Faut-il couper France Telecom en deux ?


Deux manifestations importantes se déroulent cette semaine autour de la mise en œuvre du plan très haut débit en France. En début de semaine, le « Trip » de l’Avicca a accueilli Michel Mercier, le Ministre de l’Aménagement « Numérique » du Territoire et en fin de semaine, à partir de ce mercredi, le DigiWorld Summit de l’iDate accueillera Nathalie Kosciusko Morizet, Ministre du très haut débit, une délégation américaine et quelques grands patrons de l’industrie dont Didier Lombard, le CEO de France Telecom.

Concurrence par les infrastructures

A la réunion de l’Avicca, à côté des présentations techniques expliquant que le très haut débit n’est pas facile, qu’il ne se fera pas en une journée parce que de nombreux problèmes techniques se posent, à côté des considérations sur le découpage du paysage Français en 3 zones, noires, grises et blanches, à côte des décrets d’applications qu’on attend encore, la rumeur de la séparation fonctionnelle de France Telecom revenait en force, dont le résultat serait de séparer la gestion des services de celle des infrastructures de réseau… Etienne Andreux, Président du Sipperec posait ouvertement la question lors d’une table ronde, après que Hélidéo Costa- Elias de la Caisse des Dépôts ait précisé que des 30 milliards de dollars d’investissement estimés pour couvrir 80% de la population en fibre, 10 milliards reviennent à la location des fourreaux existants de France Telecom.

Un réseau public concurrent des réseaux privés

Il posait aussi la question de l’opportunité d’une concurrence par les infrastructures et de l’application d’une politique identique dans les 3 types de zones. Alors que Pierre-Eric Saint André, PDG de Axione réorganisait la France en 2 zones, Martin de Mijola, Responsable du Projet THD 92, parle de « l’immobilier des télécoms » pour qualifier l’infrastructure que le 92 compte mettre en place à travers la DSP récemment validée par la Commission Européenne. Il spécifie bien que cet immobilier est libre d’accès et ouvert à tous les services. La concurrence par les infrastructures n’existerait donc déjà plus dans le 92, où une nouvelle infrastructure, financée par la collectivité, vient concurrencer les infrastructures des opérateurs et s’impose de la même manière dont France Télécom s’est imposé dans les zones blanches et un peu moins blanche grâce a son réseau existant, financé par les deniers publics avant 1996.

Contradiction entre l’intention et l’application

Pour de nombreux observateurs, le gouvernement, dans la manière dont il met en place son plan très haut débit, aurait donc crée une situation contradictoire où d’un côte il dit « concurrence par les infrastructures » et de l’autre il laisse faire la création de réseaux de collecte publics (comme dans le 92) dans toutes les zones, quelque soit leur couleur. Pour sortir de l’impasse, il envisagerait donc  la séparation des services et des infrastructures, en montrant du doigt France Télécom à qui en 1996, il a laissé jouir des réseaux déjà installés au frais des contribuables, ce dont il n’a pas manqué de profiter sans retenue. Il est vrai que la situation en 1996 n’était pas la même que 15 ans plus tard, Internet était quasiment inconnu en France et personne ne voulait voir (sous l’influence du dit France Télécom) qu’il allait prendre un tel essor.

Penser ces infrastructures d’un type nouveau

Aujourd’hui, le problème des infrastructures numériques est crucial, c’est un problème politique, économique et social de première importance,qui doit êtreabordé en tant que tel. Il ne peut-pas être résolu par des décisions prises au coup à coup sans vision politique autre que de voir le retour sur investissement dans les 3 mois suivants et la simple couverture du territoire en un peu plus que 512K. Nos amis Américains s’en rendent compte un peu amèrement.

Les deux jours de discussion à la conférence de l’iDate à Montpellier vont être animés.

Advertisements
Explore posts in the same categories: Entreprise, Tendance, Territoire, Trés haut débit

Étiquettes : , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :