Mesurez votre consommation d’électricité avec Google


Ted écranIl y a quelques jours, Google annonçait sur son blog officiel un accord avec la société américaine Energy Inc pour l’utilisation d’un petit appareil appelé TED, entendez The Energy Detective qui lui permet de mettre en place les premiers éléments de son programme Power Meter donnant aux consommateurs la possibilité de mieux connaitre et contrôler leur consommation quotidienne d’électricité… Une version européenne de TED, adapté au courant tri-phasé européen, serait déjà en préparation chez Energy Inc.

De la gestion des informations du monde…

En octobre 2008, Eric Schmidt le CEO de Google annonçait un accord de collaboration avec General Electric afin de mettre en place une série d’outils pour permettre aux consommateurs de mieux maitriser leur consommation d’énergie à la maison. Il indiquait clairement son intention de progressivement entrer dans le jeu très prometteur des Smart Grid en fournissant des outils de mesure et d’analyse des données de la consommation électrique personnelle. Google a déjà investi plusieurs dizaines de millions de dollars dans une bonne dizaine de start’up liées à ce secteur et au secteur des cleantech .

Il vient ainsi se positionner entre les compagnies d’électricité américaines qui ont déjà commencé à déployer de façon éparse des programme de Smart Grid avec des lecteurs intelligents, et les opérateurs téléphoniques qui se verraient bien, grâce à leur maitrise des accès Internet chez l’utilisateur, comme un maillon indispensable (et rentable) de la mise en œuvre des Smart Grid.

L’un des objectifs des programmes de Smart Grid est de donner à l’utilisateur une rôle actif sur le marché de l’énergie en lui fournissant la possibilité d’adapter sa consommation en fonction des horaires et surtout des tarifs d’électricité. Mais pour cela, il faut disposer d’une information immédiate et bi-latérale, comme c’est le cas sur Internet.

…. à la gestion de vos données de consommation d’énergie

Quelques mois plus tard, en février 2009, Google annonçait donc un nouveau programme appelé Power Meter dont le but est de mettre en place des premiers outils sur le Web qui permettent de recueillir les données de consommation des foyers (par internet fixe ou sans fil), de les analyser et de les présenter sous forme compréhensible par des gens normaux de façon à ce qu’il puissent mieux gérer leur consommation électrique quotidienne. Ce programme était mis en test chez un petit groupe d’employés de Google dans la Silicon Valley tout au long du deuxième et troisième trimestre de cette année.

Le système fonctionne en récupérant les informations de consommation d’électricité grâce un capteur installé sur le compteur électrique à la maison, à condition que ce compteur soit intelligent (Smart Meter). Les informations sont envoyées à intervalles réguliers (toutes les 10 minutes avec TED) chez Google par une liaison internet fixe ou sans fil et l’utilisateur peut lire les résultats et l’analyse de sa consommation quotidienne, hebdomadaire mensuelle ou annuelle à l’adresse de sa page Web iGoogle. Il peut aussi recevoir ces informations sur son iPhone, son Blackberry ou son téléphone Android grâce à une petite application téléchargeable.

Des standards en cours de maturation

Mis a la disposition du public, l’appareil TED peut être désormais acheté pour 2 à 300 dollars aux Etats Unis, mais il nécessite l’aide d’un électricien pour son installation. Il demande aussi que le compteur électrique de la maison soit un Smart Meter, c’est-à-dire qu’il soit équipé d’une interface spécifique  capable de recevoir et d’envoyer des informations vers d’autres appareils électroniques par le biais des réseaux de transports de l’information fixes ou sans fil. Aujourd’hui, il y a encore peu de « smart meters » aux Etats-Unis mais l’un des objectifs du stimulus d’Obama est d’en installer 40 millions supplémentaire. D’ores et déjà, PG&E, la compagnie d’électricité Californienne, doit en installer 10 millions dans cet Etat d’ici 2011.

D’autre part, les standards qui gouvernent les smart readers ne sont pas encore complètement établis. Un récent rapport du NIST (National Institute for Standards and Technology) publié en septembre 2009 indique qu’il existe à peu près 80 standards qui peuvent être utilisés pour faciliter le développement des Smart Grid et il estime que 14 d’entre eux, dont tous les standards de sécurité, présentent un retard important dans leur évolution nécessitant un travail immédiat. LeNIST a fixé un programme de mise a jours d’un assez grand nombre de standardau cours de 2010.TED1000Overview

Les grands de l’informatique s’intéressent aux Smart Grid.

Dans son programme Power Meter, Google a défini sa propre interface de lecture des données (API) qu’il envisage de rendre publique et ouverte pour les développeurs d’applications ou de solutions. A noter que cette tactique consistant à développer des API et les mettre rapidement en œuvre alors que les standards sous jacents ne sont pas terminé a longtemps été pratiquée par Microsoft, entre autres pour son Navigateur Explorer. Elle apporte un avantage compétitif important dans la mesure où l’existant qui fonctionne à toujours un poids plus important dans les discussions sur les futurs standards.

A noter que plusieurs fournisseurs de Smart Readers dont ont déjà ouverts leurs API. Mais, tout comme Google fontionne dans le Cloud avec Google App Engine, il y aura probablement une « secret sauce» utilisée en interne qui permettra à Google de garder un certain contrôle des applications ou solutions développées, tout en laissant le système ouvert. Aujourd’hui, les grands fournisseurs de réseaux comme Cisco, de logiciel comme Microsoft ou de solutions comme IBM et HP ont déjà mis en place une stratégie de développement de solutions Smart Grid à grande échelle. Les compagnies d’électricité et les opérateurs ont aussi les leurs dans un environnement économique fortement conditionné par les 11 milliards d’euros mis sur la table par l’administration Obama pour le développement des Smart Grids.

Explore posts in the same categories: applications municipales, energie, Etats Unis, Industrie

6 commentaires sur “Mesurez votre consommation d’électricité avec Google”

  1. marcduchesne Says:

    Sans tomber dans la paranoïa « Google is Evil », souvenons-nous du action thriller « The Recruit »: un virus informatique, joliment dénommé Ice-9, va être infiltré dans le Réseau Electrique (déjà appelé « Grid » dans la version originale😉. Son effet: rien moins que d’infecter et déconnecter chaque équipement branché sur le réseau, des ordinateurs du Pentagone à votre réfrigérateur.

    Du Cinéma, certes, mais lorsqu’on voit que les Américains ont élus un Président noir 6 ans après que Jack Bauer ait sauvé le premier, et que Apple est, avec sa nouvelle souris Multi-Touch, à deux doigts (jeu de mots😉 de nous proposer la même User Experience que Spielberg dans « Minority Report », on se doit de recevoir cette nouvelle technologie – la SmartGrid et ses capteurs domestiques – avec la fois enthousiasme et circonspection.

    Enthousiasme parce que la SmartGrid va effectivement nous rendre des services, tant sur le plan individuel (réduction de nos dépenses énergétiques) que global (réduction des émissions de gaz à effet de serre).

    Et circonspection parce que, comme tout équipement (« device ») branché sur l’Internet, nos téléviseurs (qui deviennent des PC, et vice-versa : voir le nouvel iMac 27″, qu’on peut utiliser comme 2ème écran ou… comme écran TV!), nos congélateurs, nos machines à laver, etc. peuvent devenir vulnérables aux attaques par virus et autres Chevaux de Troie qui pourraient infecter nos capteurs domestiques.

    D’accord, pénétrer par effraction dans les serveurs de Google n’est pas à la portée du premier hacker venu, donc la probabilité d’une attaque généralisée visant l’ensemble du parc de Smart Meters est proche de l’infinitésimal, d’autant que tout cela fonctionne/fonctionnera sur des réseaux, électriques et Internet, déjà fortement sécurisés, y compris au niveau des équipements terminaux eux-mêmes, qui embarquent firewall & co. Donc, pas (trop) de risque venant de l’extérieur.

    Mais… quid d’un coup de folie venant de l’intérieur ? Une récente étude montre que, pendant que le trafic sur Internet explosait, le nombre des acteurs majeurs diminuait, Google comptant naturellement parmi les plus gros consommateurs de bande-passante. Donc, nous sommes sur une tendance lourde, qui veut que les usages et applications du Net augmentent de manière exponentielle, tandis que le nombre de fournisseurs de services diminue. Google is not Evil, yet Google is Everywhere (décalons la virgule d’un mot sur la droite, et le sens de la phrase est totalement différent😉 : voulons-nous confier la totalité de notre vie numérique à un seul acteur ? Vaste question sur laquelle nous reviendrons sans aucun doute un jour !

    Alors, mettons nous à la place d’une collectivité locale ou territoriale, qui souhaite mettre en place la SmartGrid sur son territoire. L’opportunité est là qui consiste à confier l’exploitation de ce nouveau réseau non pas à Google ou un autre acteur de ce type (Cisco, HP, vont arriver), mais à un acteur local, facilement contrôlable et sécurisable. Mise en place de l’infrastructure, déploiement des systèmes, hébergement des données, fourniture des services, maintenance : autant de sources potentielles d’emplois locaux et durables, aussi bien pour les structures existantes telles les régies d’électricité, que pour de nouveaux opérateurs d’un nouveau genre. Conclusion: Vive la SmartGrid !

  2. marcduchesne Says:

    A propos de Google et des risques potentiels, lire attentivement cet article publié par Wired il y a quelques mois. Le meilleur est pour la fin… http://www.wired.com/epicenter/2009/02/why-googles-sof/

  3. owbox Says:

    J’ai profite pour rebondir sur le smart grid, power meter, et l’Internet des objets.

    Il est vrai qu’avec toutes les histoires que l’on a pu entendre, cela peut faire peur.

    Mais plutôt que d’utiliser comme vous dites une solution semi-ouverte de Google…(Je dis ‘semi’ parce que même si les données et l’interface (API)sont publique, Google possède quand même toutes les données, contrôle les applications et services liées, et peut utiliser a volonté), pourquoi ne pas utiliser une solution complètement ouverte.

    Bref tout ceci pour vous présenter l’initiative owbox (http://www.owbox.com).
    Owbox promeut l’Internet des objets, et implicitement sur le smart grid puisque qui dit Internet des objets dit que chaque objet peut se connecter à Internet.

    La solution Owbox apporte la communication à tous les objets qui peuvent en avoir besoin et plus précisément un standard complètement ouvert (6HTL). Grâce à ce standard, les objets communiquent entre eux et peuvent ainsi optimiser leur fonctionnement et réduire leur consommation électrique.
    De la à faire un Power meter, il n’y a qu’un pas, voir un centimètre. Un module spécial permet d’envoyer les données sur un serveur extérieur sur Internet pour permettre de consulter/gérer à distance son réseau d’objets communiquants.

    N’hésitez pas à donner votre avis sur la solution et les différents possiblités.

    Frederic

  4. Alain Baritault Says:

    Frederic,
    Merci de votre commentaire judicieux sur l’intérêt d’avoir un système entièrement ouvert. je vais regarder de près owbox que je ne connais pas et nous pourrons eventuellement en discuter lors d’un de mes prochains passage en Europe.
    Effectivement, il n’y a qu’un pas entre l’Internet des objet et les Smart Grids, mais il est clair que si pour l’instant le problème reste encore un peu technique pour des raisons de standard, la base des solutions technologiques existe déjà…

    Le problème avance un peu aux Etats-Unis à cause des 11 milliards de dollars mis sur la table…mais la situation est loin d’être claire dans la mesure où déjà, les grands sont sur le coup (Alcatel vient lui aussi de s’y mettre) et les start’up n’apportent plus réellement d’avantage compétitif et je pense qu’on est entré dans le lourd pour ce qui est de la gestion des données.
    En France, le problème appartiendrait (de droit divin…comme la fibre est un problème de telco…!!) à EDF et je ne sais pas trop où ils en sont…Il semble que le pb soit sensiblement différent du fait de la séparation de l’infrastructure et des services.
    La bagarre se situe déjà entre les grands… à moins que les villes et les territoires ne décident de jouer leur propre jeu personnel comme le dit Marc plus haut…(ce qui me parait peu probable vu ce qui s’est passé dans les télécoms). Les moyens que demande le développement des smart grids sont maintenant considérables…et il sera très difficile pour des petites sociétés de faire émerger un standard ou une solution technique qui puisse les propulser comme un acteur clé.
    Les compagnies d’électricité sont d’une manière ou d’une autre à un point stratégique dans la mesure où elles contrôlent l’installation des AMI (mais peut-être je me trompe ,je ne connais pas encore le problème vraiment à fond sur les 2 continents…!).

    Pour la gestion des données récupérés par les AMI (Advanced Meter Infrastructures), il est clair que Google a dejà pris un métro d’avance, ne serait-ce que parce qu’il a le contact avec l’utilisateur.
    Il n’est pas possible d’obtenir d’information sur Apple (personne ne parle à quelque niveau que ce soit dans la compagnie), mais je ne serai pas surpris qu’à un moment ou un autre ils entrent dans le jeu… ne serait-ce que pour éviter de laisser Google/Android le faire seul à sa manière et de l’utiliser comme un levier contre iTunes. Mais les relations entre Apple et Google sont plutôt pas claires en ce moment… Les spéculations entretenues autour du futur « iPod Tablett » peuvent laisser penser que iTunes pourrait aussi servir de plateforme interface…
    Le smart Grid est aussi très proche du Cloud…sur lequel tous les grands de l’informatique se sont positionnés. Sauf qu’au bout près de l’utilisatgeur, ce ne sont plus des PC mais des smart meters… et l’internet des objets n’est pas loin ne fois qu’on commence à parler de contrôle de l’énergie dans la maison… Et derrière ça, il y a le très gros business du consumer electronics..

    Vous utilisez ZigBee qui est en passe de devenir un véritable outil de transport des données dans le monde de l’internet des objets. Je regarde cette technologie depuis très longtemps. A ce titre, à Denver (Colorado) doit se dérouler du 17 au 19 novembre (je serai à Paris à ce moment là, hélas) un Grid-Interop http://www.grid-interop.com/2009/#home sous l’égide du NIST pour examiner les problèmes de l’interopérabilité dans les smart Grid et de la mise en place des standards. Zigbee y jouera un rôle certainement important. Voyez aussi ce que fait la société ArchRock qui est dirigée par un Français installé à San Francisco.
    AB

  5. Fabienne Says:

    Merci pour cet article très intéressant ! Autre initiative de start-up à porter à votre connaissance celle d’IJENKO en France. Nous avons actuellement 80 bétâ-testeurs de notre solution (pack d’objets communicants sur ZigBee + site internet et mobile privés) permettant à nos utilisateurs d’accéder en ligne à leur consommation d’électricité globale et par appareil, ainsi qu’à des fonctions de confort et domotique (informations de température et d’hygrométrie, de mouvement…). Il est important qu’il y ait une offre d’acteurs indépendants des géants de l’internet de type Google ou Microsoft, et indépendants également des énergéticiens, même si de fortes synergies sont bien sûr à mettre en place pour le bénéfice des fournisseurs d’énergie mais aussi des utilisateurs. On ne modifiera nos modes de consommation de l’énergie à la maison qu’en ayant une démarche avisée, c’est à dire en ayant un accès facile et ludique à l’information et en garantissant les utilisateurs contre un éventuel effet big Brother:-)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :