WiMax, une année difficile…


Maxime Lombardini, DG de Free-Iliad

Maxime Lombardini, DG de Free-Iliad

Lors de la Conférence “Les Echos Télécom” qui s’est déroulée à l’Hotel Lutetia à Paris au début de cet été, beaucoup de sujets autour du développement numérique des territoires (fixe ou mobile) ont été abordés. La fibre, la TMP, l’iPhone ou la 4ème licence de téléphonie mobile ont donné lieu à des débats passionnés, mais le thème des données mobiles, c’est-à-dire de l’accès aux données Internet par voie hertzienne, a été quelque peu éludé. Il semble que nos opérateurs ignorent soigneusement le WiFi et le WiMax. En gros ce qu’on entend en général est : « le WiFi n’est pas sérieux…  quant aux WiMax, il n’a aucun avenir dans notre pays… attendons donc le LTE… » Un vaste programme qui mérite quelques commentaires, car de la manière dont auront été abordées les infrastructures mobiles en France dépendra la manière dont nous utiliseront les données mobiles demain et la qualité des services accessibles.

« On reste intéressé par le WiMax qui n’est pas très éloigné du LTE »

J’ai demandé à Maxime Lombardini, le DG de Free qui possède une licence WiMax Nationale acquise pour quelques €36 millions à Altitude Télécom en 2006, ce qu’il comptait faire de cette licence quasiment inutilisée alors que les fréquences radio sont rares et chères…Celle-ci, la dernière de ce qui était l’ancienne BLR, est assortie de contraintes plutôt souples et légères et en réalité, l’opérateur ne l’utilise guère, même si il rempli les conditions qui lui permettent de remplir son contrat. « Le WiMax dans la bande des 3.5 GHz, répondait-il, personne ne l’utilise. La raison à cela est qu’il n’y a pas d’équipements de réception. On a passé beaucoup de temps avec les fournisseurs d’équipements au moment de nos expérimentations du 15ème arrondissement. Il est donc difficile de déployer un réseau lorsqu’on a pas les équipements pour le faire, surtout dans cette bande de fréquence élevée. On reste cependant intéressé par le WiMax qui n’est pas très éloigné du LTE en termes d’architecture du processus. On continue de croire en cette technologie, mais aujourd’hui c’est difficile de faire une offre, d’autant qu’il n’y a pas d’accord d’itinérance possible avec d’autres opérateurs. Ca reste un espoir mais c’est pas quelque chose d’opérationnel à court terme ».

En clair, tant que l’on ne verra pas des puces WiMax dans les téléphones et les PC, comme ça a été le cas pour le WiFi, WiMax ne décollera pas. Rappelons aussi qu’aux Etats-Unis, WiMax opère sur la bande de fréquence 2.5GHZ, beaucoup plus efficace pour la couverture. A noter cependant qu’au niveau Européen, le comité de la gestion du spectre des fréquences (EEC) s’est prononcé l’année dernière sur une homogénéisation du WiMax en Europe autour de la bande des 2.6 GHz.

400000 nouveaux abonnés WiMax face à 50 millions pour le cellulaire

Pourtant, dans d’autres parties du monde, WiMax continue d’engranger des abonnés, mais à un rythme de croissance plutôt faible pour une technologie émergeante. Selon la société d’études Maravedis, il y aura eu 400000 nouveaux abonnés dans le monde au 1er trimestre 2009 chez les 200 opérateurs WiMax  alors que les 550 opérateurs de téléphonie cellulaire ont capté 50 millions de nouveaux abonnés dans la même période…

Du aux effets de la crise, le taux de progression des abonnés du WiMax d’un trimestre à l’autre est tombé à 13% entre le 1er trimestre 2009 et le dernier trimestre 2008, contre 30% entre le 3ème et le 4ème trimestre de 2008. Il reste encore de 75% d’une année sur l’autre. Le nombre total d’utilisateurs du WiMax est aujourd’hui de 3.5 millions dans le monde dont les Etats-Unis représentent la plus grosse part avec 1.17 millions d’abonnés. Dans ce pays, la société Clearwire (fortement financée par Intel, Google, Comcast, Time Warner Cable, Sprint-Nextel) continue ses développements, avec l’annonce du déploiement à Las Vegas le 21 juillet prochain. Elle a déjà commencé de déployer à  Portland, Altanta et Baltimore, prévoit Chicago et 6 autres grandes villes de façon à couvrir 120 millions de personnes aux Etats-Unis d’ici la fin de 2010. Clearwire disposait de 500000 abonnés à la fin mars 2009, soit une augmentation de 5% par rapport au trimestre précédent.

La société d’études indique que l’ARPU moyen (c’est-à-dire le revenu moyen mensuel réalisé par l’opérateur pour chaque abonné) était de $42,43 dollars pour les abonnés résidentiels et de $116.82 pour les abonnés en entreprise au 1er trimestre 2009. Pour les abonnés en entreprise il a baissé sensiblement par rapport au 4ème trimestre 2008 où il était de $122.64. Les abonnés résidentiels représentent  près de 70% de la population totale des abonnés dans le monde et 86% aux Etats-Unis.

WiMax face au LTE….un challenge pas seulement technique

Pour confirmer la réponse de Maxime Lombardini, il y a aujourd’hui 60 produits ou appareils certifiés conformes au standard IEEE802.16 e -2005 par le WiMax Forum, dont 26 sont des stations de base et 34 sont des terminaux de réception. De même, au 1er trimestre 2009, seulement 9 produits opérants dans  la bande de fréquence 3.5GHZ ont obtenus une certification du WiMax Forum et sont aujourd’hui disponibles. Ce sont 5 stations de bases portées par Alvarion, Motorola, ZTE, NEC et Samsung, ainsi que 4 terminaux, produits par GCT, Samsung, Intel et Sewon Intech.

A noter que Cisco passait en mai dernier un accord avec Clearwire pour développer des dispositifs de réseau WiMax et un terminal WiMax Mobile dans le cadre du déploiement américain de l’opérateur. Cependant, Intel continue de mettre d’importants moyens derrière le développement du WiMax bien que d’ores et déjà, une trentaine d’opérateurs mobiles dans le monde ont indiqué leur intention d’utiliser la technologie LTE (Long Term Evolution), pour la prochaine génération de leurs réseaux mobiles. Maravedis précise que ces 30 opérateurs couvrent une population de 1.1 milliards d’abonnés en mars 2009, dont 447 millions uniquement pour l’opérateur China Mobile.

L’adoption de LTE pour ces opérateurs provoquera une lourde et coûteuse migration de leurs réseaux mobiles existants (2G ou 3G) vers cette technologie IP mobile dont les caractéristiques ne sont pas encore complètement standardisées et dont les premiers développements ne devraient pas intervenir avant 2010, avec les premiers déploiements commerciaux en 2012. Dans la réunion Intel@research qui s’est tenue à Mountain View en Californie à la fin du mois de juin dernier, plusieurs recherches autour de WiMax étaient présentées, visant à améliorer les performances du système en lui apportant de nouvelles caractéristiques uniques, plus particulièrement dans la gestion du réseau.

Enfin, le WiMax forum présentait en début d’année un  document comparant le WiMax et le LTE (mobile_wimax_and_lte_feb2009final),  ainsi que les agendas  (estimés) de leurs évolutions respectives, toujours sujets à dérapages….

Roadmap WiMax et LTE d'ici 2012  (doc Wimax Forum)

Roadmap WiMax et LTE d'ici 2012 (doc Wimax Forum)

Explore posts in the same categories: Convergence PC- Mobile, Fréquences Hertziennes, WiMax

Étiquettes : , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

2 commentaires sur “WiMax, une année difficile…”

  1. Nicolas Says:

    Bonjour,

    Votre blog est très intéressant, avez-vous un flux rss que je puisse suivre vos articles dans mon lecteur de flux favori ?

    Merci

  2. Frederic Leroudier Says:

    A quote from FCC chairman Julius Genachowski:

     » More and more I hear people say that broadband is the future of mobile, and I agree. I also believe the reverse is true — mobile is essential to the future of broadband.

    And the next generation of mobile technology — 4G — will make all the difference. 4G will provide mobile connectivity several times faster than we have today. It will provide a mobile Internet experience comparable to today’s wireline networks — data rates measured in megabits per second instead of kilobits, latencies in mere milliseconds.

    After years of buildup, we can see 4G on the horizon.

    Clearwire has launched WiMAX in 14 markets. Verizon, AT&T, T-Mobile and MetroPCS have each announced plans to launch LTE in the next year or two.

    But of course it’s easier to roll-out a press release than roll-out a network. There is a lot of work to do, and I know it won’t be easy.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :