue d’améliorer ses cartes, en ouvrant ses API pour développer des cartes de points d’intérêt afin dedévelopper la publicité locale. Les tableaux -5- et -6- présentés ci-dessous montrent que les usages et le marché sont tirés par les smartphones qui disposent d’un système de navigation Tbt (Turn by turn) gratuit, absorbant progressivement les PND à bas prix et le Tbt payant proposés par les opérateurs ou les vendeurs de PND. Le marché des systèmes de navigation gratuits va donc progressivement s’élargir et seuls les services spécifiques à forte valeur ajoutée pourront subsister. Jacques Garcin de Orange reconnaissait que les opérateurs et beaucoup de constructeurs de PND allaient devoir réviser leurs business modèles dans les mois qui viennent, chercher à développer de nouveaux services à plus forte valeur ajoutée et trouver de nouveaux bouquets de services.

Tableau 5- PDN vs Smartphone en 2009

Tableau 6- PDN vs smarphones en 2012

Tableau 6- PND vs smartphones en 2012

Explore posts in the same categories: Mobilité, Navigation, Services localisés, Terminaux mobiles, Usages et services

Étiquettes : , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :